Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Lutte contre l'homophobie Le premier ministre annonce la création de la Chaire de recherche sur l'homophobie

Québec, le 21 novembre 2011 — Le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, est fier d’annoncer la création d’une chaire de recherche universitaire sur l’homophobie. Il s’agit d’une première du genre au Canada et dans la francophonie mondiale, et la seconde à naître en Amérique du Nord. Lors de cette annonce, le premier ministre était accompagné du ministre de la Justice, Procureur général et ministre responsable de la lutte contre l’homophobie, M. Jean-Marc Fournier.

« Le Québec se démarque une fois de plus par son leadership et sa vision en matière d’ouverture aux minorités sexuelles. Nous pouvons être fiers de notre progrès. Notre situation est enviable dans le monde en termes d’inclusion », a soutenu M. Charest. C’est quelque 475 000 $ qui sont investis dans la mise en place de la chaire de recherche. La création de cette chaire s’inscrit dans les mesures du Plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie 2011-2016, lancé en mai dernier. Ce plan est l’une des seules initiatives de la sorte répertoriées dans le monde.

La Chaire de recherche sur l’homophobie sera accueillie par le Département de sexologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Ce département joue un rôle majeur dans l’expansion et la visibilité du champ d’études des minorités sexuelles au Québec et au Canada, principalement autour de problématiques de recherche liant homophobie et santé. La titulaire de la chaire est Mme Line Chamberland, Ph. D., chercheuse et professeure au Département de sexologie.

« La Chaire de recherche sur l’homophobie, de même que toutes nos actions passées et futures, démontre clairement aux personnes qui se sentent prisonnières de l’homophobie qu’elles ne sont pas seules, et que le gouvernement du Québec met tout en œuvre pour les soutenir », a déclaré M. Charest.

Deux grandes thématiques seront abordées en priorité dans le cadre des recherches de la chaire, soit les conséquences de l’homophobie sur la santé physique, mentale et sexuelle, ainsi que le phénomène d’exclusion sociale des minorités sexuelles et les solutions pour l’enrayer.

La chaire est mise en place pour une période de cinq ans. À mi-terme, son équipe organisera un colloque scientifique d’envergure, auquel participeront des chercheurs venant du Canada et de l’étranger. « Leurs travaux auront assurément une portée nationale et internationale. Il y a fort à parier que ces recherches susciteront l’intérêt des scientifiques d’ici et d’ailleurs », a ajouté M. Fournier.

Rappelons que le Plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie 2011-2016 résulte d’un engagement commun de 11 ministères et présente 60 mesures visant à soutenir les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles et transgenres sur les plans social, communautaire et professionnel.

Au cours des 5 prochaines années, 7,1 millions de dollars additionnels seront investis, notamment pour l’augmentation de l’appui financier aux organismes de promotion et de défense des droits des personnes de minorités sexuelles, pour la tenue de campagnes médiatiques nationales de sensibilisation, pour la mise en place du Bureau de lutte contre l’homophobie et pour le développement des connaissances en matière de diversité sexuelle.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017