Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Décès du premier ministre Jacques Parizeau « Le Québec perd un de ses grands bâtisseurs, qui a dédié sa vie au service de l’État québécois » – Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Québec, le 2 juin 2015. – Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a appris avec une grande tristesse le décès de l’ancien premier ministre, Jacques Parizeau, et offre ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

« Ce matin apporte une triste nouvelle pour tous les Québécois et Québécoises. Nous perdons aujourd’hui un grand bâtisseur et un homme dédié au Québec. Le premier ministre Parizeau s’est rapidement démarqué par sa détermination, son intelligence et son franc-parler, des traits de personnalité qu’il a conservés jusque dans ses derniers moments. Économiste de formation, il ne laissait personne indifférent. C’est notamment à cet homme de conviction, doué, fier et passionné que l’on doit la maîtrise de notre économie. Le Québec vit aujourd’hui un grand deuil », a déclaré le premier ministre.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est d’ailleurs entretenu avec Lisette Lapointe, conjointe du premier ministre Jacques Parizeau, afin de lui offrir, ainsi qu’à sa famille et à ses proches, ses condoléances.  

Une vie dédiée au service de l’État du Québec

Né en 1930 à Montréal, M. Parizeau fut l'un des conseillers les plus influents du gouvernement du Québec durant les années 1960, jouant un rôle-clé pendant la Révolution tranquille, notamment dans la création du Régime des rentes du Québec. Il fut également conseiller économique auprès des premiers ministres des partis successifs au pouvoir, de 1961 à 1969, et l'un des principaux acteurs de la création de la Société générale de financement et de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Président du conseil exécutif du Parti québécois de 1970 à 1973, Jacques Parizeau est élu dans la circonscription de L'Assomption aux élections de novembre 1976 et devient dès lors ministre des Finances, poste qu'il occupera pendant huit ans. C’est au cours de cette période qu’il développera des outils permettant aux Québécois de participer davantage à leur développement économique. Mentionnons le Régime d'épargne-actions et la création du Fonds de solidarité FTQ.

Il démissionne en 1984 pour retourner enseigner à HEC Montréal, où il avait déjà été professeur de 1955 à 1976.

Puis, c’est en 1988 qu’il fait un retour politique d'abord comme chef du Parti québécois et ensuite,  à compter de septembre 1994, à titre de 26e premier ministre du Québec. En tant que premier ministre, il se fait l'artisan du référendum du 30 octobre 1995 et également du projet souverainiste, dont il était déjà le défenseur indéfectible depuis son adhésion au Parti québécois en 1969. Le 29 janvier 1996, il remet sa démission comme chef du Parti québécois et premier ministre du Québec.

Jacques Parizeau a démissionné, mais ne s’est pas retiré de la scène publique pour autant. En effet, que ce soit comme conférencier dans des institutions d’enseignement ou lors d’événements politiques ou encore simplement dans les médias, il intervient régulièrement. En 2008, il est nommé grand officier de l’Ordre national du Québec.

« Économiste, haut fonctionnaire, journaliste, professeur, homme politique, le premier ministre Jacques Parizeau est et restera pour le Québec un de ses grands bâtisseurs », a conclu le premier ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017