Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Projet du Complexe hydroélectrique de la Romaine Le premier ministre donne le coup d'envoi du plus grand chantier au Canada

Havre-Saint-Pierre, le 13 mai 2009 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, en compagnie du ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Claude Béchard, du ministre responsable des Affaires autochtones, Pierre Corbeil, du maire de Havre-Saint-Pierre et préfet de la MRC de Minganie, Pierre Cormier, de chefs de Communautés Innus de la Moyenne-Côte-Nord et de la Basse-Côte-Nord et du président-directeur général d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, a procédé aujourd'hui au lancement officiel des travaux de construction du Complexe hydroélectrique de la Romaine, à Havre-Saint-Pierre.

« Aujourd’hui, nous lançons le plus grand chantier au Canada. Le projet de la Romaine s’inscrit dans notre vision de développement hydroélectrique, une énergie propre et renouvelable qui fait la fierté des Québécois. Cette nouvelle production énergétique constitue un puissant levier de développement économique pour le Québec en permettant de créer de l’emploi et de la richesse, en plus de contribuer à la lutte contre les changements climatiques », a déclaré le premier ministre. 

Le ministre Claude Béchard a fait valoir l'importance de ce projet pour le Québec et ses régions : « Les travaux de construction, qui s’échelonneront jusqu’en 2020, procureront de l’emploi aux travailleurs de la Côte-Nord dès cet été. À la pointe des travaux, de 2012 à 2016, le projet permettra de créer plus de 2 000 emplois par année. Le projet engendrera des retombées économiques importantes en contrats et en achats de biens et de services liés à la construction de quelque 3,5 milliards $ au Québec, dont environ 1,3 milliard $ pour la Côte-Nord. »

« Le projet hydroélectrique de la Romaine est un très bon projet. La construction de quatre centrales hydroélectriques s'échelonnera jusqu'en 2020 et une première mise en service est prévue dès 2014. Une fois le projet complété, le Québec disposera d'une puissance installée additionnelle de 1 550 MW et d'une quantité d'énergie supplémentaire de 8 TWh par année », a expliqué, de son côté, monsieur Vandal.

« Monsieur le Premier Ministre, vous nous donnez une belle occasion de nous prouver à nous-mêmes que la nation innue est capable de grandes réalisations. Qu’il y a de la place pour tout le monde dans le respect de ce que nous sommes. Que nous sommes ensemble de véritables partenaires du développement de la région et de tout le Québec. Et nous avons la volonté de répondre à votre belle invitation avec force, intelligence et détermination », a pour sa part mentionné le chef des Innus de Nutashkuan, François Bellefleur.

« Le projet de la Romaine est un défi de taille que nous allons relever, a assuré le maire de Havre-Saint-Pierre, Pierre Cormier. Nous attendons ce projet depuis près de 50 ans. Avec le consensus régional qui s’est développé autour de ce projet, nous ne pouvons que nous réjouir de ce qui nous arrive. »

Le projet de la Romaine est soutenu par les communautés locales et des ententes de partenariat ont été signées avec la MRC de la Minganie et les quatre communautés innues du territoire concernées. Dans un esprit de développement durable, les ententes visent à permettre à la région hôte de profiter à long terme de la réalisation du projet. Les ententes vont favoriser le développement économique, culturel et social des communautés d’accueil. De plus, elles favorisent l’implantation d'entreprises et la création d'un maximum d’emplois par la mise en place de programmes de formation adaptés. Les ententes prévoient la participation des communautés à la construction et au suivi environnemental du projet.

Rappelons qu’à la suite d'un processus d'évaluation environnemental rigoureux et transparent, la Commission d'examen conjoint fédérale-provinciale a recommandé la réalisation du projet du Complexe hydroélectrique de la Romaine.

« Le projet répond à trois objectifs de la Stratégie énergétique du Québec qui sont de renforcer la sécurité des approvisionnements en énergie, d’utiliser davantage l’énergie comme levier de développement économique et d’accorder une plus grande place aux communautés locales et régionales et aux nations autochtones. Ce projet témoigne qu’économie, environnement et acceptabilité sociale peuvent cohabiter harmonieusement », a conclu le premier ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017