Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Le patrimoine à l’avant-scène! Québec met en place le Fonds du patrimoine culturel québécois

Québec, le 6 septembre 2006 – Le premier ministre du Québec, Jean Charest, et la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la région de Montréal, Line Beauchamp, en présence du ministre des Transports et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Michel Després, ont procédé aujourd’hui au lancement officiel du Fonds du patrimoine culturel québécois.

« C’est la première fois qu’un gouvernement du Québec met le patrimoine à l’avant-scène de façon aussi marquée. L’année 2006 s’inscrira dans nos mémoires comme étant celle où le Québec s’est donné les moyens de préserver les témoins d’une histoire riche et unique, au bénéfice des générations présentes et futures », a déclaré le premier ministre, Jean Charest.

« La création du Fonds du patrimoine culturel québécois est le premier d’une série de gestes gouvernementaux destinés à affirmer notre identité et à renforcer notre fierté à l’égard de notre architecture, de notre histoire, de notre culture. Dès l’automne, nous amorcerons l’élaboration d’un livre vert sur la conservation du patrimoine culturel ainsi que les travaux de révision de la Loi sur les biens culturels afin qu’elle réponde mieux à la réalité du XXIsiècle », a affirmé la ministre Line Beauchamp.

Le Fonds du patrimoine culturel québécois propose de nouvelles mesures financières afin de soutenir la restauration, la mise en valeur et la diffusion des éléments significatifs de notre patrimoine. Avec des critères d’admissibilité plus souples, il permet de restaurer un plus grand nombre de bâtiments, notamment ceux protégés par les municipalités. De plus, les églises ayant une valeur patrimoniale élevée et qui ne sont pas admissibles au programme de la Fondation du patrimoine religieux pourront recevoir une aide financière du fonds. Par ailleurs, le gouvernement intègre l’art public aux enjeux de conservation en permettant la restauration des œuvres d’art intégrées à l’architecture et à l’environnement (politique dite du 1 %). Finalement, les musées, lieux par excellence de diffusion de notre patrimoine, auront accès à de nouveaux crédits afin de renouveler leurs expositions permanentes.

Constitué d’une partie de la taxe sur le tabac, qui servait au remboursement du déficit olympique, le fonds est doté de 5 M$ la première année, somme sera portée à 10 M$ dès l’an prochain. Avec la contribution des partenaires, on prévoit des investissements de l’ordre de 200 M$ d’ici cinq ans. La disponibilité d’une enveloppe budgétaire pluriannuelle permettra aux éventuels demandeurs d’aide financière d’effectuer une meilleure planification de leurs travaux, ce qui, dans le domaine de la restauration, constitue un avantage précieux.

D’une durée de cinq ans, le Fonds du patrimoine culturel québécois est administré par le ministère de la Culture et des Communications qui pourra traiter les demandes d’aide à partir du 15 septembre 2006. Toute l’information – description des programmes, formulaires, etc.– est disponible dès aujourd’hui dans le site Web du Ministère www.mcc.gouv.qc.ca.

« Ce que nous proposons à la population, ce que nous lui offrirons dans les prochains mois, c’est un nouveau pacte patrimonial, une vision nouvelle et une affirmation solennelle quant à la sauvegarde de notre héritage », a conclu le premier ministre du Québec.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017