Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Bilan des 100 premiers jours « Le Québec s’est remis en marche » – Pauline Marois

Québec, le 7 décembre 2012 « Après seulement 100 jours, le gouvernement a fait reculer la corruption, a changé les règles de financement des partis politiques, a mis de l’ordre dans les finances publiques, a soutenu la croissance économique, a rétabli la paix sociale, a donné de l’air aux familles, a renforcé la place du français et a défendu les intérêts du Québec sur toutes les tribunes. Le Québec s’est remis en marche », a déclaré la première ministre du Québec, Pauline Marois, à l’occasion du bilan qu’elle dressait des 100 premiers jours de l’action de son gouvernement.

Intégrité : la corruption recule

Le premier engagement du gouvernement était de lutter contre la corruption et de moderniser la démocratie. En ce sens, le gouvernement a fait mieux en 100 jours que le gouvernement libéral en neuf ans. Deux projets de loi importants ont été adoptés, dont celui qui limite à 100 $ par électeur la contribution annuelle à un parti politique. Il s’agit d’un projet loi qui réforme en profondeur le financement des partis politiques, tel que nous nous y étions engagés. De plus, l’adoption du projet de loi favorisant l’intégrité en matière de contrats publics fait en sorte qu’il n’y aura plus d’échappatoire pour les entreprises fautives. Au total, pas moins de sept projets de loi pour lutter contre la corruption ont été déposés pendant la session parlementaire.

« Le message de lutte contre la corruption envoyé par le gouvernement a donné des résultats concrets. Des changements importants se sont produits à Montréal, à Laval et à Mascouche. Les perquisitions menées par les policiers montrent que plus personne n’est à l’abri ou au-dessus des lois. Après seulement 100 jours, la corruption recule », a affirmé Pauline Marois.

Prospérité : des bases pour relancer l’économie

« Le Parti Québécois s’était engagé à mettre le Québec sur la voie de la prospérité durable pour tous les Québécois en redressant nos finances et en accélérant la croissance économique. Pour nous assurer d’atteindre l’équilibre budgétaire et de réparer les dégâts laissés par l’ancien gouvernement, il nous a fallu déposer un budget dès l’automne, un budget responsable, axé sur le contrôle rigoureux des dépenses publiques et sur un plan de réduction de la dette », a-t-elle ajouté, en rappelant que les mesures proposées ont été bien accueillies par la population.

Le Québec retrouvera l’équilibre budgétaire en 2013-2014, la dette sera réduite de un milliard de dollars et la gestion des infrastructures publiques est déjà resserrée. À titre d’exemple, le gouvernement a fait épargner 124 millions de dollars aux Québécois en renégociant le contrat de la route des monts Otish. Le gouvernement s’est aussi engagé dans un meilleur contrôle des dépenses publiques en limitant à 1,8 % leur hausse.

Pour accélérer la croissance économique, le gouvernement mise sur les investissements privés. Des mesures fiscales très agressives ont été mises en place, dont un congé d’impôt de dix ans pour les projets d’investissement de 300 millions de dollars et plus. Le gouvernement a par ailleurs sorti le Québec du nucléaire et de l’amiante. Comme prévu, un fonds de 200 millions pour les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec a été créé à la suite du déclassement de la centrale de Gentilly-2. Un autre fonds de 50 millions de dollars a été mis en place pour la région de l’amiante.

Le gouvernement a favorisé les conditions pour créer de la richesse. Une enveloppe de 125 millions de dollars est réservée pour la recherche dans le secteur biopharmaceutique. Un fonds de 200 millions de dollars a été mis en place pour l’électrification des transports et les technologies propres, un secteur d’avenir pour le Québec. Pour coordonner le développement du Nord pour tous, le Secrétariat au développement nordique a été créé.

Solidarité : des gains pour les familles

« En termes de solidarité, le contraste avec l’ancien gouvernement est frappant. Souvenons-nous de l’état de crise dans lequel était plongé le Québec il y a à peine quelques mois. Des manifestations avaient lieu tous les jours, les Québécois étaient divisés. Depuis le 4 septembre, la paix sociale est revenue et ça fait du bien », a déclaré la première ministre, fière d’avoir annulé la hausse des droits de scolarité et abrogé la loi 78. La démarche menant à la tenue du Sommet sur l’enseignement supérieur est aussi bien amorcée.

Le gouvernement a également posé plusieurs gestes en faveur des familles québécoises. Quelque 3,1 millions de Québécois ont eu une réduction d’impôt à la suite de l’abolition de la taxe santé libérale. Le gouvernement a annulé la hausse de 20 % des tarifs d’électricité annoncée par les libéraux, pour la remplacer par une indexation, donnant ainsi un répit de plusieurs centaines de dollars à chaque famille. La mise en place de crédits d’impôt pour les activités physiques, artistiques et culturelles des jeunes est un autre engagement tenu par le gouvernement.

La création de 28 000 nouvelles places en garderie est une réalisation qui fait la fierté du gouvernement, de même que le gel des tarifs des services de garde à 7 $. Pour les aînés, le gouvernement a respecté sa parole en investissant 110 millions de dollars de plus pour les soins à domicile. Enfin, 3000 logements sociaux par année seront disponibles pour abriter les plus démunis de notre société.

Identité : le Québec recommence à avancer

Comme il s’y était engagé, le gouvernement a déposé une nouvelle Charte de la langue française qui vise à renforcer le français comme langue de travail, langue d’enseignement et langue de service dans le commerce. C’est la première fois en 35 ans qu’un gouvernement procède à une réforme aussi importante de la loi 101. Cette volonté du gouvernement de valoriser et de protéger le français est vitale pour l'avenir de notre nation.

Le gouvernement a été présent autant au niveau international qu’au Canada. En trois mois, la première ministre aura représenté le Québec sur trois continents : en Afrique, pour le Sommet de la Francophonie, en Europe, à l’occasion d’une visite fructueuse à Paris, et aux États-Unis, avec une visite à New York la semaine prochaine. Sur toutes les tribunes, le gouvernement défend les intérêts du Québec.

Enfin, le gouvernement a démontré sa volonté de donner un nouveau souffle aux relations avec les nations autochtones et la nation inuite. La première ministre a eu des rencontres fructueuses avec le grand chef du Grand Conseil des Cris, Matthew Coon Come, et avec le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard. La première ministre et plusieurs membres du gouvernement ont aussi participé au Sommet sur les territoires et les ressources avec les Premières Nations dans le but de relancer nos relations sur de nouvelles bases.

« Le Québec s’est remis en marche et bien des choses ont changé depuis le 4 septembre. La paix sociale est revenue, la corruption a reculé, les finances publiques sont sous contrôle, des conditions propices à une prospérité durable pour tous sont en place, la solidarité est retrouvée, et les familles de la classe moyenne peuvent respirer. Le Québec est en train de reprendre confiance et de retrouver l’espoir, et ça, c’est le chemin le plus sûr pour nous convaincre de redevenir maîtres de notre destin. Il nous aura fallu à peine 100 jours pour remettre le Québec en marche », a conclu fièrement la première ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017