Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

XVe Sommet de la Francophonie Michaëlle Jean devient la nouvelle Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie

Québec, le 30 novembre 2014. – Au terme du XVe Sommet de la Francophonie, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, se réjouissent du choix consensuel de Michaëlle Jean comme nouvelle Secrétaire générale de la Francophonie.   C’est au terme d’un huis clos que les chefs d’État et de gouvernement membres ont désigné Mme Jean pour succéder à Abdou Diouf. Elle devient ainsi la première femme à la tête de l’Organisation.

« Michaëlle Jean incarne tout à fait cette nouvelle vision de la Francophonie : moderne jeune et dynamique. Elle saura donner un nouvel essor à l’espace francophone en mettant de l’avant l’importance des échanges économiques entre les États membres », a indiqué M. Couillard.

Une Francophonie tournée vers l’avenir

Lors de la dernière séance plénière, les chefs d’État et de gouvernement ont adopté des stratégies qui constitueront les assises d’une nouvelle Francophonie dynamique et axée sur le développement économique. Dans cette optique, la Stratégie économique pour la Francophonie contribuera à renforcer l’espace économique francophone et à augmenter les échanges et les partenariats entre les pays membres. Le développement durable, la promotion du capital humain, la responsabilité sociale, l’investissement et l’environnement sont au cœur de cette stratégie. La Stratégie jeunesse mettra quant à elle l’accent sur la promotion de la formation professionnelle et technique, l’entrepreneuriat et la mobilité des jeunes.

En conclusion des travaux, la Déclaration de Dakar a réaffirmé l’importance du français et des valeurs démocratiques pour la Francophonie. Elle s’articule autour des jeunes, des défis liés à l’emploi et de la valorisation des femmes comme actrices de développement. L’importance de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l’UNESCO a aussi été rappelée par une résolution proposée par le gouvernement du Québec.

Soulignons de surcroît que Madagascar a été désigné comme le pays hôte du XVIe Sommet de la Francophonie qui aura lieu en 2016.

Des rencontres fructueuses et des partenariats renforcés

M. Couillard a aussi profité de sa participation au Sommet de la Francophonie pour développer des relations politiques avec plusieurs chefs d’État et représentants de gouvernements étrangers. Il a notamment pu s’entretenir avec le premier ministre du Sénégal, Mahammed Boun Abdallah Dionne, le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, le premier ministre de Belgique, Charles Michel, et le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte.

Par ailleurs, les activités à caractère économique auxquelles a pris part le premier ministre, dont le déjeuner à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar ainsi que l’événement à l’Institut africain de management, ont permis de mettre de l’avant l’expertise des entreprises québécoises et d’intensifier les collaborations économiques. D’ailleurs, la tenue du 1er Forum économique de la Francophonie, les 1er et 2 décembre, à Dakar, auquel prendront part une vingtaine d’organisations québécoises, témoigne de l’importance pour le Québec de développer une économie francophone.

Pour sa part, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, a participé à plusieurs événements sur les thèmes de la condition féminine, de l’éducation, de la solidarité et des jeunes. Elle s’est rendue à Thiès dans le cadre d’une activité de valorisation d’un projet du Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) parrainé par le Ministère, d’un forum organisé conjointement par l’École nationale d’administration publique et l’École nationale d’administration de Dakar, et d’une table ronde sur l’égalité femme-homme au Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies. « Ces activités avec nos partenaires sénégalais m’ont permis de mesurer l’impact des initiatives du Québec, de même que l’effet levier que nos actions engendrent pour les populations locales », a souligné Mme St-Pierre.

En conclusion de ce XVe Sommet, le premier ministre a déclaré : « Avec ce Sommet, nous avons jeté les bases de la Francophonie économique. Le Québec a démontré une fois de plus qu’il entend poursuivre son rôle de chef de file en Francophonie en soutenant diverses actions avec nos partenaires. Nous voulons bâtir une Francophonie inclusive et ouverte qui nous permettra de mettre de l’avant le savoir-faire québécois et de mener encore plus loin notre engagement auprès des jeunes et des entrepreneurs. »

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017