Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Rendez-vous 2012 – Montréal, métropole culturelle La première ministre du Québec annonce quatre mesures pour soutenir Montréal comme métropole culturelle

Montréal, le 26 novembre 2012 – À l’occasion du Rendez-vous 2012 – Montréal, métropole culturelle, la première ministre du Québec, Pauline Marois, a annoncé les quatre principaux axes sur lesquels le gouvernement agira concrètement pour soutenir la sphère culturelle et artistique de la métropole. Plus de 100 millions de dollars seront ainsi investis pour mieux desservir le réseau des bibliothèques publiques, favoriser l’art public dans des lieux extérieurs, créer davantage d’espaces de production et de travail pour les artistes et stimuler le financement privé d’initiatives culturelles porteuses.

« Au XXIe siècle, l’épanouissement de la nation québécoise, la vitalité de la langue française, notre avenir économique et politique reposent en bonne partie sur notre culture. La tenue de ce Rendez-vous 2012 nous permet de prendre conscience que c’est beaucoup par la créativité que les Québécois sont parvenus à se surpasser. C’est à travers ses différents pôles d’excellence que la métropole a pu prospérer. Il y a un autre pôle d’excellence qui contribue au succès de toutes les industries : celui des arts et de la culture. Notre vie culturelle, c’est ce sur quoi nous devons miser pour nous démarquer », a déclaré la première ministre.

Le renouvellement de l’entente triennale de développement culturel entre le gouvernement et la Ville de Montréal permettra de rapprocher la culture et le patrimoine des Montréalais. Il s’agit d’un investissement de près de 98 millions de dollars sur trois ans, dont 30,3 millions de dollars pour la construction, l’agrandissement ou la rénovation des bibliothèques. Un montant additionnel de 9 millions de dollars, issu du programme d'aide au développement des collections, leur permettra de se mettre à jour en matière de nouvelles technologies et ainsi de mieux répondre aux attentes des jeunes et des citoyens d'origines diverses. « Les bibliothèques sont une porte d’entrée fantastique sur le monde de la littérature, des arts et de la culture. C’est une porte grande ouverte aux familles et aux nouveaux Québécois », a soutenu Pauline Marois.

La première ministre a également annoncé une contribution initiale de 2 millions de dollars, d’ici la fin de l’année 2014, pour intégrer l’art dans l’aménagement et le mobilier urbains. Elle souhaite voir augmenter la place de l’art public dans les lieux extérieurs comme c’est le cas, par exemple, à la place Jean-Paul-Riopelle.

Dans le but de donner suite au rapport du Groupe de travail sur les ateliers d’artistes, le gouvernement offrira un montant de 5,65 millions de dollars pour améliorer la disponibilité des lieux dédiés à la création. Cette somme s’inscrit dans le cadre d’une enveloppe totale de 18 millions de dollars à laquelle contribuent différents partenaires.

Enfin, le gouvernement se penchera sur l’ajustement des mécanismes fiscaux qui incitent les individus et les entreprises à participer à la philanthropie. Un groupe de travail sera mis sur pied afin d’encourager la philanthropie culturelle au Québec.

Pauline Marois a aussi profité du Rendez-vous 2012 pour réitérer l’engagement du gouvernement à participer aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal en 2017. Pour ce faire, elle promet de mettre l’accent sur la mise en valeur de l’histoire du Québec en privilégiant trois projets : le lieu culturel autochtone à Montréal, le projet d’expansion du musée Pointe-à-Callière ainsi que le projet Cité mémoire.

« La reconnaissance du rôle essentiel de la culture se retrouve d’ailleurs dans le budget déposé par le ministre des Finances et de l’Économie la semaine dernière. Contrairement à bien des ministères, la culture verra son budget augmenter de 2,1 %, ce qui portera à 1 % les dépenses totales du gouvernement pour le secteur culturel. Notre gouvernement consent des efforts considérables pour démocratiser la pratique culturelle, intéresser un large public, développer la demande et ainsi s’assurer que notre vie culturelle soit une culture pour tous », a conclu Pauline Marois.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017