Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Les gouvernements du Canada et du Québec investissent dans la réhabilitation du Chemin de fer de la Matapédia et du Golfe

New Carlisle, le 28 juin 2007 – Les gouvernements du Canada et du Québec, ainsi que le Chemin de fer de la Matapédia et du Golfe (CFMG), ont annoncé aujourd’hui un investissement de plus de 14 millions de dollars en vue de réhabiliter le CFMG, entre Rivière-du-Loup et Matane et entre Mont-Joli et Matapédia. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, l’honorable Lawrence Cannon, ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, Mme Nathalie Normandeau, vice-première ministre et ministre des Affaires municipales et des Régions, au nom de Mme Julie Boulet, ministre des Transports du Québec, et M. Marc Laliberté, président de la Société des chemins de fer du Québec, se sont réunis à cette occasion à New Carlisle.

« Des projets d’infrastructure comme celui-ci illustrent clairement l’engagement du nouveau gouvernement du Canada pour l’amélioration de la qualité de vie des Canadiens et la protection de l’environnement », a déclaré le ministre Cannon. « Ce projet est un parfait exemple de collaboration entre les gouvernements fédéral et provincial et les compagnies de chemin de fer, en vue d’améliorer le réseau ferroviaire pour permettre aux citoyens de bénéficier d’une sécurité et d’une qualité de vie accrues. »

Cet investissement important permettra d’améliorer l’état et la fonctionnalité du CFMG afin d’avoir un réseau de transport ferroviaire plus efficace, plus concurrentiel et mieux intégré au réseau ferroviaire principal, notamment dans les principaux corridors de commerce et de transport.

« Cet investissement permettra d’appuyer le développement économique du Québec et de ses régions en favorisant le commerce et les échanges interrégionaux, interprovinciaux et internationaux », a dit l’honorable Jean-Pierre Blackburn, ministre du Travail et ministre de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec.

« La réhabilitation des infrastructures des chemins de fer d’intérêt local au Québec a été inscrite parmi les priorités d’intervention dans le cadre de l’entente Canada-Québec sur le financement conjoint de travaux d’infrastructures », a indiqué le premier ministre du Québec. « Dans le cadre de cette entente, le gouvernement du Québec investira 3,9 millions de dollars afin de soutenir le projet de réhabilitation du CFMG. Cet investissement contribuera à consolider le dynamisme économique de la région dans une perspective de développement durable. »

L’objectif du CFMG est essentiellement la mise aux normes nord-américaines de capacité portante de la voie. En ce sens, les expéditeurs, ainsi que le CN, souhaitent que le CFMG améliore ses infrastructures afin d’accommoder un transport plus efficace des wagons à plus grande capacité. Les travaux seront effectués sur une distance de 347 kilomètres.

« Grâce à ces investissements, nous consolidons notre réseau ferroviaire qui offre une alternative viable dans le transport des personnes et des marchandises ainsi qu’un lien interrégional qui nous permet d’envisager l’avenir de façon encore plus sereine », a fait savoir la ministre Normandeau.

« En plus d’améliorer la sécurité et le service à la clientèle, notre investissement de 4,8 millions de dollars fera en sorte que le CFMG continue d’être un des maillons importants du réseau national de transport. C’est donc la pérennité de cette importante infrastructure de transport que nous assurons, par la mise en œuvre de ce chantier ferroviaire », a indiqué M. Laliberté.

Le CFMG, qui est la propriété de la Société des chemins de fer du Québec, permet aux entreprises de la Gaspésie et de l’est du Québec d’atteindre les marchés nord-américain et outremer à un coût compétitif. Il relie diverses parties de l’est du Québec, et notamment la rive-nord du fleuve Saint Laurent à la rive-sud par le traversier-rail de l’entreprise COGEMA, ainsi que l’est du Québec au Nouveau-Brunswick, où la ligne rejoint celle de la Compagnie du chemin de fer de la côte est du Nouveau-Brunswick Inc.

Les chemins de fer d’intérêt local (CFIL) assurent des dessertes ferroviaires régionales et constituent pour les entreprises québécoises des éléments essentiels des échanges commerciaux nord-sud. Ils exploitent plus de 38 pour cent du réseau ferroviaire québécois, soit plus de 2 300 kilomètres de voies ferrées. Au Québec, plus de 80 pour cent des produits expédiés par les CFIL ont pour destination finale les États-Unis. Les marchandises transportées par ces chemins de fer régionaux sont principalement le bois, le papier, la pulpe, les panneaux particules, le minerai et l’aluminium. Les CFIL jouent donc un rôle essentiel dans l’économie du Québec.

Le gouvernement du Canada contribuera plus de 5,8 millions de dollars à ce projet. Cette contribution provient du Fonds canadien sur l’infrastructure stratégique, qui appuie des projets de grande envergure et d’importance nationale et régionale, dans des domaines indispensables au soutien de la croissance économique et à l’amélioration de la qualité de vie des Canadiens.

Dans le budget fédéral de 2007, on décrit un plan d’infrastructure à long terme qui prévoit un financement historique de 33 milliards de dollars sur sept ans pour appuyer l’économie croissante, un environnement sain et des collectivités prospères. Le plan encouragera les mesures entreprises par tous les ordres de gouvernement, dans les domaines qui ont le plus d’importance pour les Canadiens, notamment la qualité de l’eau potable, l’efficacité des transports en commun, l’état des routes et les sources innovatrices d’énergie verte.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017