Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Rencontre économique 2010 Le premier ministre se réjouit de la mobilisation des partenaires économiques

Lévis, le 21 janvier 2010 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a tracé un bilan positif des travaux de la Rencontre économique 2010 qui s’est déroulée hier et aujourd’hui à Lévis. Cette rencontre réunissait les membres des trois « équipes de vigilance » mandatées par le premier ministre en octobre 2008 pour suivre de près la situation de l’emploi, la situation économique et la situation financière du Québec. D’autres partenaires prenaient part aux discussions, notamment des représentants du milieu municipal, des Premières Nations et des Inuits provenant de différents secteurs composant le tissu économique du Québec, ainsi que les formations politiques représentées à l’Assemblée nationale.

« En 2008 les Québécois nous ont donné le mandat de traverser la crise et de préparer la reprise. Les comités de vigie ont conseillé le gouvernement dans la mise en œuvre de mesures pour atténuer les effets du ralentissement économique au Québec. Au cours des dernières semaines, ils ont travaillé sur des propositions qui ont permis aujourd’hui de débattre du positionnement du Québec dans 20 ans. Le travail qu’ils ont accompli est considérable. Il permettra d’éclairer le gouvernement notamment dans les choix difficiles qu’il aura à faire », a souligné le premier ministre.

Les constats et les convergences

D’entrée de jeu, les participants ont reconnu l’importance d’avoir des finances publiques saines. Ils ont souligné la nécessité d’entrevoir la reprise avec prudence étant donné la fragilité potentielle de celle-ci.

Les participants ont insisté sur l’importance d’instaurer une économie fondée sur la créativité et l’innovation, puisqu’il s’agit là de la meilleure façon de nous démarquer et de nous assurer des emplois stimulants, de qualité et avec des conditions de travail intéressantes. Les partenaires s’entendent pour dire que le développement de la culture entrepreneuriale est un excellent moyen de nous distinguer par rapport à nos concurrents.

Les discussions ont également permis de dégager un consensus autour de l’importance de poursuivre le virage vers une économie verte. Le Québec, qui assume actuellement un leadership en cette matière, pourra ainsi tirer profit d’opportunités d’affaires nouvelles. Les participants ont convenu que le Québec devait devenir un pôle d’attraction pour les investissements, les chercheurs, les travailleurs et les étudiants étrangers.

L’éducation a occupé une part importante des discussions. Plusieurs intervenants ont souligné qu’elle constitue la clef du succès d’une société et d’une économie modernes. Il faut former des créateurs, des entrepreneurs. Il faut former une main-d’œuvre compétente qui réponde aux besoins du marché du travail.

Poursuivre le travail

Pour faire suite aux discussions, le premier ministre a confié aux membres de son gouvernement des mandats afin d’enclencher le travail.

Il a demandé à la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Michelle Courchesne, ainsi qu’au ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre du Travail, Sam Hamad, de proposer des moyens pour :

  • améliorer l’adéquation entre l’enseignement et les besoins en main-d’œuvre des entreprises;
  • augmenter le nombre de personnes formées dans les domaines à haute valeur ajoutée (formation et rétention des « cerveaux »);
  • revoir l’offre de formation continue (diversité, accessibilité, flexibilité, etc.).

Il a confié la responsabilité au ministre des Finances, Raymond Bachand, et au ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, Clément Gignac, de :

  • proposer une nouvelle Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation appuyant en priorité la commercialisation de produits novateurs et de produits issus de la recherche et développement;
  • mettre en place un contexte favorable à l’entrepreneuriat en tenant compte spécifiquement des besoins des régions.

Afin de permettre à ceux qui le désirent de demeurer le plus longtemps possible sur le marché du travail, il a demandé au ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre du Travail, Sam Hamad, et au ministre des Finances, Raymond Bachand, de :

  • travailler à la mise en place de conditions ou d’incitatifs permettant aux personnes plus âgées, si elles le souhaitent, de demeurer sur le marché du travail (55 ans à 70 ans).

Le premier ministre a par ailleurs demandé au ministre des Finances, Raymond Bachand, au ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, Clément Gignac, au ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre du Travail, Sam Hamad, et au ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, Laurent Lessard, de :

  • travailler à améliorer l’économie et le marché du travail de la grande région métropolitaine.

Finalement, afin que le Québec puisse profiter pleinement de la nouvelle économie verte qui pointe à l’horizon, le premier ministre a mandaté la ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Nathalie Normandeau, la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Line Beauchamp, et le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, Clément Gignac, pour proposer au gouvernement les actions à mettre en place.

« Le travail des deux derniers jours ne s’arrête pas là. En plus des mandats confiés aux ministres, le gouvernement souhaite continuer à travailler avec les groupes de vigie. Les discussions et la vision dégagée influenceront les décisions qui devront être prises dès le prochain budget. La Rencontre économique 2010 aura permis de mobiliser les forces vives du Québec pour débattre d’une vision commune du développement économique du Québec », a conclu le premier ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017