Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Centre de santé et de services sociaux de Sept-Îles La première ministre confirme l’agrandissement et le réaménagement de la Résidence Gustave-Gauvreau

Sept-Îles, le 14 mai 2013 – La première ministre du Québec, Pauline Marois, a confirmé aujourd’hui l’agrandissement et le réaménagement de la Résidence Gustave-Gauvreau, rattachée au Centre de santé et de services sociaux de Sept-Îles. À cette occasion, elle était accompagnée de la députée de Duplessis, Lorraine Richard. Ce projet, dont la réalisation nécessite un investissement de l’ordre de 26,7 M$, a été provisionné au Plan québécois des infrastructures. Il sera financé pour l’essentiel par le ministère de la Santé et des Services sociaux, avec une contribution complémentaire de 228 000 $ de la part de l’établissement.

« Ce projet permettra d’accueillir 35 personnes qui sont actuellement hébergées dans une unité de soins de longue durée de l’hôpital. Par ailleurs, le nouvel environnement immobilier sera aussi mis à profit par les équipes du soutien à domicile et des programmes de santé mentale, avec les retombées positives qui s’ensuivent pour les personnes desservies », a expliqué la première ministre.

« Voilà un projet que nous sommes fiers de faire entrer dans sa phase finale, après plusieurs années d’attente. Nous donnons ainsi suite à un consensus régional fort en faveur d’une amélioration de plusieurs volets de l’offre de soins et de services », a déclaré pour sa part la députée de Duplessis.

Il est prévu que les travaux d’agrandissement et de réaménagement seront complétés d’ici trois ou quatre ans. Par ailleurs, le projet présente l’avantage de libérer des locaux à l’hôpital, qui pourront éventuellement être utilisés pour l’urgence et le bloc ambulatoire.

« Comme tous les autres projets que notre gouvernement a choisi de privilégier et d’inscrire au Plan québécois des infrastructures, celui-ci vient répondre à des besoins criants et concrets, en plus de contribuer au développement socioéconomique de la région et du Québec tout entier. Il se concrétisera donc à la fois au bénéfice des gens d’ici et de l’ensemble de la collectivité québécoise, remplissant ainsi les critères que nous nous sommes donnés et l’engagement que nous avons pris de faire exclusivement des choix responsables dans le cadre du Plan québécois des infrastructures », a déclaré la première ministre.

La contribution du ministère de la Santé et des Services sociaux à ce projet s’inscrit dans le cadre du Plan québécois des infrastructures 2013-2023, rendu public en avril dernier. Rappelons que ce plan décennal entraînera, à terme, des investissements de près de 19,4 G$ pour le volet santé et services sociaux. Il aura un impact économique majeur sur tout le territoire québécois, avec près de 60 000 emplois créés ou maintenus, en moyenne, par année. Ce plan marque par ailleurs un virage dans la façon d’investir et de gérer les infrastructures publiques. Cette nouvelle façon de faire permettra d’évaluer de manière prospective les besoins, en fonction des priorités des Québécois, de bien mesurer les coûts qui y sont associés et, ainsi, de faire des choix éclairés.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017