Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le Symposium international sur le développement nordique met la table pour une collaboration accrue avec les pays nordiques

Québec, le 27 février 2015. – En clôture de la première édition du Symposium international sur le développement nordique, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le secrétaire général du Conseil nordique des ministres, Dagfinn Høybråten, ont signé une lettre d’intention visant à renforcer la coopération en matière de développement nordique.

« Le Nord est un des milieux les plus affectés par les changements climatiques, et les solutions pour combattre ces derniers passent nécessairement par la mise en commun du savoir scientifique. Le Symposium est une manifestation concrète de la coopération qui s’intensifie entre le Québec et le Conseil nordique des ministres à cet égard. La lettre d’intention signée aujourd’hui marque la volonté du Québec de s’engager dans une coopération de plus en plus étroite s’appuyant sur l’accroissement des échanges politiques, scientifiques et techniques afin de développer de manière responsable et durable un Nord en constante évolution », a déclaré M. Couillard.

« Le Symposium a donné lieu à de nombreuses rencontres entre chercheurs et experts de différentes institutions provenant de plusieurs pays. Ces rencontres auront permis de jeter les bases d’une coopération politique et scientifique soutenue entre le Québec et le Conseil nordique des ministres, ainsi qu’entre les institutions d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation, les collectivités nordiques, les nations autochtones et les entreprises œuvrant au développement nordique durable », a ajouté M. Høybråten.

En début de semaine, à l’issue d’un entretien, le premier ministre Couillard et le président de l’Islande, Ólafur Ragnar Grímsson, ont réaffirmé leur volonté d’approfondir leur lien de coopération en annonçant l’intégration du Québec au sein du comité stratégique de l’Arctic Circle, organe décisionnel responsable de l’organisation de ce grand forum de coopération en Arctique.

Le Symposium, un succès remarquable

Le premier ministre et le secrétaire général ont souligné que le Symposium a été un succès, non seulement en raison du nombre de participants, mais également de la diversité des sujets et des points de vue exposés. Ces forums réunissant des acteurs de la recherche nordique sur la scène internationale seront encouragés par le Conseil nordique des ministres et le gouvernement du Québec.

« Environ 450 personnes ont participé au Symposium. La présence de représentants des pays nordiques, et également de pays non arctiques, témoigne de l’intérêt de la communauté internationale pour cette région du monde. J'ai été heureux de constater que le forum a permis à la communauté scientifique de passer outre les limites des professions en favorisant des discussions autour du thème du développement nordique. Par ailleurs, des ambassadeurs et consuls généraux de plus de douze pays européens, américains et asiatiques ont choisi d’assister à ce Symposium. Il s’agit d’un succès remarquable qui permet au Québec de rayonner à l’international », a noté M. Couillard.

La vice-rectrice à la recherche et à la création de l’Université Laval, Sophie D’Amours, a noté la qualité et la variété des conférenciers. « Plus de 70 conférenciers se sont succédé pendant les trois jours du Symposium, dont près de la moitié étaient en provenance de l’étranger, des pays nordiques, particulièrement du Danemark, du Groenland et de l’Islande, des États‑Unis et même de la France. Nous avons eu droit aux présentations de sommités mondiales qui ont abordé des enjeux majeurs pour l’avenir du développement nordique, des changements climatiques aux problèmes sociaux. Les échanges qui ont eu lieu nous ont permis d’approfondir notre connaissance de certaines réalités du Nord », a-t-elle affirmé.

La recherche, au cœur du Plan Nord

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, a tenu à souligner que le développement du Plan Nord permettra d’explorer de nouvelles avenues de coopération avec le Conseil nordique des ministres et sa communauté scientifique. 

« La recherche et l’acquisition de connaissances se trouvent au cœur de la relance du Plan Nord, donnant ainsi tout son sens à la tenue d’un événement comme le Symposium. À ce sujet, et bien que les modalités restent à définir, nous projetons de futures éditions de cet événement au Québec. Avec le développement du Nord, nous voulons associer toutes les régions du Québec, l’ensemble des communautés du Nord, de même que nos partenaires internationaux visés par cet important projet de développement durable. Nous mettons tous les efforts nécessaires pour y arriver », a-t-il conclu.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017