Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Plan Nord Le Plan Nord, le chantier d’une génération!

Québec, le 9 mai 2011 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, la vice-première ministre, ministre des Ressources naturelles et de la Faune et ministre responsable du Plan Nord, Nathalie Normandeau, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec, Pierre Corbeil, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Pierre Arcand, le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, ainsi que le ministre délégué aux Ressources naturelles et à la Faune et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la région de la Côte-Nord, Serge Simard, ont donné aujourd’hui le coup d’envoi de l’un des plus ambitieux projets pour le Québec, celui de toute une génération : le Plan Nord. D’abord l’expression d’une vision du développement durable du Québec, le Plan Nord, est à compter d’aujourd’hui l’un des plus grands chantiers de développement économique, social et environnemental de l’histoire du Québec.

« Le Plan Nord se déploiera sur 25 ans et entraînera, durant cette période, des investissements de plus de 80 G$. Il permettra de créer ou de consolider, en moyenne, 20 000 emplois par année en plus d’engendrer des revenus de 14 G$ pour le gouvernement et la société québécoise. Par ses retombées économiques et le développement social qu’il entraînera, le Plan Nord améliorera les conditions de vie des populations nordiques. Par les besoins qu’il génèrera en main-d’œuvre, en savoir et en expertise, ses bienfaits se répercuteront à la grandeur du Québec. Le Plan Nord sera aux prochaines décennies ce que le développement de la Manicouagan et de la Baie-James a été aux décennies 60 et 70 », a déclaré M. Charest.

Une démarche unique

Le Plan Nord, est l’un des plus ambitieux projets que le Québec ait portés. Sa démarche l’est tout autant. Depuis janvier 2010, plusieurs communautés autochtones et locales ont travaillé ensemble. Plus de 60 réunions de groupes de travail sectoriels et de concertation auxquelles ont participé plus de 450 personnes ont été tenues. Par son approche représentative et participative, le Plan Nord constitue un modèle unique de développement durable qui concilie le développement social et économique ainsi que la protection de l’environnement.

« Le Plan Nord, c’est une grande aventure à dimension humaine. Unique par son envergure et aussi par son approche, le Plan Nord est le résultat des réflexions du gouvernement du Québec, des élus régionaux et de représentants autochtones, qui, en collaboration avec des représentants des milieux économique social et environnemental ont dessiné le Nord de demain. Pendant plus d’une année, tous ont travaillé à cerner les réalités du Nord québécois et à établir de nouveaux modes de collaboration. Le Plan Nord est une approche inclusive, profondément respectueuse des communautés, un partenariat novateur entre le gouvernement, le secteur privé et les communautés qui génèrera des bénéfices pour tous les Québécois », a ajouté Mme Normandeau.

« La principale richesse du Nord, c’est sa population qui se distingue par sa jeunesse, sa soif d’avenir et son désir de développer son milieu. Pour toutes les communautés autochtones, le Plan Nord doit signifier des retombées sociales et économiques et une amélioration des conditions de vie. Je parle ici d’éducation, de formation, de création d’emplois, de culture et de santé. Le Plan Nord sera, pour les générations futures, une source d’inspiration, un modèle de développement novateur, fondé sur le dialogue, le respect mutuel et le partenariat », a précisé M. Kelley.

Un territoire exceptionnel

Le territoire du Plan Nord s’étend à l’ensemble du territoire du Québec situé au nord du 49e parallèle. Il couvre près de 1,2 million de km2, ce qui représente 72 % de la superficie du Québec. Il dispose d’une des plus importantes réserves d’eau douce au monde, composée de près de 500 000 lacs et de milliers de rivières. Ce territoire représente plus des trois quarts de la capacité de production hydroélectrique installée au Québec et le potentiel de ressources hydrauliques, éoliennes et photovoltaïques (énergie solaire) non encore exploité y est tout aussi considérable. Cet immense territoire comprend plus de 200 000 km2 de forêts commerciales, ce qui représente plus de 53 % des forêts exploitables au Québec. Il renferme des ressources fauniques exceptionnelles et constitue un des derniers potentiels de conservation de vastes territoires naturels intacts au monde. Le Nord québécois est riche en minerais de toute sorte : nickel, cobalt, éléments du groupe du platine, zinc, minerai de fer et ilménite, ainsi qu’une part importante de la production d’or. Il recèle également du lithium, du vanadium et des éléments de terres rares, en demande croissante à l’international puisque de plus en plus utilisés dans les domaines de l’énergie, des transports et de la haute technologie.

