Gouvernement du Québec

Première ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Les récipiendaires de l'Ordre national du Québec

Grand officier – Grande officière

Jean-Louis Baudouin

Grand officier (2012) – Montréal

Juriste de renom, magistrat illustre et enseignant rigoureux, Jean-Louis Baudouin a mené une longue carrière universitaire et professionnelle. Outre le fait qu’il a participé de près à la révision du Code civil du Québec, il a beaucoup apporté à la connaissance et à l'avancement du droit en s’impliquant dans des réflexions sur des sujets juridiques et bioéthiques d’actualité. Il s’est démarqué par la profondeur de sa pensée ainsi que par son immense capacité à simplifier et vulgariser des notions fondamentales du droit civil. Certains de ses traités en font toujours l’un des auteurs les plus lus par les étudiants de droit et les plus cités devant les instances judiciaires, tant québécoises que nationales.

Jacqueline Desmarais

Grande officière (2012) – Westmount

Depuis longtemps, Jacqueline (Maranger) Desmarais contribue à la promotion et au rayonnement de l'art lyrique et, plus particulièrement, au développement de la relève québécoise. Ses premiers pas à titre de mécène, elle les a faits au Domaine Forget de Charlevoix, dont elle s'occupe toujours après une trentaine d'années. D’une manière admirable, Mme Desmarais a consacré temps et argent au Musée des beaux-arts de Montréal, à l'Orchestre métropolitain du Grand Montréal, à l'OSM et à l'Opéra de Montréal (elle en a fondé la guilde et l’a dirigée de 1989 à 1999). Elle a aussi soutenu une centaine de chanteurs canadiens d'opéra par l'entremise de sa fondation éponyme, de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal et de l'Institut canadien d'art vocal, qu’elle a cofondé.

Officier – Officière

Pierre Bourgie

Officier (2012) – Montréal

Homme d’affaires accompli, Pierre Bourgie s’est engagé, depuis plusieurs années déjà, dans la dynamisation de la vie culturelle de la métropole québécoise. Amateur d’art passionné, il a œuvré de manière soutenue auprès de plusieurs organismes culturels, en particulier auprès du Musée des beaux-arts de Montréal. L’appui financier de sa famille à ce  musée a permis de lancer le chantier qui a mené à la construction du pavillon Claire et Marc Bourgie consacré à l’art d’ici. M. Bourgie a aussi créé la Fondation Arte Musica qu’il préside et qui a été à l’origine de la restauration de l’église Erskine and American United, érigée en 1894, et de sa transformation en salle de concert pour musique de chambre.

André Bureau

Officier (2012) – Mont-Royal

La carrière d’André Bureau s’est déroulée, pour l’essentiel, dans le domaine de la radiotélédiffusion privée. Cet ancien président du CRTC a contribué de façon importante au développement d’un système national de radiotélédiffusion de classe mondiale et à l’élargissement de la place de la culture française dans le paysage télévisuel canadien. Il a mis sur les rails la télévision de langue française et favorisé la croissance d’une production cinématographique et télévisuelle indépendante au Québec. Il a permis de rapprocher créateurs, producteurs et diffuseurs d’ici et de faire rayonner la culture québécoise dans l’ensemble du Canada et à l’étranger. Chez Astral Media en particulier, il a été un artisan de premier plan dans l’éclosion de nouveaux canaux télévisuels spécialisés au Québec.

Daniel Gauthier

Officier (2012) – Québec

Après avoir contribué au démarrage et à l’essor du désormais célèbre Cirque du Soleil, Daniel Gauthier fait l’achat du Massif de Petite-Rivière-Saint-François en 2002. Depuis cette acquisition, il voit grand pour sa région d’adoption. Il désire convertir ce site charlevoisien en une destination touristique quatre saisons misant sur trois pôles d’activités : un train (inauguré en 2011), un hôtel (situé au cœur de Baie-Saint-Paul et devant ouvrir ses portes prochainement) et une montagne habitée et fréquentée toute l’année. Le domaine skiable comporterait d’importants aménagements et serait assorti d’unités immobilières « durables ». Ce gestionnaire de capital de risque est aussi vice-président d’une fondation privée qui vient en aide aux enfants et aux familles de milieux défavorisés.

