Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Mission Québec-Inde 2010 Des résultats concrets et des perspectives prometteuses

Delhi, le 6 février 2010 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, accompagné du ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Pierre Arcand, et du ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, Clément Gignac, s’est réjouit du succès de la mission économique en Inde qu’il a dirigée au cours des derniers jours.

« Au terme d’une semaine de mission, c’est 33 ententes et annonces qui ont déjà été faites entre partenaires québécois et indiens. Parmi ces ententes, on trouve notamment des créations de coentreprises, des contrats de vente et des ententes de collaborations et d’échanges académiques entre institutions d’enseignement. Mais au-delà des signatures et des annonces, de nombreux participants ont entamé des discussions et jeté les bases d’une relation qui donnera sa pleine mesure au cours des prochains mois et des prochaines années. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que cette mission générera des retombées importantes pour le Québec », a souligné le premier ministre.

Que ce soit à Mumbai, cœur économique du pays, à Bangalore le Silicon Valley de l’Inde, ou dans la capitale Delhi, les 130 participants québécois ont été accueillis chaleureusement et ont pu discuter d’opportunités d’affaires avec leurs homologues indiens.

« Au total, les représentants du secteur des affaires et de la recherche ont effectué plus de 400 rencontres avec des partenaires indiens. Les créneaux d’excellence dans lesquels nos entreprises se démarquent correspondent à des besoins importants en Inde. Cette mission aura non seulement permis de démontrer aux Indiens la complémentarité de nos économies, mais également de stimuler nos échanges au cours des prochaines années », a affirmé le ministre Gignac.

Le premier ministre et les ministres ont eu l’occasion de vanter les avantages comparatifs et le savoir-faire québécois devant plusieurs auditoires dont notamment le Maharashtra Economic Development Council (MEDC), la Indian Merchant Chamber (IMC) et la Federation of Indian Chambers of Industry and Commerce (FICCI). Ils ont également rencontré plusieurs groupes industriels indiens susceptibles d’investir au Québec.

La délégation québécoise, qui comptait un nombre important de représentants du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, a fait la promotion de l'expertise québécoise et des possibilités de collaboration entre l’Inde et le Québec. « Plusieurs de nos institutions comptaient déjà des réussites en Inde. Cette mission aura été l’occasion de multiplier les collaborations et d’explorer de nouvelles pistes de partenariats. La délégation de représentants du secteur de l’éducation a effectué une centaine de rencontres dans 45 établissements indiens d’enseignement supérieur. Le Québec compte des institutions d'enseignement de renommée dont le pouvoir d’attraction est réel. Au cours des prochaines années, le nombre d’étudiants, de professeurs et de chercheurs indiens dans nos institutions est appelé à augmenter. Cela permettra de développer l'expertise et les savoirs qui nous outilleront pour relever les défis économiques et sociaux de demain », a déclaré le ministre Arcand.

Des rencontres politiques de haut niveau

Sur le plan politique, le premier ministre a eu l’occasion de participer à plusieurs rencontres de haut niveau. Il a rencontré le premier ministre indien, le Dr Manmohan Singh. Il en a profité pour l’inviter au Québec et lui réitérer l’appui du Québec aux discussions concernant une éventuelle entente de libre-échange entre l’Inde et le Canada. Monsieur Charest a également rencontré sept ministres du gouvernement fédéral indien : le ministre des Affaires extérieures, S.M. Krishna, le ministre du Développement des ressources humaines, Shri Kabil Sibal, le ministre des Transport routier et des Autoroutes, Kamal Nath, le Solliciteur général de l’Inde, Gopal Subramanian, la ministre de l’Information et des Télécommunications, Ambika Soni, le ministre de l’Énergie, Farooq Abdullah, et le ministre de l’Environnement et des Forêts, Jairam Ramesh.

Le premier ministre et les ministres Arcand et Gignac ont également eu l’occasion de s’entretenir avec le gouverneur du Maharashtra, Shri Kateekal Sankaranarayanan, le ministre en chef de l’État du Karnataka, M. B. S. Yeddyurappa et le gouverneur de l’État du Karnataka, M. Hansraj Bhardwaj, le vice-ministre en chef du Maharashtra, Chhagan Chandrakant Bhujbal, le ministre de l’Industrie et de l’Emploi du Maharashtra, Rajendra Jawaharlal Darda, le ministre des ports et transports du Maharastra, Radhakrisna Eknathrao Viche-Patil, le ministre de l’Éducation du Karnataka, Aravind Limbavali et le ministre de l’Écologie et de l’Environnement du Karnataka, Krishna Palemar, le ministre des transports du Karnataka, R. Ashok . Le ministre Gignac a aussi eu l’occasion de promouvoir l’expertise québécoise dans le domaine de la gestion minière auprès du ministre des Mines de l’Inde, Bijoy Krishna Handique.

Le Québec reconnu pour son leadership environnemental

Le premier ministre a participé au Delhi Sustainable Development Summit (DSDS) aux côtés du premier ministre de l’Inde, Dr Manmohan Singh, des présidents de la Slovénie et des Kiribati, et des premiers ministres du Bhoutan, de Finlande, de Grèce et de Norvège. C’est à l’invitation du Dr R.K. Pachauri que le premier ministre du Québec a participé au DSDS. Ce sommet est la première rencontre internationale d’importance dans le domaine de l’environnement depuis le Sommet de Copenhague.

Monsieur Charest a profité de cette occasion pour promouvoir le leadership québécois en matière de lutte contre les changements climatiques, et pour réitérer l’importance de la reconnaissance du rôle des États fédérés dont dépend 50 % à 80 % des gestes à poser en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il a également profité de sa présence au DSDS pour rencontrer le directeur du Earth Institute  à l’université Columbia, Jeffrey Sachs, et le ministre français de l’Écologie, de l’Énergie, du développement durable et de la mer, Jean-Louis Boorlo.

Une relation appelée à s’intensifier

Cette deuxième mission du premier ministre en Inde aura aussi été l’occasion d’inaugurer le Bureau du Québec à Mumbai, qui permettra d’assurer une présence québécoise permanente en territoire indien. « Cette présence du Québec en Inde est la manifestation concrète de notre intention de tisser des liens plus étroits avec ce géant économique, et d’épauler les entreprises et institutions québécoise qui souhaitent augmenter ou établir leur présence dans ce marché. Elle permettra également de travailler à attirer des investissements indiens au Québec », a affirmé le premier ministre.

Depuis 2006, les exportations québécoises en Inde ont augmenté de près de 80 %. Actuellement, seulement 4 % des PME qui exportent font des affaires avec l'Inde. Malgré le contexte économique mondial défavorable, la Banque mondiale prévoit une croissance du PIB indien de l'ordre de 6,5 % en 2009-2010 et de 8 % pour l'année 2010-2011.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017