Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Projet à 735 kV de la Chamouchouane–Bout-de-l'Île Coup d’envoi au plus important projet de ligne de transport d’électricité en 20 ans

Montréal, le 24 avril 2015. — Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, accompagné du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, et du président-directeur général d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, a procédé aujourd'hui au lancement officiel du projet de construction de la ligne à 735 kV de la Chamouchouane–Bout de-l'Île et du nouveau poste Judith-Jasmin, à Montréal.

« Nous marquons aujourd’hui le début des travaux de construction du plus important projet de ligne de transport d’électricité depuis les vingt dernières années. Ce projet, qui relie notamment le réseau électrique du nord-est du Québec à la boucle métropolitaine, permettra de sécuriser l’approvisionnement en électricité des grands centres de consommation, dont l’île de Montréal et le sud de Lanaudière », a déclaré le premier ministre.

Le ministre Pierre Arcand a souligné les importantes retombées économiques du projet : « Au cours des cinq prochaines années, ce projet permettra de créer des emplois à temps plein au Québec. Durant les périodes de pointe des travaux, ce sont plus de 1 500 travailleurs qui seront à l’œuvre. Avec des investissements évalués à près de 1,4 milliard de dollars, ce projet engendrera des retombées économiques estimées à 1,1 milliard de dollars pour la province. Il est également important de mentionner que la nouvelle ligne de transport sera rentable grâce à la réduction substantielle des pertes électriques du réseau actuel dans la poursuite de nos efforts en matière d’efficacité énergétique. »

« Ce projet est nécessaire pour assurer la fiabilité de l’ensemble du réseau électrique québécois. Il permettra, d’une part, d’intégrer les nouvelles sources de production et, d’autre part, de répondre à la demande croissante dans le sud du Québec. Il permettra également de réduire les pertes électriques sur les lignes. À terme, la ligne se paie d’elle-même », a ajouté Thierry Vandal.

Rappelons que la Régie de l’énergie a autorisé le projet dans son ensemble. Elle a approuvé la justification économique et électrique du projet et a notamment reconnu le caractère incontournable de la solution présentée par Hydro-Québec. La Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) reconnaît l’effort de rationalisation démontré par Hydro-Québec qui tend à mettre à profit des infrastructures existantes ou des superficies bénéficiant d’un droit acquis, plutôt que de construire de nouvelles lignes indépendantes qui nécessitent des superficies importantes en zone agricole.

De plus, Hydro-Québec a tenu, depuis 2010, plus de 300 rencontres avec différents intervenants des milieux concernés. À la lumière de ces échanges, des modifications ont été apportées afin de proposer le meilleur projet possible sur les plans technique, économique et environnemental. D’ailleurs, les recommandations contenues dans le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) ont été prises en compte par Hydro-Québec et ont fait partie de l’analyse environnementale réalisée par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« La réalisation de ce projet s’inscrit dans notre vision de développement énergétique; il servira à acheminer une énergie propre et renouvelable vers les marchés de consommation, tout en permettant à Hydro-Québec de jouer son rôle majeur dans le développement économique et social du Québec », a conclu le premier ministre.

-30-


Online as of: July 16, 2015


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017