Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Par ses initiatives, le gouvernement façonne le Québec d'aujourd'hui et des prochaines années

Québec, le 18 décembre 2006 – « Depuis 2003 le Québec progresse et se porte mieux. Les résultats démontrent clairement le succès de nos actions. Les gestes posés et les initiatives prises par le gouvernement au cours de la dernière année ont permis de faire avancer les intérêts du Québec dans plusieurs secteurs d’activité », a indiqué le premier ministre.

Le Québec assume son leadership en économie

Il n’y a jamais eu autant de Québécois sur le marché du travail. Entre avril 2003 et novembre 2006, c’est 200 000 citoyens de plus qui occupent un emploi. Le taux de chômage au Québec a ainsi atteint son plus bas niveau en 30 ans, passant de 9,3 % en avril 2003 à 8 % en novembre dernier.

Cette performance économique a entraîné une diminution du nombre de personnes prestataires de l’assistance-emploi, passant de 544 000 en avril 2003, à 492 600 à l’automne 2006.

De plus, notre gestion rigoureuse des finances publiques a amené les grandes maisons de crédit à revoir la cote du gouvernement. Moody’s a relevé la cote du Québec au niveau de Aa2, soit celui de 1975.

Le réseau de la santé et des services sociaux va mieux

Le premier ministre rappelle qu’en 2003, il avait fait de la santé sa priorité. L’État a consacré des budgets additionnels importants au cours des trois dernières années, soit plus de 4 MM$. Ces sommes ont permis d’offrir aux citoyens de meilleurs services, notamment en réduisant les délais d’attente pour les chirurgies prioritaires (cataractes, hanches, genoux) et pour les traitements en radio-oncologie.

On compte par ailleurs plus d’effectifs professionnels dans ce secteur. À l’automne 2002, 602 étudiants en médecine étaient inscrits dans les facultés. Ils étaient 772 en septembre dernier. Le personnel infirmier a suivi la même courbe, passant de 53 722 en mars 2003 à 54 709 en mars 2006. Les groupes de médecine familiale sont passés, quant à eux, de 17 en mars 2003, à 116 en novembre dernier.

Le secteur de l’éducation a aussi connu un accroissement considérable de ses budgets avec une injection de 1,6 MM$. Cela a permis d’augmenter le temps d’enseignement, permettant au Québec de rejoindre la moyenne annuelle observée à l’OCDE et au Canada. (846 heures en septembre 2002 à 900 heures en septembre dernier).

L’aide aux familles atteint des sommets

Au chapitre de la famille, « le Québec est précurseur en adoptant des mesures de soutien qui s’adressent à la fois aux enfants, aux parents et aux aînés. C’est 1 M$ de plus qui est consacré aux familles, soit une hausse de 30 % en trois ans », précise le premier ministre.

Le budget des mesures d’aide à la famille a grimpé de 3,6 MM$ en 2003, à 4,7 MM $ en 2006. C’est dans cette foulée que :

  • le nouveau Régime québécois d’assurance parentale a vu le jour, le 1er janvier 2006;
  • 26 fois plus de familles reçoivent un supplément de revenu (ménages avec enfants);
  • 36 566 nouvelles places de garde à 7 $ ont été créées, pour un total de 200 000 en 2006, par rapport à 163 434 en 2003;
  • le nombre de logements abordables est passé de 3 690 en décembre 2002 à 15 280 en septembre 2006.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017