Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Présentation du Conseil des ministres Les quatre piliers de l’action du gouvernement de Pauline Marois : intégrité, prospérité, identité, solidarité

Québec, le mercredi 19 septembre 2012« Le 4 septembre dernier, les Québécois ont choisi de tourner la page et d’ouvrir un nouveau chapitre de l’histoire du Québec. Les Québécois ont choisi le changement et ils ont choisi de le faire avec un gouvernement du Parti Québécois. Le premier changement que nous proposons est de nous appuyer sur ce qui nous unit en empruntant la voie de l’écoute, du dialogue et de l’action. L’action de notre gouvernement se fondera sur quatre piliers : l’intégrité, la prospérité, l’identité et la solidarité », a déclaré la première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, lors de la présentation de son Conseil des ministres.

L’intégrité

« L’intégrité marquera l’ensemble de l’action gouvernementale. Cela se traduira dans un premier temps par des réformes rapides, là où nous pourrons trouver un terrain commun avec l’opposition. Il faudra mettre en œuvre les recommandations de la commission Charbonneau lorsque celle-ci les aura déposées. Cela signifie également que le gouvernement travaillera avec la fonction publique pour que l’État retrouve l’expertise nécessaire à la bonne marche des affaires et pour qu’il retrouve sa place parmi les plus efficaces. Cela signifie gérer l’argent des Québécois avec beaucoup de rigueur », a-t-elle poursuivi.

La prospérité

La prospérité sera un pilier important de l’action gouvernementale. Ce changement consiste à retrouver le chemin d’une prospérité durable pour tous les Québécois. Il faudra agir dans le contexte d’une situation économique mondiale inquiétante et à partir de finances publiques dont l’état demeure fragile. Nous devrons surmonter le mur gigantesque d’un déficit commercial de 25 milliards de dollars.

« Rien ne s’oppose à ce que le peuple québécois soit parmi les plus prospères de la planète. Nous avons le talent, la créativité, le territoire, les ressources, l’énergie et l’esprit d’entreprise qui a permis à nos prédécesseurs de bâtir ce pays à partir de presque rien. Notre prospérité doit être fondée sur une vision à long terme qui rapporte à l’ensemble de la société, pas seulement à une minorité de privilégiés », a ajouté la première ministre.

Avec Nicolas Marceau aux Finances et à l’Économie, Élaine Zakaïb, ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, et Pascal Bérubé, ministre délégué au Tourisme, nous aurons une équipe solide pour remettre le Québec sur la voie de la prospérité. Le mandat du nouveau ministre des Finances et de l’Économie sera de remettre de l’ordre dans les finances publiques et de rétablir une justice fiscale afin de donner de l’oxygène aux familles de la classe moyenne.

Il ne saurait y avoir de prospérité durable en opposant le développement économique et la protection de l’environnement. Les deux vont de pair. Avec Daniel Breton à titre de ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, et Scott McKay comme adjoint parlementaire aux dossiers de la faune et des parcs, le développement du Québec se conjuguera avec l’amélioration constante de notre environnement et nous nous assurerons que le Québec devienne un chef de file environnemental dans le monde.

Le savoir demeure la voie par excellence de l’enrichissement individuel et collectif. Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, Pierre Duchesne, assumera cette tâche stratégique avec le mandat d’annuler la hausse des droits de scolarité et de tenir un sommet sur l’enseignement supérieur.

Le Québec est riche de son territoire et de ses ressources naturelles. Cette richesse appartient à tous les Québécois et doit profiter à tous. La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, aura le mandat de proposer un nouveau régime de redevances minières, de maximiser la transformation de nos ressources pour créer des emplois de qualité chez nous, de soutenir la relance de l’industrie forestière et de définir une nouvelle politique énergétique. Elle sera soutenue dans son travail par un adjoint parlementaire à la forêt, Denis Trottier, et un adjoint parlementaire aux affaires nordiques, Luc Ferland.

Le vice-premier ministre et ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, François Gendron, et son adjointe parlementaire aux pêcheries, Jeannine Richard, auront le mandat prioritaire de réviser les programmes de façon à mieux soutenir nos agriculteurs et nos pêcheurs, de favoriser une relève ainsi que de proposer et de mettre en œuvre une politique de souveraineté alimentaire.

