Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Un plan pour le Québec Développer nos ressources de façon responsable

Québec, le 23 février 2011 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a donné aujourd’hui le coup d’envoi de la 2e session de la 39e législature en procédant à un discours inaugural. Il a parlé du développement durable et de la maîtrise de nos ressources. Il a également abordé la question du Plan Nord et d’autres projets emballants et prometteurs pour le Québec tels que le développement de la nouvelle industrie des transports électriques.

Développement durable

Le gouvernement procédera au cours des prochaines semaines à l’annonce des détails du Plan Nord. Ce qui était tout récemment une vision devient maintenant le chantier d’une génération. « Le potentiel du Nord québécois est gigantesque sur les plans énergétique, minier et touristique. Ce Plan, qui sera réalisé en partenariat avec les Premières Nations et les Inuits, entraînera des investissements de milliards de dollars et la création de dizaines de milliers d’emplois. Il se fera dans le respect du développement durable : à terme 50 % du territoire du Plan Nord sera voué à des fins autres qu'industrielles, et destiné à la protection de l'environnement et à la sauvegarde de la biodiversité », a affirmé monsieur Charest.

Le chef du gouvernement a également annoncé la préparation d’une grande évolution qui changera de façon importante le domaine des transports en engageant le Québec dans l’utilisation des véhicules électriques, notamment par le développement d’infrastructures de recharge et en appuyant la conversion des sociétés de transport collectif. Le Québec, quatrième producteur d’hydroélectricité au monde, est l’endroit le mieux placé qui soit pour conduire cette évolution. Sur 10 ans, nous ferons passer de 38 % à 32 % la part des énergies fossiles dans le bilan énergétique québécois. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement présentera également une nouvelle politique de transports collectifs.

« En 2012, le Québec sera un des rares endroits à respecter le protocole de Kyoto. Pour l'avenir, nous avons établi l'objectif le plus ambitieux en Amérique du Nord avec une réduction de nos GES de 20 % d'ici 2020. En devenant un leader du développement durable, nous donnons une valeur ajoutée à nos produits. L’étiquette fabriqué au Québec devientune marque de commerce recherchée », a affirmé le premier ministre.

Maîtrise de nos ressources

Les basses terres du Saint-Laurent seraient riches en gaz naturel. Ce gaz est moins polluant que l’essence et le diésel; il est aussi plus propre que le mazout. L’extraction de ce gaz soulève toutefois des inquiétudes chez les citoyens. Le premier ministre a réitéré que le développement de cette ressource se ferait correctement ou ne se ferait pas. Dans cette perspective, le gouvernement resserrera le cadre législatif et réglementaire associé à l’exploration et à l’exploitation des ressources pétrolières et gazières en s’inspirant des meilleures pratiques existantes. Il a également annoncé l’entrée en vigueur prochaine d’un nouveau régime de redevances pour le gaz, inspiré des meilleurs régimes existants.

« Notre gouvernement va s’assurer que ce développement se fera dans le respect de la santé, de la sécurité, de la protection de l’eau et de l’environnement. Ces conditions sont incontournables et non-négociables », a déclaré le premier ministre

Déterminé à permettre aux régions de participer pleinement à la prospérité du Québec, le premier ministre a également annoncé qu’il déposera une stratégie et proposera une loi-cadre pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires ainsi que le dépôt d’un livre vert ayant pour but de mettre en place la première politique bioalimentaire du Québec.

La vision déployée aujourd’hui dans le discours inaugural est constituée de 15 principaux engagements regroupés autour de 5 grandes priorités qui sont : l’éducation, l’emploi, le développement durable, la maîtrise de nos ressources et la santé. Les orientations et politiques énoncées dans le cadre du discours inaugural s’inscrivent à l’intérieur du cadre financier très rigoureux établi il y a un an, et qui depuis ce temps a été reconnu et appuyé par cinq agences de notation de crédit de l’extérieur du Québec.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017