Le mieux-être et le développement des communautés

L’amélioration des conditions de vie des communautés autochtones et locales est au centre des préoccupations du Plan Nord. Des changements démographiques importants sont survenus entre 1991 et 2006 sur ce territoire. Les populations y sont jeunes et forment un bassin de main-d’œuvre important. Cependant, ces changements dans les populations exercent une forte pression sur plusieurs services. Pour favoriser le mieux-être et le développement des communautés, le Plan Nord prévoit des actions dans les domaines de l’éducation, de la main-d’œuvre, du logement, de la santé et de la culture.

Le potentiel économique du Nord québécois

Le Plan Nord s’inscrit dans la foulée des initiatives mises de l’avant en priorité par le gouvernement du Québec pour développer le potentiel économique du Québec et créer de la richesse. Il a pour objectif le développement durable des secteurs de l’énergie, des ressources minérales, forestières et fauniques, du tourisme et de la production bioalimentaire. Par son envergure, l’étendue de ses retombées, l’abondance des savoirs requis et des fournisseurs impliqués, le Plan Nord profitera à toutes les régions du Québec et à tous les secteurs de l’économie. Le Plan Nord vise aussi à stimuler l’innovation et la fabrication de produits à plus grande valeur ajoutée qui assureront la prospérité des populations.

La protection de l’environnement

À toutes les étapes de planification et de réalisation des projets mis de l’avant dans le cadre du Plan Nord, la protection de l’environnement et des écosystèmes nordiques sera au cœur des décisions. Pour ce faire, le gouvernement du Québec s’engage à ce que les projets se fassent dans le respect des principes du développement durable et soient soumis à des analyses environnementales rigoureuses. À cela s’ajoute deux engagements supplémentaires pour assurer la protection de l’environnement sur le territoire du Plan Nord, soit de consacrer, à terme, 50 % du territoire du Plan Nord à des fins autres qu’industrielles, à la protection de l’environnement et à la sauvegarde de la biodiversité ainsi que de constituer, d’ici à 2015, un réseau d’aires protégées d’au moins 12 % de la superficie couverte par le Plan Nord.

Une société d’État et un cadre financier

Afin de poursuivre le travail de concertation qui a permis l’élaboration du Plan Nord, un instrument de coordination spécialement consacré à la mise en œuvre concertée des projets de développement du Plan Nord sera créé : la Société du Plan Nord. Avec cette société d’État, le gouvernement affirme sa volonté de faire du développement du Nord une priorité et prend les moyens requis pour mettre en œuvre cette priorité de façon ordonnée, opérationnelle et durable. Relevant de la ministre responsable du Plan Nord, cette société jouera un rôle de premier plan en coordonnant la mise en œuvre des projets du premier plan quinquennal dont le financement proviendra du Fonds du Plan Nord. Un financement novateur permettra d’établir un lien direct entre l’activité économique déclenchée par le Plan Nord et les ressources investies pour aménager les infrastructures et améliorer les services destinés aux habitants du territoire du Plan Nord.

L’immensité du territoire nordique pose un défi colossal en matière d’accès et d’infrastructures de transport et de communication. La Société du Plan Nord aura pour mandat de mettre en œuvre un développement intégré des différents modes de transport et des différents moyens de télécommunication. Les investissements publics seront privilégiés pour le développement d’un réseau de transport et de communication qui soutiendra la réalisation des projets de développement économique.

Ce lien ouvrira une nouvelle fenêtre. www.plannord.gouv.qc.ca

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017