Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Près de 25 millions de dollars d’investissements dans la recherche sur l’éthanol cellulosique en Estrie

Sherbrooke, le 7 juin 2007 – Le député de Sherbrooke et premier ministre du Québec, Jean Charest, accompagné de la députée de Saint-François et ministre responsable de la région de l’Estrie, Monique Gagnon-Tremblay, a annoncé aujourd’hui la création d’une chaire de recherche à l’Université de Sherbrooke ainsi que son soutien à l’implantation de deux usines de démonstration de production d’éthanol cellulosique en Estrie. « Grâce à notre appui, ces projets se traduiront par des investissements de près de 25 millions de dollars, dont 6,5 M$ provenant du gouvernement du Québec » a souligné le premier ministre.

En plus de perfectionner les technologies émergentes de production d’éthanol cellulosique, la création de cette chaire permettra concrètement d’appuyer la réalisation de deux usines de démonstration de production d’éthanol cellulosique à Westbury et Bromptonville qui faciliteront l’implantation d’usines de taille commerciale.

La chaire se réalisera en partenariat avec deux entreprises technologiques de l’Estrie : Énerkem et CRB Innovations. Participeront aussi aux projets, la compagnie Éthanol Greenfield, le seul producteur d’éthanol au Québec, la papetière Kruger ainsi que la pétrolière Ultramar.

La chaire disposera d’un budget annuel de 1,275 million de dollars, soit plus de 6 millions de dollars sur 5 ans. Le financement des travaux de la chaire sera, entre autres, assuré par le gouvernement du Québec (ministère des Ressources naturelles et de la Faune) qui apportera une contribution financière de 300 000 $ par année pendant cette période. Le solde proviendra des partenaires sous forme de contributions monétaires et en nature sous la forme de produits et services techniques.

Outre la chaire de recherche, deux projets de démonstration sont aussi lancés aujourd’hui. Le premier sera implanté à Westbury, en Estrie. Il impliquera notamment la société Enerkem, une entreprise issue de travaux de recherche menés à l’Université de Sherbrooke. Le gouvernement du Québec versera une subvention de 2 millions de dollars sur un projet dont le coût est évalué à 8,2 millions de dollars.

Le second projet se réalisera à Bromptonville et impliquera comme partenaires la papetière Kruger de même que la société de technologie CRB Innovations. Le gouvernement versera une contribution maximale de 3 millions de dollars sur un projet de 9 millions de dollars.

Les projets démontreront la faisabilité technique et économique de deux procédés de conversion de la biomasse qui sont complémentaires et s’appliquant à des sources différentes de biomasse : procédé de gazéification à Westbury pour, notamment, les matières résiduelles urbaines, et hydrolyse enzymatique pour les matières résiduelles forestières et agricoles à Bromptonville.

« Ces investissements dans la région de l’Estrie témoignent une fois de plus que, pour notre gouvernement, l’innovation est la clef de l’amélioration de notre performance en matière énergétique. Son rôle est encore plus crucial pour les nouvelles technologies énergétiques comme l’éthanol-carburant. L’innovation constitue la condition même du succès des développements à venir, et ce, au bénéfice des régions », a ajouté Mme Gagnon-Tremblay.

Dans la Stratégie énergétique du Québec 2006-2015, le gouvernement a exprimé sa volonté d’atteindre un objectif de 5 % d’éthanol dans l’essence, vendue au Québec, d’ici 2012. Cette action permettra de diminuer la consommation d’essence d’environ 400 millions de litres par année. Toutefois, pour atteindre l’objectif des 5 %, le gouvernement du Québec estime qu’il faudrait produire environ 300 millions de litres d’éthanol par année (Ml/a) de plus que ce que nous produisons présentement.

En effet, l’entrée en production de l’usine de Varennes constitue une étape majeure dans la production de l’éthanol-carburant au Québec. Elle produira 120 Ml/a d’éthanol au cours de l’année 2007 et utilisera la majorité des surplus de production de maïs-grain disponibles au Québec. Cependant, un déficit de production d’éthanol de près de 300 Ml/a devra donc être comblé, et ce, dès 2012. Afin de combler ce déficit, le gouvernement veut développer la filière de l’éthanol cellulosique en misant sur la biomasse forestière et agricole, et les déchets urbains plutôt que sur la filière du maïs-grain. Il mettra ainsi à profit l’expertise scientifique acquise par le Québec et reconnue en Amérique du Nord dans le domaine de la transformation de la biomasse.

« Cette approche nécessite cependant le perfectionnement des technologies de production d’éthanol cellulosique. Bien sûr, des défis technologiques importants demandent à être résolus. À cette fin, le gouvernement s’engage à soutenir la recherche et le développement par la création de cette chaire de recherche industrielle et le lancement de ces deux projets de démonstration  », a ajouté le premier ministre.

Les travaux de la chaire seront dirigés par le Dr Esteban Chornet. Le Dr Chornet, est ingénieur chimiste, professeur à l’Université de Sherbrooke et spécialiste en valorisation de la biomasse. M. Chornet, qui possède une expertise reconnue en Amérique du Nord et en Europe, a été élu à l’Académie des sciences du Canada en 2006.

« Le Québec est d’avis que le recours aux carburants renouvelables doit se faire dans une perspective de développement durable. Ceux-ci doivent non seulement contribuer à améliorer l’environnement en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, mais ils doivent également contribuer au développement économique et social du Québec », a conclu M. Charest.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017