Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Pauline Marois reçoit Abdou Diouf

Québec, le 19 septembre 2013 – La première ministre du Québec, Pauline Marois, a reçu, hier, le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf. Les discussions ont notamment porté sur la place du Québec au sein de la Francophonie, les préparatifs du prochain sommet de Dakar et la création des Bourses Abdou-Diouf, destinées à de jeunes Québécois pour la réalisation d’un stage au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Chaque année, trois bourses seront offertes à des jeunes pour leur permettre de vivre une expérience de travail au sein de l’OIF et des organisations francophones.

« La création de ces bourses reflète l’attachement et la préoccupation constante du secrétaire général envers la jeunesse. C’est grâce aux jeunes que la Francophonie maintiendra son influence et que la langue française demeurera vivante », a soutenu Pauline Marois.

La première ministre s’est aussi réjouie de l’honneur exceptionnel réservé au secrétaire général, qui s’est adressé aux parlementaires réunis à la salle de l’Assemblée nationale. « La nation québécoise salue aujourd’hui un homme politique de premier plan, une figure importante du Sénégal, de l’Afrique, de la Francophonie et, plus largement, de la scène internationale. À la barre de la Francophonie, vous avez constamment veillé à ce que soit respecté le statut de membre de plein droit du Québec et avez, à maintes reprises, manifesté une grande confiance à son égard. Vous nous avez montré, Monsieur le Secrétaire général, que le destin du français nous appartient. Que le destin de cette langue se joue dans le cœur de ceux qui la parlent », a‑t‑elle affirmé.

L’adoption d’une stratégie économique pour l’Afrique devrait être un des thèmes majeurs des échanges du XVe Sommet de la Francophonie qui se tiendra l’an prochain à Dakar, au Sénégal. Ce sera aussi l’occasion d’adopter le cadre stratégique qui guidera les actions de la Francophonie pour les années à venir. « Cette francophonie économique, ce puissant moteur de croissance et de prospérité qui attire maintenant les regards du monde, nous ouvre de nouveaux horizons prometteurs. Le Québec réitère d’ailleurs sa volonté de devenir partenaire du développement des pays francophones africains », a conclu la première ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017