Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Mission du premier ministre en France Le premier ministre ouvre les Entretiens Jacques-Cartier et reçoit un doctorat honoris causa

Lyon, le 29 novembre 2009 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a complété aujourd’hui à Lyon sa mission en France en procédant à l’ouverture des Entretiens Jacques-Cartier. Le premier ministre a également reçu un doctorat honoris causa de l’Université Pierre-Mendès-France Grenoble 2 pour souligner sa carrière politique et sa contribution au développement de la relation entre la France et le Québec.

Huit autres Québécois ont reçu un honneur similaire de la part d’autres universités françaises. Il s’agit de messieurs Raymond Roy (Université de Montréal), Francis H. Glorieux (Université McGill), Ghislain Bourque (Université du Québec à Trois-Rivières), Christophe Guy (École polytechnique de Montréal), Jean-Louis Baudoin (ancien juge, Cour d’appel du Québec) et Wajdi Mouawad (metteur en scène et auteur), ainsi que mesdames Mona Nemer (Université d’Ottawa) et Hélène Desmarais (HEC Montréal).

Dans son discours d’ouverture des Entretiens Jacques-Cartier, le premier ministre a tracé le bilan de la relation d’exception entre le Québec et la France, qui se déploie maintenant dans des secteurs aussi divers que la culture, la langue, l’économie, la coopération, la mobilité de la main-d’œuvre et l’éducation. Cet événement annuel a été mis sur pied en 1987 par le Centre Jacques-Cartier, voué à la coordination de partenariats entre le Québec et la région Rhône-Alpes. Les Entretiens Jacques-Cartier consistent en une série d’une vingtaine de colloques portant sur des domaines variés et accueillent annuellement quelque 500 conférenciers et 2 000 participants.

À l’invitation du président du Conseil régional Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, le premier ministre a profité de son passage à Lyon pour visiter la Cité de l’Environnement, l’un des seuls bâtiments à énergie positive construit en France. La Cité de l’Environnement, en tant que premier pôle de compétences environnementales en France, est un exemple éloquent du type de coopération souhaitée entre les pôles de compétitivité français et les créneaux d’excellence québécois. Rappelons que la région Rhône-Alpes a fait figure de pionnière en étant, dès 1994, la toute première région française à signer un plan d’action de coopération décentralisée avec le Québec.

En marge de cette visite, messieurs Charest et Queyranne ont rappelé tous deux l’importance que la voix des états fédérés et des régions soit entendue à Copenhague, où s’ouvrira sous peu la 15e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques.

Monsieur Queyranne a également annoncé sa participation au 3e Sommet des Leaders qui sera coprésidé par le premier ministre Charest. « Les États fédérés comme le Québec et les régions telle celle que préside monsieur Queyranne jouent un rôle crucial dans la lutte contre les changements climatiques. C’est essentiellement d’eux que dépend la mise en œuvre de mesures concrètes de réduction d’émissions de GES. C’est pourquoi nous travaillons, avec des partenaires tels la région Rhône-Alpes, à faire reconnaître dans les textes d'un nouvel accord multilatéral le rôle essentiel des États fédérés et des régions dans la lutte contre les changements climatiques », a déclaré le premier ministre.

Le premier ministre a amorcé sa mission vendredi en assistant, à Paris, à la signature de 4 nouveaux arrangements de reconnaissance mutuelle (ARM) entre des ordres professionnels français et québécois du domaine de la santé. Les professions concernées sont les médecins, les pharmaciens, les dentistes et les sages-femmes. En outre, les ordres professionnels représentant les infirmières québécoises et françaises se sont également engagés à conclure un ARM au plus tard le 1er juillet 2010. Cette annonce porte à 22 le nombre d’ARM signés entre des ordres professionnels ou des métiers québécois et français depuis la signature historique, le 17 octobre 2008 à Québec, de l’Entente Québec-France en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles par le premier ministre Charest et le président français, Nicolas Sarkozy.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017