Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Forum économique mondial de Davos Une plateforme exceptionnelle pour faire valoir les intérêts du Québec

Londres, le samedi 26 janvier 2013 – La première ministre du Québec, Pauline Marois, dresse un bilan positif de sa participation à la 43e réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, en Suisse. La première ministre y a multiplié les rencontres afin de promouvoir le Québec et d’échanger sur des enjeux qui touchent son développement.

« Le Québec s’est doté récemment de mesures visant à assurer sa croissance économique qui le rendent particulièrement attrayant pour l’investissement. Notre présence à Davos a permis de faire valoir ces attraits auprès de décideurs économiques ainsi que de partenaires actuels qui contribuent à la prospérité du Québec », a déclaré Pauline Marois.

Accompagnée du président d’Investissement Québec, Jacques Daoust, la première ministre a participé à une douzaine de rencontres avec des dirigeants d’entreprises et de filiales en activité au Québec. Au total, les entreprises rencontrées détiennent au Québec une cinquantaine d’établissements dans les secteurs de l’aéronautique, des sciences de la vie et de l’énergie. Les échanges ont permis de présenter les nouvelles orientations gouvernementales en matière de développement économique et de consolider des relations d’affaires.

Dans la foulée de ces rencontres, la première ministre a indiqué que le gouvernement du Québec a signé une entente de principe avec l’entreprise RSW RER ltée et la compagnie Boeing pour le développement au Québec d’un projet pilote de production d’hydroliennes destinées aux marchés internationaux. Les détails du projet, qui contribuera à positionner le Québec comme leader dans le développement des technologies d’énergies propres, seront dévoilés lors d’une annonce au Québec.

Rencontres politiques

La première ministre s’est entretenue avec le secrétaire des Finances des États-Unis Mexicains, Luis Videgaray Caso. Elle a souligné à cette occasion l’importance du marché mexicain pour les exportations québécoises, ce pays étant le 7e client du Québec dans le monde. Mme Marois a aussi rencontré le directeur général de l’agence d’investissement ProMéxico, Ernesto de Lucas Hopkins. Plus de 600 entreprises québécoises entretiennent des relations d’affaires avec le Mexique.

Un entretien avec le ministre de l’Économie et des Finances de France, Pierre Moscovici, a permis d’échanger sur le volet économique de la 17e Rencontre alternée des premiers ministres québécois et français qui se tiendra au Québec plus tard cet hiver. Les échanges ont également porté sur la situation économique au Québec et en France.

La première ministre a rencontré le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka. Elle a mentionné que le Québec souhaitait accroître les partenariats entre des entreprises et des institutions québécoises et africaines, notamment dans le contexte de la Déclaration de Kinshasa du XIVe Sommet de la Francophonie qui appelle à la création d’une Francophonie économique. La BAD, une institution de financement dédiée au développement de l’Afrique, apparaît comme un levier privilégié pour accroître les liens du Québec avec le continent africain.

La lutte contre les changements climatiques a été au cœur d’un entretien avec la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Christiana Figueres. Mme Figueres s’est réjouie de l’engagement du gouvernement du Québec de hausser à 25 % la cible de réduction des gaz à effet de serre sous le niveau de 1990. La première ministre et la secrétaire exécutive ont convenu d’établir une collaboration directe entre le Québec et le Secrétariat. La première ministre a également rencontré le président du Climate Group, Mark Kenber, un allié du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques.

Mme Marois s’est entretenue avec le commissaire au marché intérieur et aux services de la Commission européenne, Michel Barnier. Les échanges ont porté sur des enjeux liés à la reconnaissance des qualifications professionnelles de même que sur les changements apportés à la législation touchant les institutions financières et les agences de notation de l’Union européenne. La situation économique en Europe a aussi été abordée.

La première ministre a également rencontré le ministre-président de Flandre, Kris Peeters, notamment dans le contexte de la venue au Québec en mars d’une importante délégation commerciale et académique flamande. Enfin, elle s’est entretenue avec Hannelore Kraft, ministre-présidente de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l’un des Länder allemands les plus importants d’un point de vue économique.

Ateliers du Forum

La première ministre était invitée à amorcer un échange entre leaders portant sur les pratiques de développement minier responsable. Elle a fait part de l’approche avant-gardiste québécoise en matière de protection de l’environnement ainsi que de la nouvelle impulsion que le gouvernement du Québec souhaite donner au développement du Nord québécois.

En compagnie d’autres leaders féminins, elle a également participé à une réflexion portant sur les moyens destinés à réduire le déséquilibre économique qui persiste entre les genres.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017