Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Le premier ministre, Philippe Couillard, annonce des investissements de 800 000 $ pour l’innovation à Rimouski et confirme la conclusion d’une entente de principe en vue de la création d’un institut France-Québec en appui au secteur maritime

Rimouski, le 13 mars 2015. – Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le ministre délégué aux Transports et à l’Implantation de la stratégie maritime et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Jean D’Amour, étaient de passage à Rimouski pour annoncer l’attribution de 800 000 $ au Centre de recherche sur les biotechnologies marines (400 000 $) et à l’Institut des sciences de la mer de l’Université du Québec à Rimouski (400 000 $), pour la réalisation de deux projets d’innovation ainsi que pour confirmer l’entente de principe dans laquelle les gouvernements français et québécois s’engagent à jeter les bases d’un institut France-Québec pour la recherche et l’innovation, en appui au secteur maritime.

« La recherche et l’innovation seront au cœur de l’économie bleue de la future stratégie maritime. L’aide annoncée aujourd’hui nous donne deux exemples concrets de ce qui peut être réalisé en mettant à profit l’expertise québécoise dans le domaine marin. Ces projets font appel à la collaboration entre plusieurs partenaires industriels et du milieu de la recherche, contribuant ainsi à augmenter notre compétitivité », a déclaré le premier ministre.

Brièvement, le projet du Centre de recherche sur les biotechnologies marines vise à valoriser certains coproduits marins issus des usines de transformation de crustacés et de poissons marins. Ce projet, d’une valeur totale de près de 900 000 $, sera réalisé en collaboration avec plus de six partenaires industriels, dont Unipêche MDM, E. Gagnon et fils, Poisson salé gaspésien, Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan, Médica Avenue et les Pêcheries gaspésiennes.

Le projet de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski vise, quant à lui, la valorisation de la biomasse marine pour l’alimentation larvaire. Les entreprises Neptune et Fermes marines du Québec contribuent à ce projet d’une valeur totale de 512 000 $. Ces deux projets permettront d’établir de nouveaux marchés et, par conséquent, de maintenir ou de créer des emplois de qualité.

Le ministre délégué aux Transports et à l’Implantation de la stratégie maritime et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Jean D’Amour, s’est réjoui de cette excellente nouvelle pour sa région : « Cette annonce s’inscrit dans le déploiement de la toute première stratégie maritime du Québec; un projet ambitieux, qui fera en sorte de préserver et de mettre en valeur les ressources de la mer. Je suis persuadé que la recherche scientifique nous permettra de réaliser des avancées importantes pour y parvenir », a-t-il mentionné.

Un institut France-Québec à Rimouski

Le premier ministre a rappelé que les premières discussions entourant l’établissement d’un partenariat France-Québec dans le secteur maritime ont eu lieu lors de la visite du président de la République française, François Hollande, en novembre 2014. Réunis à Paris, la semaine dernière, dans le cadre de la 18e Rencontre alternée des premiers ministres québécois et français, M. Couillard, accompagné M. D’Amour, a conclu une entente de principe en vue de la création d’un institut qui favorisera la coopération bilatérale entre universités, instituts de recherche et entreprises, au bénéfice du secteur maritime du Québec et de la France. Pour ce faire, la France et le Québec ont convenu de la création d’un groupe de travail qui verra à définir les modalités et le fonctionnement de l’institut. Compte tenu de sa proximité avec le fleuve, mais surtout de la présence d’institutions de pointe dans le secteur maritime, l’antenne québécoise principale de l’institut sera située à l’Université du Québec à Rimouski. Au cours des prochaines semaines, le gouvernement du Québec annoncera une contribution financière à cet effet.

« C’est à la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette, en février 2014, que nous avons présenté, pour la première fois, notre idée de doter le Québec d’une stratégie maritime. Depuis, notre gouvernement travaille sans relâche afin de créer les partenariats nécessaires à sa réalisation. Cette entente de principe permettra le partage d’expertises, de connaissances et de données qui créeront une synergie essentielle au succès de la stratégie maritime », a conclu le premier ministre.

À propos de la stratégie maritime

La stratégie maritime constitue l’un des deux piliers de la relance économique du Québec, l’autre étant le Plan Nord. Elle vise une utilisation optimale et responsable du potentiel maritime québécois. Elle comportera différentes mesures destinées à mettre en valeur le transport maritime, le tourisme et les ressources marines du Saint-Laurent. D’ici 2030, la stratégie entraînera la création de 30 000 emplois et des investissements de plusieurs milliards de dollars, dans toutes les régions du Québec.

-30-


Online as of: July 16, 2015


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017