Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Formation de la main-d’œuvre Après 15 ans de partenariat, le Québec doit demeurer le maître d’œuvre

Québec, le 12 juin 2013 – Participant au 15e anniversaire soulignant le partenariat entre Emploi-Québec et la Commission des partenaires du marché du travail, la première ministre du Québec, Pauline Marois, accompagnée de la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre du Travail et ministre responsable de la Condition féminine, Agnès Maltais, a reconnu l’ampleur du travail qui a été réalisé, de même que l’engagement et le soutien des acteurs clés du Québec en matière de formation de la main-d’œuvre. Toutefois, dans un contexte marqué par l’incertitude entourant le renouvellement de l’Entente Canada-Québec sur le marché du travail, Mme Marois a tenu à réitérer la volonté du Québec de conserver la maîtrise d’œuvre exclusive en ce domaine.

« Plus que jamais, le Québec doit pouvoir disposer de tous les outils et de toute la souplesse nécessaires pour assurer à l’ensemble des Québécoises et des Québécois, ainsi qu’à nos entreprises, l’accès à des mesures actives d’emploi efficaces et adaptées au marché du travail d’ici. Le gouvernement est le mieux placé pour assurer ces services aux Québécois. En empiétant sur ce champ de compétence qui n’est pas le sien, le fédéral remet en question la dynamique partenariale développée ici et qui nous est propre. Pire, il ramène le Québec 15 ans en arrière en mettant en place la Subvention canadienne pour l’emploi, qui dédouble et chevauche ce que fait déjà efficacement le Québec », a déclaré la première ministre.

Depuis maintenant 15 ans, la Commission des partenaires du marché du travail et Emploi-Québec travaillent de concert afin de répondre aux besoins de formation des entreprises et des travailleuses et travailleurs du Québec. Réunis autour de ce thème, les représentants des employeurs, de la main-d’œuvre, du milieu de l’enseignement, des organismes communautaires et des organismes gouvernementaux ont fait ressortir les fondements ayant mené au partenariat actuel, lequel permet aujourd’hui au Québec de se démarquer et d’atteindre des résultats convaincants.

La ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre du Travail et ministre responsable de la Condition féminine, Agnès Maltais, a pour sa part souligné l’importance de l’étroite collaboration qui s’est bâtie pour assurer la prospérité économique et sociale du Québec. « Les personnes au travail comme les personnes sans emploi doivent avoir la possibilité de développer leurs compétences et de les mettre au service de la société québécoise. Or, le gouvernement fédéral risque de compromettre 15 ans de succès québécois puisqu’il rendra plus difficile l’accès à la formation pour les PME du Québec et nuira à la capacité d’Emploi-Québec de joindre les personnes éloignées du marché du travail. »

« Je suis fière de faire partie de ce Québec qui a à cœur ses ressources humaines et qui met tout en œuvre pour accroître leur potentiel. Le gouvernement du Québec poursuivra ses efforts pour favoriser le développement des compétences des Québécoises et des Québécois », a conclu la première ministre.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017