Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Un investissement de 47,6 millions de dollars Le gouvernement du Québec donne le feu vert à la phase II du redéploiement des services au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières

Trois-Rivières, le 10 mai 2010 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, accompagné du ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, de la ministre des Transports, ministre responsable de la région de la Mauricie et députée de Laviolette, Julie Boulet, de la députée de Trois-Rivières, Danielle St-Amand, et du député de Maskinongé, Jean-Paul Diamond, a confirmé la réalisation de la Phase II du redéploiement des services du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières grâce à un investissement de 47,6 millions de dollars.

« L'engagement du gouvernement d'améliorer la qualité, l'accessibilité et la continuité des soins en Mauricie se manifeste une fois de plus avec l'annonce de ce projet d'agrandissement et de rénovation qui permettra de doter le Pavillon Sainte-Marie d'installations plus fonctionnelles. Rappelons qu'au cours des dernières années, la région a vu son offre de soins de santé se développer de façon importante, notamment grâce à la mise en place d'un programme complet de doctorat en médecine, l'ajout de deux unités de médecine de famille et la construction d'un pavillon d'enseignement », a déclaré le premier ministre.

Le projet comporte un agrandissement de quelque 11 700 mètres carrés sur cinq étages, qui permettra notamment d'accueillir au Pavillon Sainte-Marie certaines activités cliniques et administratives qui n'avaient pas encore été intégrées au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières. Ainsi, le rez-de-chaussée et le sous-sol de la nouvelle aile seront affectés à l'administration et aux consultations externes. On trouvera aux 2e, 3e et 4étages trois unités de médecine générale. Le 5e étage accueillera une unité de médecine familiale interne. On rénovera par ailleurs des locaux existants d'une superficie d'environ 3 600 mètres carrés, ce qui permettra de moderniser des unités et services plus vétustes, notamment la cardiologie, la santé mentale (hospitalisation brève), l'urologie, la pneumologie et le génie biomédical. Quant au Pavillon Saint-Joseph, il maintiendra sa vocation psychiatrique.

Comme l'a expliqué le ministre Yves Bolduc, « l'un des grands avantages du projet, c'est l'ajout d'une cinquantaine de lits, ce qui portera la capacité d'accueil de l'établissement à 478 lits. Cela devrait réduire la pression sur l'urgence, tout en permettant davantage d'hospitalisations pour des services spécialisés et pour des interventions chirurgicales. Par ailleurs, la médecine familiale et les services aux personnes âgées pourront aussi se déployer dans de meilleures conditions ».

La ministre responsable de la région de la Mauricie, madame Julie Boulet, a déclaré : « Nous sommes très fiers de la compétence démontrée par les différentes équipes du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières. D'ailleurs, 33 spécialités médicales sont représentées ici, dont plusieurs secteurs de pointe. D'autre part, la fonction de formation de la relève y est de plus en plus développée, que ce soit pour les études de doctorat et les résidences en médecine, ou encore pour les stages offerts à des étudiants du cégep ou de l'université dans d'autres disciplines. »

Pour sa part, la députée de Trois-Rivières, madame Danielle St-Amand, a précisé : « Le projet qui est annoncé aujourd'hui va favoriser un net rehaussement de l'environnement de travail de toutes les équipes soignantes regroupées au Pavillon Sainte-Marie. C'est un facteur de motivation supplémentaire, à la fois sous l'angle de la satisfaction professionnelle et aussi pour le recrutement, puisqu'on sait qu'un hôpital moderne, aménagé de façon fonctionnelle et bien équipé arrive plus facilement à attirer et à conserver ses professionnels. »

Le député de Maskinongé, monsieur Jean-Paul Diamond, a fait remarquer : « Pour les autres secteurs de la Mauricie, il est rassurant de pouvoir compter sur un hôpital de pointe dans la région. Je salue d'ailleurs la collaboration qui existe entre le Centre hospitalier régional de Trois-Rivières et les différents centres de santé et de services sociaux du territoire, dont celui de Maskinongé dans ma circonscription. »

Cette initiative est considérée comme un grand projet d'infrastructure publique. Dans ce contexte, le dossier d'affaires initial sera préparé au cours des prochains mois par l'établissement, de concert avec Infrastructure Québec. Le gouvernement prendra ensuite une décision sur le mode de réalisation du projet, de manière à réaliser les travaux au meilleur coût et dans les meilleurs délais possible.

« Cette annonce se situe à la jonction des deux grandes priorités de notre gouvernement : le développement de l'offre de soins de santé, notamment dans les centres hospitaliers régionaux, et le soutien à l'économie et à l'emploi, par un vigoureux programme d'investissements en immobilisation. Au-delà de ses avantages évidents sous l'angle des services, ce projet permettra également de créer de l'emploi pour l'équivalent de près de 400 emplois, ce qui représente un solide coup de pouce à l'activité économique régionale », a conclu le premier ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017