Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le gouvernement du Québec améliore les services de santé et les services sociaux au Nunavik

Kuujjuaq, le 5 juillet 2010 – Le gouvernement du Québec et la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik ont conclu une entente de sept ans sur la prestation et le financement des services de santé et des services sociaux au Nunavik. C'est ce qu'a annoncé aujourd'hui le premier ministre du Québec, monsieur Jean Charest. Pour l'occasion, il était accompagné par la ministre déléguée aux Services sociaux, madame Lise Thériault, et par le ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec, monsieur Pierre Corbeil. Cette annonce s'est déroulé en présence de Pita Aatami, président de la Société Makivik et Maggie Emudluk, présidente de l'administration régionale Kativik. La Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik était représentée par la présidente de son conseil d'administration, Alasie Arngak.

Comme l'a précisé le premier ministre, « depuis le forum de Katimajiit en août 2007, plusieurs progrès ont été observés dans la région mais nous savons qu'il nous reste encore du travail à accomplir. Aujourd'hui, nous posons un geste supplémentaire afin de répondre aux préoccupations et aux besoins des familles vivant dans les 14 villages de la région. Au terme de l'entente, les investissements dans le domaine de la santé et des services sociaux auront permis d'accroître le budget annuel de la région de près de 60 %, soit une augmentation de 61,5 millions de dollars par rapport à 2008-2009. De plus, mon gouvernement investira une somme de 280 millions d'ici 2015-2016 afin de permettre à la région de développer des infrastructures essentielles dans les domaines de la santé et des services sociaux afin de mieux soutenir la population. »

Ces investissements permettront, notamment, la construction ou l'agrandissement de certaines installation, l'achat d'appareils de haute technologie médicale et la construction de logements pour le personnel, un facteur déterminant pour permettre le recrutement et la rétention du personnel.

Ce plan s'échelonnera sur une période de sept ans et s'attaquera directement aux problèmes sociaux vécus par les familles de la région. On pense, notamment, aux problèmes psychosociaux, de santé mentale, de suicide, de protection des jeunes, d'abus sexuels et de violence, d'alcool et de drogue, de mortalité infantile, du cancer et de la santé dentaire. « Nous voulons poursuivre le développement de services psychosociaux et de santé de première ligne, pour mieux prévenir et mieux adapter les interventions, notamment auprès des jeunes. Il est important de bâtir un partenariat durable qui nous permettra, ensemble, d'améliorer la situation », a déclaré la ministre déléguée aux Services sociaux, madame Lise Thériault.

Le ministre responsable des Affaires autochtones, monsieur Pierre Corbeil, a ajouté : « Nous savons que la solution repose sur la capacité des communautés et de leurs résidents à prendre en charge leur santé et leur bien-être. Pour bien répondre aux différents besoins, on misera selon le cas soit sur une organisation de service locale, dans chacun des quatorze villages, ou encore pour une organisation sous-régionale, c'est-à-dire sur la côte de l'Hudson et la côte de l'Ungava et dans d'autres cas pour l'ensemble de la région du Nunavik. Certains services spécialisés non disponibles en milieu nordique continueront d'être offerts à Montréal ».

Le plan stratégique 2009-2016 se concrétisera dans des plans d'action annuels de mise en œuvre. Le gouvernement et la Régie régionale ont en outre convenu des modalités administratives visant la gestion financière et la reddition de comptes pour les services de santé et les services sociaux au Nunavik.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017