Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Plan québécois des infrastructures Le gouvernement Charest lance un des plus grands chantiers économiques de l'histoire du Québec

Plan québécois des infrastructures « Des fondations pour réussir »Montréal, le 11 octobre 2007 – Rompant avec le laisser-aller des dernières décennies, le gouvernement du Québec entend mobiliser le talent, l’expertise, les ressources humaines et financières du Québec pour réussir l’un des plus importants chantiers économiques de l’histoire du Québec. Le Plan québécois des infrastructures « Des fondations pour réussir » annoncé aujourd’hui par le premier ministre, Jean Charest, et la ministre des Finances et présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget, marquera un tournant majeur dans la gestion des infrastructures collectives et entraînera des investissements de 30 milliards de dollars sur cinq ans, en plus de générer la création de dizaines de milliers d’emplois dans toutes les régions du Québec.

En lançant le Plan québécois des infrastructures, le gouvernement investira, dès cette année, dans la modernisation, la réfection et la préservation des écoles, des routes, des hôpitaux et des infrastructures municipales. Ce plan prévoit aussi des investissements majeurs dans le transport en commun, les logements publics, la recherche, la sécurité publique et la culture.

« En investissant de façon massive, dès maintenant, notre gouvernement fait preuve de vision, de courage et de détermination pour rattraper des décennies de sous-investissement dans l’entretien de nos infrastructures collectives. D’ici 15 ans, nos hôpitaux seront parmi les plus modernes au monde, nos routes en aussi bonne condition que celles de nos voisins, nos réseaux d’égouts et d’aqueducs en mesure de soutenir davantage de développement et nos écoles plus accueillantes et favorisant la réussite scolaire », a déclaré le premier ministre du Québec au terme d’une rencontre avec les principaux leaders socio-économiques du Québec.

Ce vaste chantier, qui se poursuivra sur une quinzaine d’années, mobilisera l’ensemble du gouvernement. Il prévoit des investissements de 23,4 milliards de dollars dans l’élimination des déficits d’entretien et le maintien des actifs de même que 6,3 milliards de dollars pour l’amélioration et le remplacement des infrastructures. Une somme de 7,6 milliards de dollars est également prévue pour permettre le parachèvement des projets en cours.

« Nous agissons de façon responsable pour léguer aux générations futures des fondations pour réussir. En plus d’être une source de fierté, des infrastructures de qualité sont une condition essentielle pour soutenir le développement économique du Québec. Pour le gouvernement du Québec, comme pour l’ensemble de ses partenaires, il s’agit non seulement d’un immense défi, mais d’une priorité qui guidera notre action pour les quinze prochaines années », a ajouté la ministre des Finances et présidente du Conseil du trésor, Mme Monique Jérôme-Forget.

Pour atteindre les cibles qu’il s’est fixées, le gouvernement demandera à l’Assemblée nationale d’adopter une loi sur la bonne gestion des infrastructures. Une telle loi renforcera la confiance des citoyens et dotera le gouvernement du Québec d’un outil de gouvernance de même nature que la Loi sur l’équilibre budgétaire et la Loi sur la réduction de la dette et instituant le Fonds des générations.

« En encadrant dans une loi l’entretien permanent et le développement futur de nos équipements collectifs, nous rompons avec les pratiques du passé et nous agissons de façon responsable pour laisser aux générations futures un patrimoine collectif de qualité, tout en respectant la capacité de payer des contribuables. Il s’agit d’une question d’équité envers nos enfants et nos petits-enfants », a précisé la ministre Jérôme-Forget.

Cette loi s’accompagnera d’un cadre strict de gestion des grands projets afin d’en assurer le respect des budgets et des échéanciers.

« Ce plan d’action pour des infrastructures de qualité s’inscrit au cœur de notre vision du développement durable et marque notre volonté d’agir en matière de croissance économique, de création d’emplois et de richesse », a conclu le premier ministre, M. Jean Charest.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017