Gouvernement du Québec

Premier

Restore text sizeIncrease text size

Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne L’approbation de l’Accord par le Parlement européen est une excellente nouvelle pour les entreprises et travailleurs québécois

Québec, le 15 février 2017. – Les parlementaires européens ont aujourd’hui approuvé l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne.

Ce vote favorable signifie que la quasi-totalité de l’Accord pourra être mise en application provisoire à la date que fixeront le Canada et l’Union européenne, en attendant la ratification des États membres de l’Union européenne. Des discussions entre le Canada et l’Union européenne devraient avoir lieu prochainement pour définir les détails de l’application provisoire.

Présente à Strasbourg pour assister aux débats précédant le vote d’approbation sur l’AECG, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, représentera le Gouvernement du Québec lors du discours que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, prononcera jeudi devant les parlementaires européens.

Citations :

« Aujourd’hui, une étape cruciale a été franchie dans le processus menant à l’entrée en vigueur officielle de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Nous le répétons, le libre-échange est un puissant vecteur de développement économique qui profitera aux entreprises et aux travailleurs de part et d’autre de l’Atlantique. Il importe de reconnaître l’engagement et la mobilisation exemplaires qui ont caractérisé les actions des gouvernements du Québec, du Canada et de leurs partenaires européens en faveur de cet ambitieux projet au cours des dernières années. »

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

« Pour assurer leur croissance, il est essentiel pour les entreprises québécoises de percer de nouveaux marchés. Le rôle de notre gouvernement est de créer des occasions d’affaires qui puissent aider les entreprises dans cette conquête de nouveaux marchés. L’Union européenne, qui représente plus de 20 % du PIB mondial et regroupe environ 500 millions de consommateurs, est une belle occasion de développement pour nos entreprises. Je tiens à rappeler que le Québec est l’un des instigateurs de cet accord commercial. Pierre Marc Johnson, ancien premier ministre du Québec, a d’ailleurs agi comme négociateur en chef du Québec afin de faire valoir les intérêts québécois et de promouvoir les avantages de l’AECG auprès de nos entreprises. »

Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique

« Au cours des derniers mois, les autorités politiques du Québec et nos représentations  en Europe, notamment la Délégation générale du Québec à Bruxelles, ont travaillé sans relâche pour faire valoir, de façon ciblée et stratégique, les bienfaits de l’Accord auprès des députés européens. Le résultat du vote d’aujourd’hui démontre que nos efforts ont porté fruit et je m’en réjouis. Nous continuerons dans cette voie pour atteindre avec succès l’ultime étape, soit la ratification par les États membres de l’Union européenne. »

Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie

« Cet accord favorisera le développement économique en stimulant les exportations québécoises de produits bioalimentaires, notamment les produits du porc, les produits de l’érable, les produits biologiques, les produits de la mer, les produits transformés et les petits fruits. Nos produits fromagers sont de qualité supérieure et l’ouverture du marché leur permettra de rejoindre encore plus facilement de nouveaux consommateurs. Notre gouvernement, notamment par la Stratégie québécoise des exportations, favorisera le rayonnement de nos produits dans les 28 pays européens. Quant aux secteurs sous gestion de l’offre, le Gouvernement du Québec continue d’utiliser toutes les tribunes afin de rappeler l’importance de ce système et la nécessité de préserver les conditions qui permettent son bon fonctionnement. »

Laurent Lessard, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

Faits saillants :

  • Pour plus de renseignements concernant  l’AECG : Ce lien ouvrira une nouvelle fenêtre. cliquez ici.
  • Rappelons que dès 2006, le Québec a joué un rôle de premier plan dans la décision du Canada et de l’UE d’envisager un partenariat économique. Le premier ministre du Québec, Jean Charest, par des démarches et initiatives sur le plan politique, tant auprès des autorités de l’UE que du Canada, avait fait valoir l’importance de renforcer les relations économiques entre les deux partenaires commerciaux.
  • Le 26 septembre 2014, le Canada et l’UE ont annoncé que la négociation de l’Accord était officiellement conclue.
  • Le 29 février 2016, les deux Parties ont annoncé que la révision juridique de l’Accord était terminée. Celui-ci est désormais disponible dans les 23 langues officielles.
  • L’AECG a été signé le 30 octobre 2016.
  • Puisque l’AECG a été présenté comme un accord « mixte », la ratification des 28 États membres de l’UE est requise.
  • Le Québec a été un ardent promoteur de cet accord depuis ses balbutiements et a fait de sa mise en œuvre une de ses priorités internationales.

-30-


Online as of: Febuary 15, 2017


Accessibility   |   Privacy Policy   |   Copyrights

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017