Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Bilan de fin de session « Ça va mieux au Québec » – Pauline Marois

Québec, le 14 juin 2013 – « L’an dernier à pareille date, le Québec baignait dans un climat de malversations et d’impunité, Montréal était bloquée par la crise sociale, les finances étaient en désordre et le déficit budgétaire se creusait, et les investissements dans les infrastructures étaient annoncés sans être budgétés. La seule chose qui fonctionnait à plein régime, c’était l’usine à promesses libérales. Nous avons fait le ménage dans le désordre libéral et réparé ce que l’ancien gouvernement avait brisé. Le gouvernement du Parti Québécois a été courageux, responsable et déterminé. Ça va mieux au Québec! », a déclaré la première ministre à l’occasion du bilan de fin de session.

En matière d’identité, le gouvernement s’est tenu debout et a défendu les intérêts du Québec partout et en tout temps, au Québec, au Canada ou dans le monde. « À partir de la gouvernance souverainiste, nous avons initié plusieurs dossiers de défense de nos intérêts, dont la Commission nationale d’examen sur l’assurance-emploi et la bataille pour modifier les décisions fédérales sur la formation de la main-d’œuvre, de même que sur les fonds de travailleurs », a expliqué la première ministre. Elle a ajouté par ailleurs que malgré le blocage de l’opposition, le gouvernement allait continuer à se battre pour faire avancer le français au Québec.

Une nouvelle étape

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement a abordé une nouvelle étape de son mandat, celle du développement social et économique. C’est le cas par exemple des soins à domicile, pour lesquels 100 millions de dollars de plus par année ont été injectés. Le gouvernement a proposé une politique ambitieuse, responsable et nécessaire avec l’assurance autonomie. Et, en plus de travailler pour les aînés, le gouvernement travaille pour les enfants et les jeunes familles en allant de l’avant avec la maternelle à 4 ans dans les milieux défavorisés et en créant 28 000 places en garderie.

« Nous avons également mis en place une politique de souveraineté alimentaire pour que nous consommions davantage d’aliments de chez nous, ce qui va aider nos producteurs et notre économie. Nous avons eu le courage de sortir le Québec de l’amiante et du nucléaire. Nous préparons un ambitieux projet d’électrification des transports. Nous avons réduit l’impôt de 3 millions de Québécois, et augmenté celui des banques. Nous avons éliminé la hausse libérale de 20 % des tarifs d’électricité et celle de 82 % des droits de scolarité. En matière de solidarité, ça va mieux au Québec! », a indiqué la première ministre.

Cette nouvelle étape en est aussi une de développement économique dans toutes les régions du Québec. « Nous avons une nouvelle Charte du bois, un Secrétariat au développement nordique, un nouveau régime de redevances et un projet de loi sur les mines, qui favorise la transformation au Québec. Nous avons mis en place des incitatifs fiscaux pour attirer des investissements privés. Nos actions commencent à payer et tout indique que la machine économique est repartie en force. La croissance économique s’accélère, des emplois payants sont créés et les investissements privés se multiplient », a-t-elle ajouté.

Les indicateurs économiques sont tous au vert

La croissance du PIB pour 2013, à 1,8 %, est plus forte qu’en 2012 et plus forte que la croissance canadienne. Plus de quatre millions de Québécois sont au travail depuis janvier 2013, un niveau record. Par rapport à la même période l’an dernier, il y a 80 000 emplois de plus au Québec. Les investissements privés se multiplient, ce qui va permettre de créer encore plus d’emplois payants au cours des prochains mois. Le seul indicateur économique en baisse, c’est le taux de chômage.

« Les libéraux et les caquistes ont voulu noircir la situation économique et ils ont inquiété bien du monde en pratiquant la politique du pire. Les Québécois peuvent être confiants et rassurés : ça va mieux, ça va beaucoup mieux pour l’économie québécoise! », a affirmé Pauline Marois, en saluant le travail effectué par son équipe gouvernementale de plus en plus aguerrie et déterminée.

« Ça va mieux dans bien des domaines, c’est indéniable. Ce qui a reculé au Québec, c’est la corruption et les déficits. Ce qui avance, c’est la démocratie et l’intégrité, avec la loi sur le financement populaire et celle sur les élections à date fixe. Ces résultats nous permettent de bâtir pour l’avenir », a conclu la première ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017