Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Rencontre du Conseil de la fédération La première ministre fait valoir les intérêts du Québec

Niagara-on-the-Lake, le vendredi 26 juillet 2013 – La première ministre du Québec, Pauline Marois, sort satisfaite de la rencontre annuelle du Conseil de la fédération.

Ce matin, la première ministre a soumis une proposition demandant au gouvernement fédéral d’assurer une plus grande sécurité en ce qui a trait au transport ferroviaire, proposition qui a fait l’unanimité auprès de ses homologues. Celle-ci parle notamment d’un système de suivi des convois ferroviaires transportant des matières dangereuses qui devrait être mis en place par le gouvernement fédéral. Ce système fournirait des données en temps réel sur la localisation et le contenu de ces trains.

« Le chemin de fer est très présent au Québec et au Canada. Je me réjouis que mes collègues aient convenu avec nous de l’importance de connaître à l’avance ce qui traverse nos villages et nos villes, et de la nécessité d’un renforcement dans l’application de la réglementation », a déclaré la première ministre.

Dans cette proposition, il est également demandé au gouvernement fédéral de prendre les mesures requises afin de s’assurer que les exigences en matière d’assurance responsabilité soient suffisantes.

De plus, cette discussion aura été l’occasion de faire le point sur les efforts déployés par le gouvernement du Québec dans la foulée du déraillement mortel à Lac-Mégantic.

Par ailleurs, lors de la journée d’hier, la première ministre s’est réjouie de constater que ses collègues des provinces et territoires ont réitéré le consensus à l’effet d’exiger que les gouvernements qui le souhaitent puissent se retirer avec pleine compensation d’initiatives fédérales dans le domaine de la formation de la main-d’œuvre. Cela fait écho au consensus des partenaires québécois impliqués et de l’ensemble des partis à l’Assemblée nationale quant à l’importance que le gouvernement du Québec continue d’exercer sa maîtrise d’œuvre en matière de formation de la main-d’œuvre.

« L’unanimité dont nous faisons preuve sur cette question envoie un message fort au gouvernement fédéral. Son initiative de la Subvention canadienne pour l’emploi ramènerait le Québec plus de quinze ans en arrière et nous n’entendons pas qu’elle s’applique sur notre territoire », a poursuivi Mme Marois.

Finalement, la première ministre a fait état de l’expérience québécoise en matière de lutte contre la violence et l’intimidation. Elle a rappelé que les nouvelles technologies, la cyberintimidation et la cybercriminalité évoluent rapidement, qu’il faut suivre de près cette évolution et envisager différentes solutions pour y mettre fin.

Le ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne et à la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier, a pour sa part précisé que « le Québec est favorable à ce qu'on procède à des ajustements au Code criminel, étant entendu cependant qu’il devra être consulté avant l’entrée en vigueur de ces dispositions ».

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017