Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Plan de lutte contre les changements climatiques Le gouvernement du Québec investit 2,5 M$ pour un projet pilote innovateur à base d’hydrogène au Québec

Montréal, le 20 avril 2009 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a annoncé aujourd’hui une participation du gouvernement du Québec de 2,5 millions $ dans un projet pilote qui favorisera une nouvelle source d’énergie propre au Québec, l’hydrogène, et qui permettra de déplacer les personnes et les biens sur le site de l’Aéroport international Pierre-Elliot-Trudeau à Montréal. Ce projet unique en son genre débutera au printemps 2010 et se déroulera jusqu’en mars 2011. Cette contribution s’ajoute à celle des autres partenaires du projet.

Le premier ministre a procédé à cette annonce en compagnie de la ministre des Ressources naturelles du Canada, l’honorable Lisa Raitt, du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et ministre responsable de la région de Montréal, l’honorable Christian Paradis, du ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Claude Béchard, et en présence de la présidente-directrice générale de l'Agence de l’efficacité énergétique, Luce Asselin, du président et chef de la direction d’Air Liquide Canada, Luc Doyon, et du président-directeur général d’Aéroports de Montréal, James C. Cherry.

« Nous avons choisi de faire du Québec un leader en matière d’énergie verte. Investir dans la recherche de solutions énergétiques propres, c’est assurer un environnement sain aux générations futures. L’hydrogène fait nécessairement partie de la solution. Il s’agit d’un des vecteurs d’énergie émergente qui nous aideront à réduire les émissions de gaz à effet de serre et qui continueront de permettre au Québec de mener une lutte affirmée contre les changements climatiques. Nous sommes très fiers que ce projet de démonstration de l’hydrogène se déroule ici et qu’il nous permette de tester aujourd’hui l’utilisation d’un vecteur d’énergie de demain », a déclaré monsieur Charest. 

Dirigé par Air Liquide, le projet pilote mettra à l’essai diverses technologies de transport de l’hydrogène dans des navettes, des voitures pour passagers et des véhicules commerciaux. Une technologie d’infrastructure de ravitaillement en hydrogène unique sera également employée pour remplir les réservoirs d’hydrogène mobiles. Pour les 12,8 millions de passagers internationaux qui fréquentent l’aéroport chaque année, il s’agit d’une belle opportunité de voir comment l’hydrogène peut être utilisé dans un environnement aussi dynamique et vivant.

« C’est un nouveau départ pour les recherches sur l'hydrogène au Québec et nous espérons enfin trouver une alternative propre aux énergies polluantes. Il existe ici une expertise particulière sur l'hydrogène et son utilisation; pour nous il était clair que nous souhaitions la développer. Nous encourageons ce genre de recherches et de démonstrations afin de nous outiller le plus rapidement possible pour éliminer notre dépendance au pétrole et aux énergies fossiles », a mentionné le ministre Béchard.

Le recours à l’hydrogène en tant que vecteur d’énergie constitue une solution de rechange prometteuse pour remplacer l’essence dans les voitures. Utilisé dans les piles à combustible, l’hydrogène s’associe à l’oxygène dans l’air pour produire de l’électricité nécessaire pour propulser les véhicules. Ce faisant, il est intéressant de noter que la seule forme d’émission de ce type d’énergie est l’eau.

C’est par le biais de son programme Technoclimat, qui découle des sommes perçues à même le Fonds vert, que l’Agence de l’efficacité énergétique versera la contribution financière du Québec, soit 2,5 millions $, ce qui représente 22 % des coûts de réalisation du projet à l’aéroport Montréal-Trudeau.

« Aujourd'hui, c’est un jour de première pour l'Agence de l'efficacité énergétique. Nous sommes très fiers d'annoncer le tout premier projet issu du programme Technoclimat qui vise à encourager le développement de technologies vertes et la réduction d'émissions de gaz à effet de serre. Notre contribution financière à ce projet permettra de faire avancer les recherches sur l'hydrogène, de nous doter de données précieuses pour être résolument tournés vers l'avenir et participer à la création d'un Québec plus vert, prêt à affronter les défis futurs en matière d'énergie propre. Du même coup, nous mettons tout en œuvre pour atteindre nos cibles fixées, notamment en terme de réduction d’émissions de GES », a conclu la p.-d. g. de l'Agence, Luce Asselin.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017