Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Bilan de la session de printemps 2012 L'économie du Québec se porte bien et le Plan Nord génère plusieurs projets

Québec, le 15 juin 2012. – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, accompagné de ministres de son gouvernement, a fait le bilan des actions posées par le gouvernement du Québec au cours des derniers mois. Un bilan à saveur économique centré sur la création de richesse dont le Plan Nord est un levier important.

Économie et finances

Malgré le contexte économique mondial instable, le Québec a su prendre des décisions rigoureuses et courageuses pour protéger l’économie des Québécois. Notre rigueur budgétaire a été saluée par les firmes Fitch et DBRS. Le retour à l’équilibre budgétaire est prévu en 2013-2014, tandis que le gouvernement de l’Ontario compte l’atteindre quatre ans plus tard, soit en 2017-2018. Le déficit prévu est beaucoup moins important, soit de 0,4 % du PIB, comparativement à l’Ontario qui est à 2,3 % du PIB. Depuis 2003, le taux de chômage est passé de 9,2 % à 7,8 %, et ce, malgré le fait que l’économie mondiale a connu l’une des pires crises de son histoire au cours des dernières années. Le taux d’emploi demeure élevé avec la création de plus de 84 100 emplois au cours de la dernière année. Avec 80 080 personnes de moins à l’aide sociale depuis 2003, le Québec atteint son plus faible nombre de prestataires depuis près de 35 ans.

Financement des  universités

Pour rompre avec le sous-financement chronique des universités, le gouvernement a posé un geste d’avenir en mettant de l’avant son plan de financement universitaire de plus de 1 G$. Ce dernier est accompagné de différentes mesures qui ont été bonifiées afin de favoriser l’accessibilité aux études.

Le gouvernement a notamment permis un étalement de la hausse des droits de scolarité sur 7 ans plutôt que sur 5 ans. Nous avons également ajouté 39 M$ en bourses d’études et annoncé la mise en place d’un système de remboursement proportionnel au revenu. Rappelons également que le Québec demeure toujours l’endroit où les droits de scolarité sont les plus bas et où le régime de prêts et bourses est le plus généreux au Canada.

Développement durable

Afin de permettre au Québec de poursuivre sur sa lancée qui en fait un leader sur la question des changements climatiques, le gouvernement a annoncé son Plan d’action 2013-2020 dans lequel il investit 2,7 G$. Cette volonté inébranlable s’est également exprimée par la bonification du programme Rénoclimat, par la mise en place d’un fonds de 100 M$ pour le développement des technologies propres et par un plan de réhabilitation des sites contaminés de 1 G $ sur 10 ans.

Le projet de loi  65 a également été déposé afin de concrétiser un engagement du Plan Nord: protéger de tout développement industriel 50 % du territoire se situant au-delà du 49parallèle. Cet engagement fait du Plan Nord l’un des plus importants projets de protection environnementale jamais réalisé.

Développement social

La santé demeure un enjeu prioritaire. Notamment, la loi 74 visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel a été adoptée. Le Centre intégré de cancérologie de Laval a été inauguré et le coup d’envoi des travaux d’agrandissement du CHU Sainte-Justine a été donné. Par ailleurs, nous avons lancé la toute première politique gouvernementale sur le vieillissement en injectant un montant additionnel de 2,7 G$ sur 5 ans.

Plan Nord

Véritable chantier d’une génération, le Plan Nord a pris sa vitesse de croisière et prévoit des investissements de milliards de dollars. Depuis son lancement, le 9 mai 2011, le nombre de projets miniers est passé de 11 à 28 pour une valeur estimée à 33 G$. D’ailleurs, pour l’année 2010-2011, le Québec a touché plus de redevances minières qu’il n’en a perçues au cours des 10 dernières années additionnées. Au cours des 10 prochaines années, les Québécois devraient bénéficier de 4 G$ de redevances en provenance des compagnies minières.

Emploi-Québec sera au service des entreprises et des travailleurs à la recherche d’un emploi dans le cadre du Plan Nord. Le gouvernement a annoncé un  investissement de 160 M$ sur 5 ans pour pallier aux besoins de main-d’œuvre. La création de Ressource Québec et la bonification de l’aide fiscale pour favoriser la transformation au Québec sont d’autres mesures mises de l’avant pour permettre de générer, dans les régions du Québec, des retombées importantes associées au Plan Nord.

L’attitude de l’opposition

L’opposition a fait une obstruction systématique à plusieurs projets de loi gouvernementaux. Ainsi, les projets de loi 14 sur les mines, 27 sur la création de la Société du Plan Nord, et 73 sur les mesures du budget ont fait l’objet d’un blocage parlementaire de la part de l’opposition. « Les parlementaires qui empêchent la modernisation d’un régime minier qui a vieilli, qui refusent de voter en faveur de pouvoirs supplémentaires pour les municipalités afin de mieux gérer le développement minier, qui empêchent la mise sur pied de la Société du Plan Nord, ces gens-là ne travaillent pas dans l’intérêt des Québécois », a souligné le premier ministre.

« Au-delà du développement du Nord, Pauline Marois et le Parti Québécois se sont également opposés au projet de loi 73 qui prévoit notamment le versement de 300 M $ au Fonds des générations, des fonds supplémentaires pour lutter contre le travail au noir et des moyens de soutenir le transport en commun en Gaspésie. Ce faisant, ils ont échoué dans leur responsabilité de faire passer les intérêts des Québécois avant leurs intérêts partisans », a-t-il conclu.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017