Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Pour une jeunesse engagée dans sa réussite La Stratégie d'action jeunesse : un ensemble de mesures pour favoriser la réussite des jeunes

Québec, le 29 mars 2006 – La Stratégie d’action jeunesse 2006-2009 rendue publique aujourd’hui par le premier ministre du Québec, Jean Charest, et l’adjoint parlementaire du premier ministre pour les dossiers jeunesse et député de Hull, Roch Cholette, vise à ce que les jeunes âgés entre 35 ans et moins puissent réussir à l’école, dans le cadre d’un projet de formation, au travail ou dans une action communautaire.

Le gouvernement, tenant compte des suggestions des jeunes et des groupes entendus à la consultation tenue dans toutes les régions du Québec, propose un ensemble de mesures particulièrement mobilisatrices, chacune d’elles visant à favoriser pleinement la réussite des jeunes dans la société québécoise. Les mesures présentées ci-dessous n’illustrent qu’une partie de l’engagement du gouvernement envers la jeunesse.

Pour des jeunes en santé et bien dans leur peau

L’acquisition de saines habitudes de vie et la lutte contre le suicide chez les jeunes constituent des priorités pour le gouvernement. Celui-ci proposera donc aux établissements scolaires une politique-cadre en matière d’alimentation afin de contribuer à éliminer la malbouffe dans les écoles.

Le gouvernement investira également 2,4 millions de dollars au cours des trois prochaines années pour intensifier le déploiement de sentinelles dans les milieux de vie des jeunes afin de mieux lutter contre le suicide. Les sentinelles sont des personnes avec qui les jeunes sont déjà en contact. Elles seront formées de façon à reconnaître les signes de détresse chez les jeunes et à les orienter vers les ressources appropriées.

Une école branchée sur les besoins des jeunes

Dans le contexte de la mondialisation, favoriser la réussite éducative des jeunes est primordial. Pour le gouvernement, cela passe notamment par la possibilité d’acquérir une formation adaptée à leurs besoins. Ainsi, le gouvernement diversifiera les parcours scolaires au deuxième cycle du secondaire. Les élèves pourront choisir un parcours facilitant l’accès à l’emploi ou un parcours général axé davantage sur des apprentissages concrets.

Pour une insertion professionnelle réussie

Pour favoriser une meilleure insertion professionnelle des jeunes en difficulté, le gouvernement mettra en œuvre un chantier d’accompagnement des 16-24 ans. Celui-ci comprendra le programme Alternative jeunesse qui vise à aider les jeunes qui en ont la capacité à occuper un emploi, à retourner aux études ou à participer à des activités au sein d’organismes communautaires. Le Chantier comprendra également la mise sur pied d’un accompagnement particulier des 16-24 ans qui en ont le plus besoin, tels les jeunes décrocheurs. Ce chantier sera développé en collaboration avec le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec.

Le gouvernement annonce la prolongation et la bonification du Défi de l’entrepreneuriat jeunesse au montant de 17 millions de dollars, programme qui a joint, depuis 2004, 50 000 jeunes et intervenants socioéconomiques et qui vise l’émergence d’une culture entrepreneuriale. Il collaborera également avec le Mouvement Desjardins afin de promouvoir le programme CRÉAVENIR DESJARDINS qui vise à soutenir les projets d’entrepreneurs âgés entre 18 et 35 ans non admissibles à un type de financement traditionnel.

Le gouvernement implantera également, dans chaque centre jeunesse, le programme Qualification des jeunes, qui facilitera l’intégration sociale et professionnelle des jeunes, soit un investissement de 6,6 millions de dollars. Il annonce, de plus, le déploiement du projet Québec pluriel dans quatre nouveaux territoires afin de contribuer à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes issus des communautés culturelles et des minorités visibles.

Pour des jeunes engagés et présents dans la société québécoise

Au cours de la consultation, les jeunes ont affirmé leur attachement à leur région. Ainsi, afin de favoriser le maintien, le retour et l’établissement des jeunes en région, le gouvernement annonce qu’il augmente de 48 % le budget de l’organisme Place aux jeunes du Québec, soit un financement total de 7,3 millions de dollars pour la durée de la Stratégie.

