Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le Québec et la Saskatchewan amorcent une collaboration sur le développement de la recherche et des technologies relatives à la capture et la séquestration du carbone

Québec, 16 juin 2016. – Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, ont convenu d’approfondir les liens de collaboration pour développer davantage le potentiel de la capture et de la séquestration du carbone (CSC) – une technologie qui vise à permettre aux grands émetteurs de diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre (GES).

La collaboration annoncée aujourd’hui contribuera au développement des connaissances et des meilleures pratiques afin de réduire les émissions de GES par la captation et la séquestration du carbone, tout en améliorant la rentabilité économique des projets en réutilisant à d’autres fins ce carbone ainsi capturé. 

Plus précisément, les deux provinces ont convenu :

  • D’accélérer le développement et le déploiement des technologies de CSC;
  • D’échanger des mises à jour et des informations sur des projets et des technologies de CSC;
  • Travailler de concert à explorer les possibilités de nouvelles collaborations, notamment avec le centre BHP Billiton-SaskPower CCS Knowledge qui a été récemment créé.

« Nous avons mis en place un mécanisme de plafonnement et d'échange au Québec, un instrument reconnu dans le monde entier pour lutter contre les changements climatiques et réduire les GES tout en favorisant l’innovation dans les technologies vertes. Pour assurer notre prospérité et la compétitivité de nos entreprises, nous avons aussi besoin que l'innovation soit introduite dans tous les secteurs, en particulier avec de nouvelles façons de réduire les GES émis par les activités de production. L'économie mondiale se transforme et les États devraient créer un environnement propice à l'investissement, sachant que la lutte contre les changements climatiques est un facteur d'accroissement de la compétitivité. La Saskatchewan possède une expertise dans la capture et la séquestration du carbone, dont nos entreprises pourraient tirer profit. Ce qui est bon pour l'économie peut aussi être bon pour l'environnement », a déclaré Philippe Couillard, premier ministre du Québec.

« L'innovation et le développement d'options de technologies propres ont un grand potentiel pour aider à lutter contre le changement climatique dans le monde entier. Le leadership de la Saskatchewan dans la capture et la séquestration du carbone montre que nous pouvons faire partie de la solution globale dans la lutte contre les changements climatiques, en mettant l'accent sur le développement de technologies pratiques, sans nuire à notre économie », a déclaré Brad Wall, premier ministre de la Saskatchewan.

Au fil des années, la Saskatchewan a développé une expertise dans la capture du dioxyde de carbone et les méthodes de séquestration. Le Québec s’intéresse également à ces technologies et investit de manière importante, notamment par l’intermédiaire de son Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, dans l’innovation et la recherche. 

Notons que dans le cadre du budget 2016-2017 du Québec, une enveloppe de 15 millions de dollars sur trois ans a été spécifiquement allouée à la création du consortium Valorisation carbone Québec, qui regroupera des organismes des secteurs privé et public québécois spécialisés dans ce domaine. Ce consortium a pour mandats de développer et de mettre en œuvre des solutions concrètes pour capter et valoriser le CO2 dans des applications structurantes pour l’économie québécoise, notamment la reconversion en biocarburants, la production de béton renforcé et la récupération assistée des hydrocarbures.

Les technologies de capture et de séquestration du carbone ont été reconnues par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies et par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) comme un moyen dans l’atteinte de l'objectif global de limiter la hausse de la température à 2 °C. Les technologies telles que le captage et la séquestration du carbone seront donc importantes pour aider à atteindre nos objectifs en changements climatiques. SaskPower’s Boundary Dam 3 (BD3) est la première et la plus grande centrale d’électricité alimentée au charbon dans le monde qui est dotée d’un système de capture de carbone à l’échelle commerciale. BD3 alimente 100 000 foyers en électricité et elle le fait 10 fois plus proprement que les autres centrales alimentées au charbon et 3 fois plus proprement qu’une centrale comparable alimentée au gaz naturel. BD3 est en activité depuis octobre 2014.

-30-


Mise en ligne : 16 juin 2016


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017