Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Signature d'une entente entre le gouvernement du Québec et la nation crie Création du gouvernement régional d'Eeyou Istchee–Baie-James

Québec, le 24 juillet 2012. ─ Le gouvernement du Québec et la nation crie ont signé aujourd’hui l’Entente sur la gouvernance dans le territoire d’Eeyou Istchee–Baie-James. Cette entente vise à accorder aux Cris des compétences élargies sur les terres et les ressources. Elle prévoit la création d’un nouveau gouvernement régional qui remplacera la municipalité de Baie-James et qui sera composé de représentants Cris et Jamésiens ayant un nombre égal de votes.

« C’est la première fois, dans l’histoire du Québec, que nous atteignons un tel niveau de coopération entre tous les résidents Cris et Jamésiens. Cette signature démontre que nous pouvons réaliser ensemble des projets d’envergure et que nous avons la volonté commune de mettre en œuvre le Plan Nord dans l’harmonie et le respect des intérêts et des besoins de chacun », a déclaré le premier ministre.

Ce nouveau modèle de gouvernance permettra aux Cris d’exercer une plus grande autonomie et d’avoir des responsabilités accrues, notamment à l’égard de la gestion du territoire et des ressources naturelles. Le gouvernement régional d’Eeyou Istchee–Baie-James aura les mêmes compétences, fonctions et pouvoirs que ceux conférés à une municipalité locale, à une municipalité régionale de comté, à une conférence régionale des élus et à une commission régionale des ressources naturelles et du territoire. De plus, les Cris auront l’exclusivité du développement de projets hydroélectriques de 50 MW et moins et de projets éoliens sur certaines portions du territoire.

Le gouvernement du Québec considère qu’il est important d’outiller les Premières Nations afin qu’elles soient parties prenantes au développement de leur territoire. Cette entente s’inscrit dans les principes qui guident la démarche du Plan Nord, soit d’assurer la participation des Autochtones, tant aux processus décisionnels qu’à la réalisation des projets de développement. Ainsi, les Cris et les Jamésiens prendront part ensemble à la gouvernance du territoire qu’ils partagent, et ce, au bénéfice de ses résidents et de toute la population québécoise. La mise en œuvre du Plan Nord ne peut se faire sans l’appui et la collaboration de la nation crie et des Jamésiens.

« L’élément unificateur de nos initiatives de gouvernance, c’est que nous sommes maintenant en mesure de compter sur la terre, comme nous l’avons toujours fait, pour notre subsistance et notre bien-être futur. Nous nous sommes aussi assurés de concrétiser notre désir commun d’un développement ordonné et durable qui profite à tous les gens de notre région, soit aux Cris et aux Jamésiens et, au bout du compte, à l’ensemble de la population québécoise », se réjouit le grand chef du Grand Conseil des Cris, Matthew Coon Come.

« Cela vient considérablement transformer nos processus de négociation et nous assurer des relations plus positives, égalitaires et constructives. La nouvelle structure mise en place témoigne de l’ouverture, de l’écoute et de la bonne foi du gouvernement du Québec. Elle est l’annonce d’une ère nouvelle : une ère de coopération où s’accéléreront d’autres profonds changements », a fait valoir le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley.

Pour les Cris, cette entente fondée sur la Convention de la Baie-James et du Nord québécois et La Paix des braves représente une nouvelle étape dans la création d’un partenariat sur le développement du territoire de la Baie-James. 

« Monsieur le premier ministre, aujourd’hui, nous faisons une contribution majeure à l’histoire du Québec et à l’histoire des peuples autochtones du Canada. Nous avons pu aligner les grandes forces de l’histoire avec les principes touchant les droits de la personne, l’inclusion, la justice sociale et l’harmonie. Non seulement la nation crie, mais l’ensemble du Québec, et j'ose dire l’ensemble du Canada, bénéficieront de notre engagement inébranlable à l’égard de ces principes », a conclu le grand chef du Grand Conseil des Cris, Matthew Coon Come.

Une seconde entente a également été signée aujourd’hui entre les représentants du gouvernement du Québec et les Cris en vue de convenir de différents aspects liés, notamment,  au maintien des services municipaux et au transfert des employés de la municipalité de Baie-James au gouvernement régional.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017