Tous les forums jeunesse seront également dotés d’un agent qui aura pour mandat de favoriser la participation citoyenne des jeunes sur tout le territoire québécois. Le gouvernement mettra également sur pied un comité de représentation et de concertation des jeunes des communautés culturelles et des minorités visibles, afin que ceux-ci puissent mieux faire connaître leurs besoins et leurs préoccupations.

Des services plus cohérents et complémentaires

Le gouvernement entend améliorer la complémentarité et la cohésion des services destinés aux jeunes. Il en fait une priorité. Ainsi, il annonce l’Engagement jeunesse qui mobilisera les principaux ministères et organismes du milieu offrant des services aux jeunes pour assurer la complémentarité de certaines mesures ou programmes. Les jeunes pourront ainsi accéder plus facilement à certains services, passer sans heurt d’une mesure ou d’un programme à l’autre, et bénéficier d’un meilleur accompagnement dans leur démarche.

Pour mieux soutenir les initiatives locales et régionales destinées aux jeunes, le gouvernement bonifie les Fonds régionaux d’investissement jeunesse (FRIJ) en leur accordant un montant total de 30 millions de dollars pour la durée de la Stratégie. Ces fonds servent à financer, en région, des projets mobilisateurs qui favorisent la réussite des jeunes.

Lors de la consultation en région, les jeunes ont manifesté un vif intérêt pour la question du développement durable. Le gouvernement annonce ainsi la création d’un fonds capitalisé de 5 millions de dollars pour financer des bourses d’excellence en matière de développement durable qui permettront à de jeunes universitaires d’effectuer des stages dans ce domaine. En plus d’une expérience concrète de travail offerte aux jeunes boursiers, les bourses permettront d’élargir l’expertise québécoise dans le domaine du développement durable. Ce fonds sera développé en collaboration avec le secteur privé afin de bonifier cet investissement.

Pour favoriser l’échange entre les générations et faciliter le transfert des connaissances, un projet de cybermentorat relativement au choix de carrière et à l’orientation professionnelle des jeunes sera progressivement mis sur pied. Ce programme, qui représente un investissement de 2,7 millions de dollars, permettra aux jeunes des 3e, 4e et 5e secondaire d’entrer en relation, en toute sécurité, avec des adultes qui pratiquent divers métiers et professions.

Enfin, le gouvernement donne le mandat au Conseil permanent de la jeunesse, en collaboration avec le Conseil des aînés, de favoriser le dialogue intergénérationnel sur le remboursement de la dette publique, en tenant, par exemple, un forum sur cette question.

La poursuite d’engagements pour la jeunesse

En plus de ces mesures, le gouvernement poursuit et reconduit un ensemble de mesures et de programmes offerts par différents ministères. Il réitère notamment son soutien financier au Conseil des jeunes des Premières Nations et à Femmes autochtones du Québec. Il maintient également le crédit d’impôt pour les stages en milieu de travail et le crédit d’impôt à l’intention des nouveaux diplômés travaillant dans une région ressource éloignée.

La mise en œuvre et le suivi de la Stratégie d’action jeunesse

Pour concrétiser l’ensemble de ces mesures, le gouvernement annonce la mise sur pied du Comité des partenaires de la Stratégie d’action jeunesse 2006-2009, qui sera constitué des principaux groupes qui joueront un rôle majeur dans la mise en œuvre de la Stratégie au cours des trois prochaines années. Il crée également une enveloppe de 5,75 millions de dollars pour financer, entre autres, des projets nationaux et, à terme, faire l’évaluation de la Stratégie.

« La jeunesse représente notre avenir, conclut l’adjoint parlementaire du premier ministre. Elle doit être en santé, instruite, engagée, ouverte sur le monde, et elle doit bénéficier des meilleurs services. C’est notre devoir en tant que gouvernement, mais aussi en tant que parents et intervenants, d’apporter notre soutien aux jeunes de tous les coins du Québec et de leur donner confiance pour qu’ils envisagent l’avenir avec espoir et détermination. »

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017