Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le Premier ministre Harper et le premier ministre Charest signent un accord historique établissant un rôle formel pour le Québec à l'UNESCO

Québec, 5 mai 2006 – Le Premier ministre du Canada, Stephen Harper et le premier ministre du Québec, Jean Charest, ont signé aujourd’hui, dans la salle du Conseil législatif de l’Assemblée nationale du Québec, un accord établissant un rôle formel pour le Québec à l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture.

« Nous accueillons aujourd’hui le Québec à l’UNESCO tel que nous l’avons promis, a dit le Premier ministre Harper. En apposant nos signatures au bas de cet accord, le Québec pourra désormais participer pleinement à toutes les activités de l’UNESCO, de concert avec la délégation permanente du Canada et par son intermédiaire. Cet accord illustre clairement notre vision d’un fédéralisme d’ouverture. C’est une nouvelle ère qui s’amorce afin de bâtir un Canada fort, uni, indépendant et libre au sein duquel un Québec confiant, autonome, solidaire et fier peut pleinement s’épanouir. »

Le premier ministre Charest tient à souligner que cet accord, qui reconnaît la personnalité unique du Québec et sa spécificité, vient confirmer le rôle particulier du Québec sur la scène internationale. « La signature de cet Accord, fondée sur un fédéralisme asymétrique, annonce une nouvelle ère de partenariat entre les deux gouvernements. Notre présence à l’Unesco nous permettra d’intervenir dans des secteurs importants pour l’identité du Québec, comme la culture, la science et l’éducation. Le gouvernement fédéral reconnaît formellement la capacité du Québec d’agir sur le plan international ».

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a été fondée le 16 novembre 1945. Dans le cadre de toutes ses activités et de tous ses projets, l’UNESCO assume diverses fonctions conformes à son rôle d’institution phare dans les domaines de l’éducation, de la science, de la culture et de la communication. Il revient à l’UNESCO de collecter, de transmettre, de diffuser et d’échanger l’information, les connaissances et les pratiques exemplaires qui existent dans ses domaines de compétences, de trouver des solutions novatrices aux problèmes et de les tester par le biais de projets pilotes. Faire avancer les connaissances et les diffuser pour qu’elles soient universellement partagées sont les principales tâches de l’UNESCO.

L’accord d’aujourd’hui établit un éventail de mécanismes nouveaux et sans précédent pour assurer au Québec la place et la voix qui lui reviennent à l’UNESCO.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017