Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Forum économique mondial de Davos Le premier ministre Jean Charest appuie la création d'un marché du carbone au Canada

Davos, le 25 janvier 2007 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, s’est aujourd’hui prononcé en faveur de la création d’un marché du carbone au Canada. « La mise en place réussie de systèmes de permis échangeables en Europe, en Australie et aux États-Unis stimule la lutte contre la pollution de l’air et les changements climatiques. Le Canada et le Québec doivent s’inscrire dans cette tendance mondiale qui allie le développement économique et la protection de l’environnement », a déclaré le premier ministre avant de participer comme panéliste à un second atelier dont le thème est : Est-ce que les marchés peuvent sauver la planète?

Selon monsieur Charest, le succès de tels systèmes repose principalement sur une volonté politique de résoudre les problématiques environnementales. Un marché viable du carbone ne peut exister que si des plafonds d’émission de gaz à effet de serre assez contraignants sont fixés par les gouvernements. Un marché réglementé et compatible avec le protocole de Kyoto permettrait d’internationaliser les échanges et ainsi d’augmenter le bassin d’entreprises participantes. Voilà pourquoi l’Europe, qui a opté pour un marché compatible avec le protocole de Kyoto, cherche à intéresser d’autres pays et États.

« Les États fédérés ont la capacité de jouer un rôle déterminant dans la lutte contre les changements climatiques comme l’ont notamment démontré la Californie, l’Australie du Sud, la Bavière, le Manitoba et le Québec. Nous avons la capacité d’agir en matière de réduction de gaz à effet de serre en faisant usage de nos pouvoirs législatifs et réglementaires ainsi qu’en ayant recours aux divers outils économiques à notre disposition », a souligné le premier ministre.

Le Québec souhaite la mise en place d’un marché canadien compatible avec les mécanismes du protocole de Kyoto, dans la mesure où cet instrument économique aidera le Canada à réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

À cet effet, le Marché climatique de Montréal (MCeX), créé en juillet 2006 par la Bourse de Montréal en partenariat avec le Chicago Climate Exchange, pourrait jouer un rôle de premier plan. « Le gouvernement du Québec souhaite travailler activement avec le gouvernement fédéral à la mise en place d’un marché du carbone dynamique et efficace afin d’assurer un avenir viable à l’ensemble de l’économie canadienne et québécoise. L’avenir appartient aux sociétés qui sauront s’adapter aux nouvelles réalités mondiales où la préservation de l’environnement et le développement économique vont de pair », a conclu le premier ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017