Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Lancement de la stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation Le premier ministre Jean Charest annonce des investissements de 1,2 milliard $ en recherche et innovation

Montréal, le 4 décembre 2006 – Le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, accompagné du ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, M. Raymond Bachand, a lancé aujourd’hui la nouvelle stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation. Il a dévoilé des investissements additionnels totalisant 888 M$ sur une période de trois ans.

« À l’heure où la concurrence internationale se fait de plus en plus vive, le Québec doit assurer son positionnement parmi les autres économies fondées sur le savoir. Cela exige la participation de tous les acteurs, car il n’y a pas de société innovante sans concertation entre la recherche publique, l’industrie et l’État », a indiqué M. Charest.

La nouvelle stratégie, intitulée Un Québec innovant et prospère, s’inscrit dans la tendance observée aujourd’hui chez les États les plus actifs en R-D. Elle fait de la recherche et de l’innovation le fondement de la compétitivité et le moteur du développement économique et de la création d’emplois.

La mise en œuvre de cette stratégie aura des retombées fort positives sur le milieu de l'innovation et de la recherche. Les étudiants, les universités et les chercheurs, les intervenants préoccupés par la valorisation et le transfert en bénéficieront, sans oublier les entreprises, qui y trouveront de nouvelles possibilités d'affaires. De même, les régions tireront profit de moyens accrus pour faire plus en matière de recherche et d'innovation.

L'importance de la valorisation et du transfert

La nouvelle stratégie, qui met l'accent sur la valorisation des connaissances et leur transfert vers les entreprises et les organisations, s’articule autour de trois orientations stratégiques :

  • renforcer l’excellence de la recherche publique;
  • appuyer la recherche industrielle et l’innovation en entreprise; et
  • compléter et renforcer les mécanismes de valorisation et de transfert.

« Nous devons accroître les retombées concrètes de nos investissements en recherche et en innovation pour que nos efforts se traduisent en création d'emplois et en amélioration de la qualité de vie des Québécoises et des Québécois », a mentionné le ministre Bachand.

Un Québec innovant et prospère cible les maillons de la chaîne d'innovation sur lesquels il faut agir maintenant, grâce à des investissements de près de 900 M$, qui sont répartis comme suit :

  • 400 M$ pour le renforcement de la recherche publique, l’appui à la recherche industrielle et à l’innovation dans les entreprises, de même que pour compléter et renforcer les mécanismes de valorisation et de transfert;
  • 420 M$ pour les infrastructures de recherche; et
  • 80 M$ en appui à la recherche en entreprise grâce aux modifications apportées aux crédits d’impôt.

Ces investissements s'ajoutent aux 83 M$ annoncés lors du Discours sur le budget 2006-2007 et dans le cadre de la Stratégie de développement de l'industrie aéronautique québécoise, ainsi qu'aux investissements de 195 M$ dans les infrastructures de recherche cette année. Au total, c'est un montant de 1,2 milliard $ que le gouvernement du Québec ajoute pour financer ses initiatives en matière de recherche et d'innovation.

Les investissements en recherche et innovation visent à mettre au point de nouvelles technologies et de nouveaux produits, qui pourront être maîtrisés par les entreprises et les organisations québécoises dans tous les domaines. Des composantes d'avions, aux médicaments, en passant par les procédés en usinage ou en design, l'innovation mènera à la création d’entreprises et d’emplois, à l'attraction de sommités mondiales, à l'augmentation de la compétitivité, à la prospérité économique et sociale et, en bout de ligne, au mieux-être des citoyens.

« La maîtrise du processus d'innovation est essentielle au développement économique des sociétés modernes, telles que le Japon et la Communauté européenne. Au Québec, nous faisons déjà bien en matière d’innovation, mais nous devons – et nous pouvons – faire encore mieux. Il y va de notre prospérité future », a conclu M. Charest.

Le Bulletin d’information 2006-5, du 4 décembre 2006, expose en détail les modalités d’application de ces mesures. Il est possible de trouver ce document à l’adresse suivante : Ce lien ouvrira une nouvelle fenêtre. www.finances.gouv.qc.ca.

Nouveaux engagements gouvernementaux en recherche et en innovation

 
Stratégie de la recherche et de l’innovation
Discours sur le budget et crédits
2006-2007
Total
1. Renforcer la recherche publique et le développement des technologies stratégiques
221 M$
34 M$
255 M$
2. Mieux appuyer la recherche industrielle et l’innovation en entreprise
68 M$
16 M$
84 M$
3. Compléter et renforcer les mécanismes de valorisation et de transfert
101 M$
23 M$
124 M$
4. Culture scientifique et concertation
10 M$
 
10 M$
Total des mesures budgétaires
400 M$
73 M$
473 M$
Mesures fiscales
80 M$
10 M$
90 M$
Infrastructures de recherche
420 M$
195 M$
615 M$
TOTAL
888 M$ *
278 M$
1 166 M$

* Excluant la valeur de l'amortissement (12 M$) associé aux infrastructures et inclus dans le service de la dette.

-30-


Mise en ligne : 16 juillet 2015


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017