Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Le Gouvernement du Québec appelle les autorités wallonnes à ratifier l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne

Québec, le 16 octobre 2016. – Ayant pris acte d’un vote du Parlement de la Wallonie manifestant son opposition à l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, demande aux autorités wallonnes de revenir sur leur veto à la ratification de l’AECG.

« L’AECG est un accord progressiste et moderne sans précédent, qui sera au bénéfice des travailleurs et des entrepreneurs des deux côtés de l’océan Atlantique. Nous souhaitons que les autorités wallonnes saisissent la main tendue par leurs partenaires dans le but d'en arriver à un consensus favorable à la prospérité de nos économies. Car c'est bien de prospérité qu'il s'agit. L’ouverture des marchés crée de l’emploi. La fermeture a l’effet inverse, en plus de toucher davantage les personnes les plus défavorisées. C’est pourquoi, au nom de la fructueuse amitié qui nous lie aux francophones de Belgique depuis plus de 40 ans, le Québec demande que nous fassions ensemble le choix de l’ouverture et de la confiance », a déclaré le premier ministre.

Rappelons que sept années de négociations d’une grande complexité ont permis d’arriver à un texte satisfaisant pour l’ensemble des pays membres de l’Union européenne. Devant certaines inquiétudes soulevées au cours du processus, une révision juridique a été effectuée pour apporter des changements au chapitre de l’investissement. De plus, le Canada et la Commission européenne ont élaboré dernièrement une déclaration interprétative à la demande, notamment de la Wallonie. Ce document additionnel, non finalisé à ce jour, pourrait être encore modifié et ainsi répondre aux préoccupations du Parlement de la Wallonie.

La phase quasi finale de ce cheminement se joue mardi prochain, le 18 octobre, à l’occasion de la réunion durant laquelle les ministres du Commerce extérieur des 28 pays de l’Union européenne doivent adopter le texte du traité.

« Il ne tient maintenant qu’à la Wallonie d’y apporter son concours dans les heures qui viennent afin que le gouvernement belge participe au succès de cet accord qui, par sa modernité et son progressisme, constituera une nouvelle référence en la matière. Je souhaite vivement que la sagesse des autorités wallonnes fasse en sorte que la Wallonie ne vienne pas, par ses actions, bloquer l’adoption de l’AECG », a conclu le premier ministre.

-30-


Online as of: October 16, 2016


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017