Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Bilan du printemps 2010 Une première moitié d'année sous le sceau d'une reprise économique réussie

Québec, le 11 juin 2010 ― Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a dressé aujourd'hui un bilan positif de l'action gouvernementale du printemps 2010. « Le Québec est entré dans la reprise économique, et grâce aux actions de notre gouvernement, il y a plus d'emplois au Québec sous un gouvernement libéral même en période de crise économique mondiale que sous le dernier gouvernement péquiste en période de croissance économique », a déclaré le premier ministre.

Il a également souligné que le taux de chômage au Québec (8 %) est inférieur à ceux de l'Ontario (8,9 %), du Canada (8,1 %) et des États-Unis (9,7 %). En effet, le Québec a récupéré 119 % des emplois perdus lors de la crise alors que nos voisins se situent entre 12 et 75 %. « Le plan de relance que nous avons mis de l'avant et les investissements stratégiques que nous effectuons dans nos infrastructures, qui se chiffrent à eux seuls à 9,1 MM $ pour l'année 2010-2011, ont permis au Québec de se démarquer et de mieux tirer son épingle du jeu que partout ailleurs. Avec plus de 3,9 millions de Québécois au travail, nous atteignons un sommet sans précédent dans notre histoire », a ajouté monsieur Charest.

Économie

Parmi les réalisations gouvernementales du printemps, soulignons que le gouvernement a déposé un budget audacieux et responsable qui s'attaque à la dette et assure la pérennité du système de santé en revoyant son financement. Le budget comprend également un plan de réduction des dépenses et de retour à l'équilibre budgétaire. Ce plan comporte notamment des mesures de réduction des dépenses de publicité, de déplacement et de formation; il consacre également un gel des salaires pour les élus et la suspension des primes au rendement pour la haute fonction publique. C'est d'ailleurs l'État québécois qui fera la plus grande part des efforts (62 %) visant à équilibrer les finances publiques.

« Sur le plan du développement économique, au-delà des investissements publics importants, notre gouvernement aura été au rendez-vous pour convaincre plusieurs entreprises d'investir au Québec malgré la morosité économique mondiale. Que ce soit dans l'industrie des jeux vidéo à Montréal, dans l'aéronautique à Bromont et à Saint-Jean-sur-Richelieu, dans le secteur les pâtes et papiers à Thurso, notre gouvernement a contribué à créer ici des emplois de qualité ».

Développement durable

Le gouvernement a été très actif en matière de développement durable. Il a notamment fait adopter des lois sur l'aménagement forestier (loi 57) et sur le transport d'énergie (loi 84). Il a également déposé un important projet de loi qui revoit la gestion des matières résiduelles et qui punit plus sévèrement les pollueurs. De plus, il a mis en place une redevance sur l'eau, a rendu obligatoire la déclaration des gaz à effet de serre pour les grandes industries et a lancé des projets de biométhanisation à Montréal, Québec et Rivière-du-Loup.

Actions sociales

Sur le plan social, la session aura été marquée par le lancement d'importants chantiers d'infrastructures avec les travaux préparatoires à la rénovation de l'Hôtel-Dieu de Québec, le lancement des travaux de la 1re phase du CHUM (CRCHUM) et le lancement des travaux du campus Glen du CUSM. « Au-delà des infrastructures, nous avons également investi dans les individus en présentant l'ambitieux Plan de lutte à la pauvreté et le Plan d'action en itinérance auxquels nous consacreront 7 MM $ sur 5 ans. Jamais un gouvernement du Québec n'aura fait autant pour les plus démunis », a affirmé monsieur Charest.

Autres actions

Le premier ministre a également tenu à souligner un certain nombre d'actions posées par son gouvernement dans le courant de la session du printemps. Parmi celles-ci, soulignons le dépôt du projet de loi 94 qui interdit de donner ou de recevoir des services publics à visage voilé, le projet de loi 103 qui vient mettre fin aux écoles passerelles et répond aux jugements de la Cour d'appel du Québec et de la Cour suprême du Canada, l'adoption de la loi 76 qui resserre le processus d'attribution des contrats municipaux.

Le premier ministre a aussi exprimé sa déception à la suite de l'obstruction systématique effectuée par le Parti québécois de Pauline Marois, notamment pour empêcher l'adoption des projets de loi 48 et 93. « La dernière session aura permis de démasquer l'Opposition et de faire la démonstration qu'elle souhaite retarder l'adoption d'un code d'éthique pour l'ensemble des élus de l'Assemblée nationale. Après que nous ayons rencontré les conditions fixées, les députés du Parti québécois ont usé de stratégies partisanes pour ralentir les travaux parlementaires et empêcher l'adoption de ces deux importantes pièces législatives. Nous ne pouvons que déplorer cette attitude », a conclu le premier ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017