Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Développement nordique Le gouvernement signe une entente avec la nation inuite concernant le coût de la vie au Nunavik

Québec, le lundi 9 décembre 2013 La première ministre du Québec, Pauline Marois, accompagnée de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et de la ministre déléguée aux Affaires autochtones, Élizabeth Larouche, a accueilli aujourd’hui le président de la Société Makivik, Jobie Tukkiapik, ainsi que la présidente de l’Administration régionale Kativik (ARK), Maggie Emudluk, afin de procéder à la signature de l’Entente sur le financement de mesures visant la réduction du coût de la vie au Nunavik.

« Nous nous soucions des conséquences du coût de la vie élevé sur les familles du Nunavik. C’est pourquoi nous jugeons à propos de mettre en place des mesures immédiates, tout en continuant à travailler ensemble sur des correctifs à apporter à plus long terme. Je suis heureuse de constater que nos travaux se sont soldés par une entente entre les parties, dans un contexte de relation de nation à nation. Je salue le travail effectué par les représentants mandatés. J’ai bon espoir que ces mesures permettront d’améliorer de manière tangible la qualité de vie des Nunavimmiut », a déclaré la première ministre.

L’Entente est fondée sur les principes suivants :

  • bonifier l’aide financière pour les ménages inuits, notamment les plus démunis;
  • offrir la possibilité aux Inuits d’utiliser les sommes pour des initiatives adaptées à leurs coutumes et traditions;
  • réaliser une étude sur les habitudes de consommation au Nunavik permettant d’établir les bases d’une solution durable.

« Notre gouvernement estime qu’il importe d’agir dès maintenant pour améliorer la situation des Nunavimmiut. L’Entente signée prévoit octroyer à l'ARK une subvention temporaire de 33 M$ sur trois ans afin d’atténuer le coût de la vie élevé au Nunavik. De plus, en marge de l’Entente, le gouvernement a bonifié la composante relative aux villages nordiques du crédit d’impôt pour la solidarité. En effet, à compter du 1er janvier 2014, la somme accordée annuellement à titre de montant de base par adulte et à titre de montant additionnel pour conjoint sera augmentée de 810 $ à 1 620 $, ce qui doublera le coût annuel de cette mesure, le faisant passer à environ 7 M$. Cette mesure fiscale et la subvention représentent donc, sur une période de trois ans, une aide combinée de 54 M$ », a ajouté Pauline Marois.

Le coût de la vie au Nunavik est un sujet d’actualité, et ce, depuis plus de vingt ans. En raison d'une série de facteurs, dont l'éloignement des communautés, l’absence de routes et la rigueur du climat, les coûts des biens et services au Nunavik sont considérablement plus élevés qu'ailleurs au Québec. Le carburant, la nourriture et le transport en sont quelques exemples.

Rappelons que c’est à l’occasion d’une rencontre entre la première ministre et les dirigeants de la Société Makivik et de l’ARK, tenue le 21 juin dernier, qu’il fut décidé de former un groupe de travail devant se pencher sur le coût élevé de la vie au Nunavik. À cet effet, un mandat spécial de la première ministre avait été confié au secrétaire général du gouvernement, Jean St‑Gelais, et les deux parties avaient convenu d’en arriver à la signature d’une entente d’ici le 31 décembre de l’année en cours.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017