Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Rencontre fructueuse entre lepremier ministre Charest et le Grand Chef Mukash

Montréal – le 24 mars 2006. Le premier ministre du Québec, Jean Charest et le Grand Chef Matthew Mukash se sont réunis aujourd’hui à Montréal. C’était la première réunion entre les deux leaders depuis l’élection du Grand Chef Mukash le 16 septembre 2005. Les deux leaders ont affirmé leur désir de maintenir une relation harmonieuse, productive et durable entre les Cris et le Québec. Ils ont aussi abordé certaines préoccupations récentes et clarifié des malentendus reliés au processus d’évaluation environnementale du projet EM1A et dérivation Rupert. La réunion a permis aux deux leaders de régler ces malentendus et de résoudre certaines incertitudes.

Bien qu’ils ne soient pas personnellement signataires de la Paix des braves, les deux hommes reconnaissent qu’il s’agit d’une pierre angulaire de la mise en place d’une relation positive entre la nation crie et le Québec, et aucun des deux n’a donc l’intention de répudier cette entente.

Le Grand Chef et le premier ministre veulent maintenant s’appuyer sur cette entente pour construire un meilleur avenir à la fois pour le Québec et la nation crie. La direction de la nation crie reconnaît qu’un des buts principaux de la Paix des braves était de résoudre des problèmes liés à l’application de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (CBJNQ) signée en 1975. Les deux leaders ont souligné que la signature de la Paix des braves comportait un consentement au projet EM1A et dérivation Rupert. Ils reconnaissent aussi que le projet proposé est assujetti à une évaluation environnementale en vertu du chapitre 22 de la CBJNQ et à tous les autres régimes environnementaux applicables. Le Grand Chef a assuré le premier ministre que le Grand Conseil des Cris, au cours de ce processus, réitérera l’engagement des Cris envers la Paix des Braves et que les Cris participeront pleinement à toutes les évaluations des impacts sur l’environnement et le milieu social prévues pour le projet EM1A et dérivation de la rivière Rupert. Les deux leaders ont de plus confirmé la nécessité de prendre en compte les préoccupations des Cris par rapport aux impacts sociaux et environnementaux du projet proposé, comme le prévoit la Convention de la Baie James et du Nord québécois. Les dirigeants cris de même que le Québec respecteront le processus d’examen et s’y soumettront à titre de processus valide.

De plus, le Grand Chef et le premier ministre se sont officiellement engagés à résoudre dans les meilleurs délais tous les dossiers que les parties avaient convenu de régler dans les trois ans de l’entrée en vigueur de la Paix des braves, notamment la police régionale crie, la mise en œuvre des dispositions de la CBJNQ en matière de justice et la résolution du transfert territorial d’Oujé-Bougoumou/Mistissini.

Le premier ministre et le Grand Chef ont aussi discuté des négociations actuelles entre les Cris et le gouvernement fédéral. Ces négociations ont comme objectif la conclusion d’une entente pour régler des questions en suspens entre les deux parties concernant l’application de la CBJNQ par le gouvernement fédéral. Les désaccords à ce sujet ont conduit les Cris à intenter contre le gouvernement fédéral des poursuites qui sont toujours devant les tribunaux.

Le premier ministre a indiqué au Grand Chef que le Québec est très favorable aux efforts des Cris et du gouvernement fédéral en vue de résoudre ces questions et d’en arriver à une entente. Le premier ministre a aussi exprimé un vif intérêt pour un des aspects principaux des négociations, soit la discussion d’un concept de gouvernement autonome pour les Cris, selon lequel des responsabilités fédérales au sens de la CBJNQ seraient graduellement confiées au Grand Conseil des Cris/Administration régionale crie sur les terres de catégorie 1. Le Grand Chef Mukash a indiqué au premier ministre qu’aussi bien les Cris que le gouvernement fédéral ont mené cette négociation avec une compréhension très claire à l’effet qu’ils allaient respecter l’esprit de la CBJNQ, dont le Québec est aussi signataire, ainsi que les compétences du Québec. Le Grand Chef Mukash a aussi partagé avec le premier ministre l’orientation actuelle des négociations quant à la poursuite de l’autonomie des Cris, avec la participation du Québec.

Les deux leaders ont également partagé leur vision du développement à long terme du territoire de la Baie-James. Ils ont convenu que le développement durable doit être le principe directeur des mesures mises en œuvre sur le territoire et que le développement économique doit respecter l’environnement et offrir des opportunités de développement pour les communautés touchées.

Le Grand Chef Mukash a insisté particulièrement sur des projets d’énergie renouvelable, comme l’énergie éolienne. Les deux leaders ont convenu que l’énergie éolienne offrait de grandes possibilités comme complément à l’hydroélectricité et se sont mis d’accord pour que les Cris et le Québec travaillent ensemble à la conclusion d’une entente qui refléterait les principes suivants :

i) des évaluations conjointes seraient d’abord menées afin de déterminer les meilleurs endroits pour la production d’énergie éolienne sur le territoire de la Baie-James, en mettant l’accent sur la recherche de façons d’optimiser les liens entre les grands réservoirs hydroélectriques présents sur le territoire et les sites potentiels de production éolienne;

ii) en fonction de ces évaluations et du potentiel découvert, un projet spécial d’énergie éolienne serait entrepris par les Cris en collaboration avec Hydro-Québec et en partenariat avec des tiers;

iii) cet éventuel projet éolien devrait être financièrement solide, économiquement concurrentiel et acceptable d’un point de vue environnemental.

En conclusion, les deux leaders ont réitéré leur objectif commun de maintenir des relations fortes et productives entre les Cris et le Québec et ont réaffirmé leur engagement à continuer de travailler ensemble à développer le potentiel du territoire pour le bénéfice mutuel des Cris et de la population du Québec en général.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017