Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Bilan du Forum Ensemble contre l’intimidation Le gouvernement s’engage résolument dans la lutte

Québec, le 3 octobre 2014. – Le premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard, en compagnie de la ministre de la Famille, ministre responsable des Aînés et ministre responsable de la Lutte contre l’intimidation, Mme Francine Charbonneau, de la députée de Charlevoix–Côte-de-Beaupré et adjointe parlementaire du premier ministre pour la jeunesse, la petite enfance et la lutte contre l’intimidation, Mme Caroline Simard, et de représentants de l’opposition, soit le député de Terrebonne, M. Mathieu Traversy, et la députée de Repentigny, Mme Lise Lavallée, a aujourd’hui dressé un bilan du premier Forum sur la lutte contre l’intimidation.

Sous la présidence du premier ministre, ce forum a réuni plus de 200 personnes représentant différents acteurs concernés par la lutte contre l’intimidation au Québec et constitue une première étape qui permettra  de mobiliser la société québécoise. Il a été l’occasion d’aborder l’intimidation à tous les âges, des tout-petits aux aînés, dans le monde réel et dans le monde virtuel. 

Les délibérations des participantes et des participants au Forum sur la lutte contre l’intimidation ont porté sur trois thèmes, soit la prévention de l’intimidation, l’intervention efficace et le soutien offert aux différents acteurs. Ces délibérations ont permis l’émergence de plusieurs constats, dont :

L’importance de la sensibilisation et de la formation : 85 % des épisodes d’intimidation se déroulent devant témoin. Il est donc primordial que ces témoins sachent reconnaître l’intimidation, et qu’ils sachent y réagir adéquatement.

La nécessité de travailler ensemble : Il est nécessaire que tous les acteurs soient impliqués, y compris les parents, qui jouent un rôle incontournable dans la lutte contre l’intimidation, et ce, dès la petite enfance. D’ailleurs, des intervenants ont souhaité voir la Stratégie d’action jeunesse 2009-2014 renouvelée. Aussi, les messages véhiculés par les différents intervenants doivent être également cohérents et leurs actions, complémentaires.

L’importance d’identifier et de reconnaître les facteurs de risque : La prévention efficace de l’intimidation passe par une meilleure identification des personnes à risque. Les personnes en retrait social, comme les aînés vivant en situation d’isolement, sont plus susceptibles d’être victimes d’intimidation. De plus, une attention particulière devra être accordée au volet autochtone de la lutte contre l’intimidation. 

« Le phénomène de l’intimidation nécessite une action forte et concertée. Nous devons créer un mouvement de mobilisation de l’ensemble de la société québécoise pour offrir à tous la possibilité de grandir et de vivre dans un milieu sain et sécuritaire. Grâce à la disponibilité et à la générosité des participants au Forum, cet événement s’est avéré un franc succès et a été des plus fructueux. À la lumière des délibérations du Forum, mon gouvernement prend dès maintenant des engagements fermes pour parfaire la collaboration entre les partenaires, notamment ceux des milieux scolaire et policier, contrer la cyberintimidation, favoriser la bientraitance des personnes en hébergement, et reconnaître les contributions exceptionnelles des citoyens », a déclaré le premier ministre Philippe Couillard.

Des engagements pour lutter contre l’intimidation

Le premier ministre s’engage à ce qu’un plan d’action gouvernemental pour lutter contre l’intimidation soit présenté en 2015. Parallèlement, il annonce :

La création d’un comité d’experts sur la cyberintimidation

Un comité d’experts sera mis en place, sous la responsabilité de la ministre de la Famille, responsable des Aînés et responsable de la Lutte contre l’intimidation, appuyée par la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, et aura comme mandat d’orienter l’action du gouvernement en matière de lutte contre la cyberintimidation.

Un projet de règlement pour encadrer les ententes de collaboration entre les milieux scolaire et policier 

Dès cet automne, le gouvernement soumettra en consultation publique un projet de règlement déterminant les éléments essentiels et les modalités particulières que doivent respecter ces ententes, l’objectif étant de procéder à son adoption à l’hiver 2015. Ce règlement fournira des balises sur les rôles et les responsabilités de la commission scolaire, de l’école et du corps de police, ainsi que sur ce qu’il faut prendre en compte dans les trois contextes d’intervention policière : prévention, enquête, urgence. Également, le règlement laissera suffisamment de marge de manœuvre aux commissions scolaires et aux corps de police pour tenir compte des réalités locales.

Le lancement d’un prix hommage pour reconnaître les contributions exemplaires dans la lutte contre l’intimidation

Un prix hommage sera institué afin d’honorer une personne s’étant illustrée par ses actions contre l’intimidation dans sa communauté ou au sein d’une organisation. Ce prix sera remis à un récipiendaire chaque année, le 2 octobre, lors de la Journée internationale de la non-violence, rappelant par le fait même la tenue du premier Forum sur la lutte contre l’intimidation.

Le gouvernement réaffirme également son intention de légiférer pour s’assurer de la bientraitance des personnes, notamment en encourageant et en soutenant davantage la divulgation des situations préoccupantes, ainsi qu’en améliorant la concertation et la complémentarité des interventions des différents acteurs concernés.

« L’intimidation touche tout le monde et, pour lutter efficacement, nous avons besoin de la contribution de chaque citoyenne et de chaque citoyen. J’invite donc la population à participer en grand nombre à la consultation publique, qui est en cours jusqu’au 30 novembre prochain. Les citoyens peuvent y participer de deux façons, soit en répondant à un court questionnaire en ligne sur le site Web du ministère de la Famille ou en déposant un mémoire sur ce sujet. Ensemble, nous travaillerons à faire en sorte qu’au Québec, chaque personne, quel que soit son âge, puisse grandir et vivre dans un milieu bienveillant et sécuritaire », a souligné la ministre Francine Charbonneau.  

« Aujourd’hui, nous envoyons un signal fort : l’intimidation ne doit pas être tolérée. En affirmant clairement notre réprobation sociale contre de tels comportements, nous disons non à l’intimidation sous toutes ses formes. Voilà notre engagement collectif », a conclu le premier ministre Philippe Couillard.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017