L’aménagement du territoire et les infrastructures de transport jouent un rôle clé dans la prospérité et la qualité de vie des Québécois. Dans un souci de cohérence et d’efficacité, le ministre des Transports, ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, Sylvain Gaudreault, aura la lourde tâche de faire le ménage au sein des transports et ensuite de transformer le ministère en agence. Tous les moyens doivent être pris pour que les contribuables québécois en aient pour leur argent. Pour le seconder dans ses responsabilités, il pourra compter sur Gaétan Lelièvre à titre de ministre délégué aux Régions et à la Politique nationale de la ruralité et sur André Villeneuve, qui agira à titre d’adjoint parlementaire en matière d’affaires municipales.

Le Québec est une société ouverte sur le monde, autant en matière de commerce que de culture ou de coopération internationale. Le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, Jean-François Lisée, aura la tâche de promouvoir les intérêts du Québec sur la scène internationale et d’accompagner nos entrepreneurs sur les marchés internationaux. Comme ministre responsable de la métropole, il aura également le mandat de créer un lien organique entre les décideurs et les citoyens de la région de Montréal et l’ensemble du gouvernement, notamment avec la communauté anglophone. Alain Therrien le secondera à titre d’adjoint parlementaire au commerce extérieur.

L’État doit retrouver la confiance des Québécois. Pour ce faire, une gestion efficace des fonds publics doit être un élément clé. Cette responsabilité sera partagée par tous les ministres et tous les employés de l’État. À titre de président du Conseil du trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale, Stéphane Bédard aura le mandat de débusquer les sources d’inefficacité et de gaspillage, de les éliminer de façon à utiliser à bon escient l’argent public qui vient de la poche de nos concitoyens. Il sera également leader du gouvernement.

L’identité

« Les Québécois forment une nation de plein droit dont l’identité s’est forgée au long de ses plus de 400 ans d’histoire. Mon gouvernement est souverainiste et il se donne pour tâche de partager cette conviction avec les Québécois. D’ici à l’atteinte de cet objectif, il est impératif de faire avancer avec force nos intérêts et de promouvoir notre identité non pas à titre de province, mais à titre de nation », a déclaré Pauline Marois, en désignant Alexandre Cloutier à titre de ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes et à la Gouvernance souverainiste, dont le mandat sera de prendre tous les moyens nécessaires pour défendre les intérêts du Québec et lui permettre d’occuper tout l’espace possible dans les domaines de son identité et de son économie, y compris en exigeant de nouveaux pouvoirs.

Nous devons être fiers de ce que nous sommes, chérir notre histoire, assurer le respect de nos valeurs et la place du français comme langue publique commune. Nous avons également le devoir d’accueillir et d’intégrer les nouveaux arrivants au sein de notre nation. La ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles et ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, et son adjointe parlementaire pour les dossiers touchant à l’intégration des immigrants, Suzanne Proulx, assumeront ce mandat. Proposer une nouvelle loi 101 fera partie de leurs priorités, afin que le français reprenne toute sa place comme langue officielle et d’usage partout au Québec.

La culture constitue un fondement essentiel de l’identité québécoise. Elle nous rend fiers, nous permet de nous épanouir, de nous divertir et représente une source inépuisable de richesse. À titre de ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto aura le mandat de soutenir la diffusion et le rayonnement de notre culture et de rapatrier les pouvoirs et les budgets fédéraux en matière de culture et de communications.

La démocratie est à la base de notre société et ne doit pas se résumer à des élections aux quatre ans. Les Québécois sont rendus plus loin et veulent exercer leur citoyenneté au quotidien. À titre de ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville aura la tâche de modifier le mode de financement des partis, d’instaurer des élections à date fixe et de limiter la durée des mandats des élus. Il devra proposer des mécanismes permettant d’augmenter la participation citoyenne, une Charte de la laïcité et un projet de loi sur l’identité.

La solidarité

Si la prospérité et l’identité sont fondamentales pour un peuple, il en va de même de la solidarité. En ce sens, l’État permet non seulement de redistribuer la richesse, mais aussi d’assurer l’égalité des chances.

La ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, et ministre responsable de la Condition féminine, Agnès Maltais, aura le mandat de poursuivre le travail du gouvernement précédent pour faire en sorte que l’égalité entre les femmes et les hommes devienne une réalité de plus en plus concrète. Elle pourra compter sur l’appui de Diane Gadoury-Hamelin à titre d’adjointe parlementaire à la condition féminine et de Gilles Chapadeau à titre d’adjoint parlementaire au travail.

La santé demeure une des grandes priorités des Québécois et du gouvernement. Le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, Réjean Hébert, aura le mandat de donner l’accès aux soins de première ligne et à un médecin de famille à tous les Québécois ainsi que de s’occuper avec humanité de nos aînés. Il devra implanter une politique nationale de soins à domicile pour nos aînés en créant un régime d’assurance autonomie. Réjean Hébert et Véronique Hivon, ministre déléguée à la Santé publique et à la Protection de la jeunesse, mettront en place une ambitieuse politique de prévention et de saines habitudes de vie.

Pour le nouveau gouvernement, l’éducation sera une grande priorité. À titre de ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Marie Malavoy aura le mandat prioritaire de répondre à l’appel des enseignants et des parents qui demandent de l’aide dans les classes, et d’instaurer la maternelle à 4 ans pour les enfants des milieux défavorisés.

Les familles sont au centre de plusieurs de nos engagements. À titre de ministre de la Famille, Nicole Léger aura le mandat d’offrir à chaque famille qui le désire une place en service de garde et, avec le ministre des Finances, d’instaurer les crédits d’impôt pour les activités artistiques et sportives des enfants.

Dans une société de droit, l’intégrité de la justice doit être sans faille. Le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud, aura le mandat d’administrer la justice avec intégrité et humanité. Le système de justice devra être plus accessible aux citoyens et plus humain vis-à-vis des victimes. Il aura aussi le mandat d’examiner avec ses collègues, et s’il y a lieu avec le gouvernement fédéral, les sanctions et les sentences encourues par les récidivistes, notamment pour l’alcool au volant.

Tous les êtres humains désirent vivre en sécurité. Il s’agit d’un besoin fondamental de toutes les sociétés. Les Québécois peuvent se réjouir de vivre au sein d’une des juridictions les plus pacifiques et sécuritaires des Amériques. À titre de ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron aura le mandat, avec son collègue de la Justice, de continuer le travail entrepris par le précédent gouvernement pour rapatrier au Québec les données du registre fédéral des armes à feu et de contribuer à faire du Québec une des sociétés les plus intègres et les plus sécuritaires.

Depuis plus de 400 ans, la nation québécoise cohabite sur l’immense territoire qui est le nôtre avec les Premières Nations. La règle d’or pour des relations harmonieuses entre nos nations est simple et se résume en un mot : respect. La personne qui incarnera cet esprit à titre de ministre déléguée aux Affaires autochtones est Élizabeth Larouche. Elle aura le mandat d’accompagner les nations autochtones du Québec dans leur développement économique, social et culturel.

À titre de première ministre, Pauline Marois présidera le Conseil exécutif et le Comité ministériel des orientations stratégiques. Elle sera responsable des dossiers des affaires intergouvernementales canadiennes et de la gouvernance souverainiste. Conformément à l’engagement pris auprès des Gaspésiens, Pauline Marois assumera la responsabilité de l’action gouvernementale pour le développement de cette région.

Pour combler le fossé qui a pu apparaître au cours des derniers mois entre les générations, Pauline Marois a demandé à Léo Bureau-Blouin d’être son adjoint parlementaire pour les dossiers jeunesse. « Ensemble, nous veillerons à rassembler les générations pour forger une nouvelle alliance dans laquelle la jeunesse québécoise prendra toute la place qui lui revient », a-t-elle affirmé.

« Notre gouvernement a une grande responsabilité : réaliser les changements souhaités par les Québécois. Nous devons nous appuyer sur ce que font les gens au quotidien et forger des consensus. Nous devons être souples dans nos moyens tout en restant fermes sur nos objectifs. Nous avons cette conviction intime que l’avenir du Québec est de devenir un pays souverain. Dans le contexte d’un gouvernement minoritaire, nous protégerons chaque parcelle de souveraineté déjà entre nos mains et nous tenterons d’en acquérir de nouvelles. La visée qui doit tous nous guider, nous rassembler, nous dépasser, c’est celle de la liberté », a conclu la première ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017