Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Recherches en santé et génomique La première ministre du Québec salue le partenariat entre le CHU Sainte-Justine et Génome Québec

Montréal, le 21 octobre 2013 – La première ministre du Québec, Pauline Marois, accompagnée du ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, Réjean Hébert, salue le partenariat entre le CHU Sainte-Justine et Génome Québec pour la création d’une plateforme de Génomique Clinique au CHU Sainte-Justine.

« Ce partenariat entre Sainte-Justine et Génome Québec pour le déploiement d’une plateforme de Génomique Clinique, annoncé aujourd’hui, est une étape importante. En effet, avec cette technologie encore naissante il y a dix ans, nous développons maintenant des outils pour bonifier les soins. Cette amélioration de la qualité de vie des citoyens est conforme aux objectifs de la Politique nationale de la recherche et de l’innovation, lancée la semaine dernière. Cette plateforme sera l’une des premières au monde. Unique au Canada, elle positionnera le Québec dans la médecine personnalisée chez l’enfant », a déclaré la première ministre.

Bien que certaines analyses d’ADN dans des buts médicaux soient réalisées dans les laboratoires hospitaliers du Québec, la génomique, qui permet l’analyse d’ADN à haut débit, n’est pas encore bien implantée dans le milieu clinique. Cette technologie est incontournable pour offrir des soins de santé personnalisés aux patients. Elle rend possible l’analyse intégrale de l’ADN d’un patient afin d’identifier le ou les gènes déficients causant des maladies rares et sévères, notamment chez l’enfant. La génomique est l’un des piliers de l’approche des soins de santé personnalisés, l’un des sept domaines stratégiques prioritaires identifiés dans la Politique nationale de la recherche et de l’innovation.

Le CHU Sainte-Justine a décidé de s’allier à Génome Québec afin de mettre en place cette plateforme de service de Génomique Clinique, qui doit pourvoir aux besoins des hôpitaux du Québec, mais qui sera aussi ouverte à l’échelle internationale. Il est prévu que cette nouvelle plateforme soit fonctionnelle en 2014. L’utilisation clinique pourra alors se développer selon l'évolution des besoins. Génome Québec mettra à profit son expertise scientifique pour collecter et analyser les données génomiques ainsi que son expérience comme gestionnaire de service de génomique, alors que le CHU Sainte-Justine offrira l’espace, de l’équipement et une masse critique de médecins-généticiens qui élaboreront la stratégie d’interprétation clinique de ces résultats.

« Je suis heureux de voir se créer une telle plateforme au Québec, qui démontre une fois de plus que notre réseau de santé, nos institutions et nos chercheurs sont de calibre international. Nous espérons que les recherches qui découleront de cette entente déboucheront sur des résultats concrets, au bénéfice des patients et de leurs proches », a déclaré le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, Réjean Hébert.

Pour consulter la Politique nationale de la recherche et de l’innovation, visitez le Ce lien ouvrira une nouvelle fenêtre. www.mesrst.gouv.qc.ca/pnri.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017