Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Bilan de la session d'automne 2011 L'économie du Québec résiste et le Plan Nord prend son envol

Québec, le 9 décembre 2011 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a fait le bilan des actions gouvernementales des derniers mois et des résultats qu’elles ont générés. Malgré une situation économique mondiale empreinte d’incertitude, il s’est réjoui de la bonne performance du Québec et des importantes annonces d’investissements qui témoignent du fait que le Plan Nord a bien pris son envol.

Une économie qui résiste et qui est performante

Alors que la zone euro est plongée dans une crise de la dette et que nos voisins américains composent avec une situation budgétaire qu’ils peinent à contrôler, le Québec maintient son objectif de retour à l’équilibre budgétaire pour 2013-2014. Cette vigueur de l’économie québécoise et la rigueur budgétaire du gouvernement ont d’ailleurs été reconnues par cinq grandes agences de notation. Notons qu’en 2011, à ce jour,  il s’est créé 47 900 emplois au Québec.

Malgré une performance économique enviable, le gouvernement a multiplié les initiatives en lançant notamment la Stratégie québécoise de l’entrepreneuriat, la Stratégie sur l’occupation et la vitalité du territoire et Export Québec. Il a  également dévoilé le projet Écolo TIC visant à faire du Québec un chef de file dans le monde des technologies de l’information, et participé à plusieurs annonces d’implantation ou d’expansion dans ce secteur comme celles d’Eidos, Square Enix et WB Games.

Dans le secteur de la construction, le premier ministre a rappelé que le gouvernement poursuit le travail de nettoyage amorcé au cours des derniers mois. « À la suite du diagnostic établi par le rapport Duchesneau, nous avons posé des gestes supplémentaires et resserré les contrôles au ministère des Transports; nous avons également mis sur pied la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction. La ministre du Travail s’est également attaquée au placement syndical et aux pratiques frauduleuses dans cette industrie en faisant adopter à l’unanimité deux lois qui marquent des progrès importants pour le Québec », s’est réjoui le premier ministre.

Leadership en matière de développement durable

La deuxième moitié de l’année 2011 a également été ponctuée d’annonces et d’actions importantes qui sont venues réaffirmer le leadership du Québec en matière de développement durable. Que ce soit en prenant la tête d’un groupe de travail international sur le développement de la voiture électrique (EV20) ou par le dépôt de projets de loi visant notamment à réduire la pollution par l’inspection obligatoire des véhicules automobiles, le Québec poursuit sur sa lancée qui lui a valu une reconnaissance internationale.

« L’année 2011 nous a permis de mesurer qu’en 2009 le Québec a réduit ses émissions de GES de 2,5 % par rapport au niveau de 1990, tandis qu’ailleurs on peine à réduire les émissions de gaz à effet de serre ou renonce tout simplement à atteindre les objectifs fixés. Il s’agit d’une performance qui nous place en position d’atteindre les objectifs du protocole de Kyoto », a affirmé le premier ministre.

Un gouvernement qui investit et qui s’investit dans le développement social

En matière sociale, le gouvernement a continué de consentir des sommes importantes afin notamment de doter le Québec d’institutions modernes. Dans le secteur de la santé, nombreuses sont les grues dans le ciel du Québec qui construisent des hôpitaux à la hauteur des soins que méritent les Québécois. Que ce soit pour la construction du CHUM, du CUSM, de l’hôpital des Shriners, ou de l’agrandissement de l’Hôpital juif et de l’Institut de Cardiologie, les investissements gouvernementaux génèrent de l’activité économique et vont permettre de mieux servir les citoyens.

Dans la région de Québec, les décisions prises dans la deuxième moitié de 2011 vont bientôt permettre à deux importants chantiers de voir le jour, soit celui de l’Hôtel-Dieu de Québec et de l’amphithéâtre multifonctionnel.

Parmi les autres gestes posés par le gouvernement qui auront un impact direct sur la vie de nombreux Québécois, notons également l’adoption de lois visant à accroître les pouvoirs des pharmaciens, resserrant le processus de certification des résidences de personnes âgées et le dépôt du Plan Accès justice. Le premier ministre s’est également réjoui, après des efforts soutenus de la part du gouvernement, de l’atteinte de la parité hommes-femmes aux conseils d’administration des sociétés d’État. 

Le chantier d’une génération prend son envol

Depuis le lancement du Plan Nord, en mai dernier, c’est déjà plus de 7 MM $ d’investissements miniers et industriels qui ont été annoncés. À ces sommes s’ajoutent également des investissements importants afin de développer le réseau routier du Nord-du-Québec et de la Côte-Nord. Le gouvernement a également rendu publique la Stratégie touristique du Plan Nord.

« Au-delà de l’activité économique générée et des milliers d’emplois créés, le Plan Nord porte également des fruits à travers ses retombées sociales et environnementales. Je tiens particulièrement à souligner l’entente visant la création de 300 nouveaux logements sociaux au Nunavik et les consultations entamées sur la protection de 50 % du territoire du Plan Nord.  Les retombées du Plan Nord vont se faire sentir partout au Québec, en particulier dans les communautés vivant au nord du 49e parallèle », a souligné le premier ministre.

2012 : une année à l’enseigne de l’économie

En 2012, l’économie continuera d’être la priorité du gouvernement dans un contexte d’incertitude mondiale et de fragilité des marchés financiers. «Pour combattre cette morosité économique mondiale, le Québec devra, en 2012, concentrer ses actions autour de trois grands principes : diversifier ses marchés, notamment en participant à la conclusion d’une entente entre le Canada et l’Union européenne, tirer profit de ses ressources naturelles en poursuivant le développement du Plan Nord, et finalement, mettre à jour ses stratégies économiques afin de combattre la perspective d’un possible ralentissement économique mondial. Même si l’année 2012 s’annonce en dents de scie, les Québécois pourront continuer de compter sur un gouvernement qui veille à leur intérêt et qui a fait du Québec, malgré la crise, l’un des endroits qui réussit le mieux sur le plan économique », a conclu monsieur Charest.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017