Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le gouvernement va de l’avant avec la création du parc national d’Opémican

Notre-Dame-du-Nord, le jeudi 21 mars 2013 – De passage aujourd’hui en Abitibi-Témiscamingue, la première ministre du Québec, Pauline Marois, a profité de l’occasion pour annoncer la création prochaine du parc national d’Opémican, situé au Témiscamingue. Mme Marois était accompagnée du ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, et du député de la circonscription de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Gilles Chapadeau.

« Le parc national d’Opémican deviendra le deuxième parc à être créé depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel gouvernement. Cela démontre de façon claire notre volonté de mettre en valeur chaque région du Québec et de soutenir leur développement économique et social. Ce futur parc va nous permettre de protéger l’environnement et de créer de la richesse dans la région. Nous allons faire de ce parc un projet unificateur et un objet de fierté, pour la population de la région et pour tout le Québec », a déclaré la première ministre.

La création du parc national d’Opémican permettra de protéger et de mettre en valeur un territoire d’une superficie d’environ 250 km2, bordé à l’ouest par le lac Témiscamingue et à l’est par le lac Kipawa. Ce territoire se trouve à la rencontre de la forêt feuillue et de la forêt boréale, et renferme des habitats diversifiés qui abritent de nombreuses espèces fauniques et floristiques typiques du paysage témiscamien. Le site historique Opémican, véritable halte naturelle sur le lac Témiscamingue, sera restauré et ses bâtiments historiques, dont l’auberge Jodoin, l’un des plus anciens bâtiments de l’Abitibi-Témiscamingue, pourront également être mis en valeur.

« Le Québec nourrit de grands espoirs pour sa formidable, mais fragile, biodiversité, et la concrétisation de ceux-ci passent par des mécanismes de protection, de sensibilisation et de mise en valeur. Or, la clé, c’est sans aucun doute le développement de notre réseau d’aires protégées sous toutes ses formes. Les gens du Témiscamingue pourront bientôt profiter d’un nouveau parc d’une grande beauté et d’une grande pertinence, et tout le Québec pourra se targuer de prendre ses responsabilités à l’endroit d’une planète souvent mise à mal. C’est dans cet esprit que nous visons à protéger au moins 12 % du territoire québécois », a déclaré le ministre Blanchet.

« Cette magnifique région de lacs et de rivières a tout pour séduire les touristes. La venue éventuelle de 40 000 visiteurs par année est susceptible d’engendrer des retombées économiques de l’ordre de 7,5 millions de dollars dans la région. Cela signifie la création d’une trentaine d’emplois réguliers ou saisonniers dans la région et un véritable coup de fouet pour le tourisme et l’économie régionale », a conclu le député Chapadeau.

Le rapport de la consultation publique relative à la création du parc national d’Opémican est disponible au Ce lien ouvrira une nouvelle fenêtre. www.mddefp.gouv.qc.ca/parcs/opemican.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017