Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

La première ministre annonce un développement majeur pour les soins en périnatalité en Outaouais

Gatineau, le 27 février 2014 – La première ministre du Québec, Pauline Marois, le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, le docteur Réjean Hébert, et le ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Stéphane Bergeron, ont procédé à une annonce majeure visant à permettre à un plus grand nombre de femmes de donner naissance en Outaouais.

Ces investissements supplémentaires de 14,4 M$ démontrent la volonté du gouvernement du Québec de renforcer les soins et les services offerts en Outaouais. Depuis les 18 derniers mois, le gouvernement a en effet posé plusieurs gestes pour atteindre cet objectif : il s’est d’abord attaqué à l’iniquité interrégionale dans le financement des soins de santé, il a créé des groupes de médecine de famille, et il a investi dans les soins à domicile et dans les installations régionales du réseau.

« Offrir des soins de proximité à la population de l’Outaouais est un enjeu qui nous tient fort à cœur. Après avoir récemment annoncé des investissements visant à rapatrier les soins en pédiatrie et en ophtalmologie dans la région, je suis fière d’annoncer aujourd’hui que nous lançons un vaste chantier qui permettra d’augmenter le nombre d’accouchements réalisés en Outaouais, que ce soit en centre hospitalier ou en maison de naissance », a déclaré la première ministre.

À l’Hôpital de Gatineau

Le 3e étage de l’Hôpital de Gatineau sera entièrement reconfiguré, ce qui permettra l’aménagement d’une unité moderne de 32 chambres d’obstétrique dites « TARP » (travail-accouchement-récupération-postpartum). Il s’agit d’une formule très conviviale pour les mères, les pères, les bébés et les familles, puisqu’elle permet de préserver l’intimité de la famille et de favoriser le développement du lien d’attachement familial. Une salle de césarienne sera également aménagée, évitant ainsi de déplacer des patientes vers le bloc opératoire. Le nombre de lits de néonatologie, autorisé en janvier à 14, pourrait éventuellement être porté à 16, au fur et à mesure de l’évolution des besoins. Les nouveaux locaux comprendront aussi deux chambres pour les parents des nouveau-nés traités en néonatologie, ainsi que des aires d’accueil et de repos.

La clinique GARE (grossesse à risque élevé) et la clinique de gynéco-obstétrique seront regroupées au 7e étage, favorisant ainsi une optimisation des services ambulatoires dans ce domaine. Par ailleurs, on profitera de ce chantier majeur pour mener différents travaux liés, par exemple, à la prévention des infections, à la sécurité incendie ou à la protection parasismique.

Selon le ministre Réjean Hébert, « ce projet a le grand mérite de reposer sur une vision globale des services d’obstétrique, de néonatologie et de pédiatrie. L’Outaouais sera ainsi à l’avant‑garde dans ces champs de pratique, ce qui contribuera, d’une part, à mieux servir les familles de la région et, d’autre part, à soutenir le recrutement médical ».

« Rapprocher les services des gens constitue une priorité pour notre gouvernement, et l’annonce d’aujourd’hui démontre clairement le sérieux de notre engagement à cet égard. Les gestes concrets que nous posons visent à répondre à un besoin et au souhait de la population d’avoir accès à des soins et à des services de qualité le plus près possible de chez elle, soit ici même, en Outaouais. Il s’agit d’une autre excellente nouvelle pour la région en matière de soins de santé », a ajouté le ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Stéphane Bergeron.

La Maison de naissance de l’Outaouais

La Maison de naissance de l’Outaouais, qui est actuellement à l’étroit compte tenu de l’augmentation du volume d’activité depuis 1994, déménagera dans un immeuble neuf construit à proximité du CLSC de Gatineau. En outre, un point de service sera ajouté sur le territoire du Centre de santé et de services sociaux des Collines, permettant ainsi un meilleur déploiement des sages-femmes dans différents secteurs de la région.

Il serait ainsi possible de doubler d’ici quelques années le nombre de naissances confiées aux sages‑femmes de l’Outaouais, que ce soit en maison de naissance, à domicile ou à l’hôpital, dans le but de répondre à la demande d’un nombre sans cesse grandissant de femmes.

Le financement

Les projets confirmés aujourd’hui par Mme Marois et le docteur Hébert seront financés conjointement par le ministère de la Santé et des Services sociaux (8 316 000 $) et par l’Agence de la santé et des services sociaux de l’Outaouais (5 386 000 $). Une contribution de 750 000 $ sera en outre fournie par la Fondation Santé Gatineau. Le budget consacré à l’équipement médical spécialisé et au mobilier sera confirmé ultérieurement, comme c’est toujours le cas dans ce type de projet.

Toutes ces sommes s’ajoutent aux investissements annoncés en décembre et en janvier derniers, soit 1 729 000 $ dans le domaine de la néonatologie et 2 566 000 $ dans le domaine de l’ophtalmologie.

« Notre gouvernement est très sensible à la situation particulière de Gatineau et de l’Outaouais, découlant notamment de la proximité des services disponibles à Ottawa et dans l’est ontarien. Les acteurs régionaux et locaux ont travaillé très fort pour définir des solutions efficaces et viables, et nous sommes fiers de les soutenir de façon tangible dans le développement d’une offre de soins régionale robuste et équilibrée », a conclu la première ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017