Bartha Maria Knoppers

Officière (2012) – Westmount

Bartha Maria Knoppers poursuit une fructueuse carrière d’universitaire dans les domaines contigus du droit médical et de l’éthique biomédicale. Depuis des années, elle se penche sur des sujets de débat et des enjeux de société tels que les biobanques, les cellules souches, le clonage, les biotechnologies humaines, la recherche en génétique des populations, la reproduction assistée, le dépistage néonatal, la pharmacogénomique, les maladies rares et le devenir de la santé publique. Sommité mondiale luttant pour l’« appropriation sociale » de la génétique et de la génomique, elle a joué un rôle de premier plan à Génome Canada, à Génome Québec, au cœur de l’infrastructure CARTaGENE, dans le Réseau canadien des cellules souches ainsi qu’au sein de l’UNESCO et de la Human Genome Organization (HUGO).

Nancy Neamtan

Officière (2012) – Montréal

Active dans le milieu du développement local et associatif, Nancy Neamtan joue un rôle de chef de file dans le domaine de l’économie sociale. Au cours des quinze dernières années, elle a contribué à créer au Québec, dans les centres urbains et les municipalités rurales, un mouvement en faveur d’un rôle accru pour les entreprises et organisations collectives. Elle a touché à divers dossiers allant de l’emploi à la finance sociale, en passant par la culture, la santé, la recherche et les services collectifs. Mme Neamtan est à la tête du Chantier de l’économie sociale depuis le début. Lorsque cet organisme phare a été officiellement fondé en 1999, elle en est devenue la présidente, avec le mandat d’appuyer l’entrepreneuriat collectif.

Béatrice Picard

Officière (2012) – Montréal

Véritable légende vivante de la télévision, du cinéma et du théâtre, Béatrice Picard fait partie du paysage artistique québécois depuis des lunes, on la reconnaît partout où elle passe en province. C’est elle qui a campé l’épouse d’Olivier Guimond dans Cré Basile et Mme Bellemare dans Symphorien. Mme Picard a fait du doublage pour une trentaine de films et une douzaine de séries ou d’émissions de télévision. C’est elle qui personnifie la voix de Marge dans la version franco-québécoise des Simpson. Elle a joué dans une vingtaine d’œuvres cinématographiques. Aujourd’hui, âgée de 82 ans et bouillonnante d’enthousiasme, la comédienne monte toujours sur les planches. Avec au-delà d’une centaine de pièces à son actif, elle ne semble nullement sur le point de sombrer dans l’oubli.

Jean-Claude Poitras

Officier (2012) – Montréal

Jean-Claude Poitras a été fait, en 1996, chevalier de l’Ordre national du Québec. Depuis une dizaine d’années, après un fructueux parcours de créateur de mode, il se consacre davantage aux arts d’intérieur (ameublement, literie, objets déco, accessoires de table), un domaine dans lequel il suscite encore de l’étonnement et dans lequel il recherche l’excellence, cherchant toujours à démocratiser le beau. Il appose même sa griffe – toujours synonyme absolu de raffinement et de qualité – sur le cadeau d’entreprise, les cuisines et l’art du vitrail qu’il réinvente. En 2012, sous le sceau de l’interdisciplinarité, il célèbre ses 40 ans de carrière dans le monde du design. Par ailleurs, l’homme est philanthrope dans l'âme, acceptant régulièrement de prêter sa voix et sa notoriété à une foule d’organismes caritatifs, humanitaires et culturels.

Norbert Rodrigue

Officier (2012) – Joliette

Norbert Rodrigue s’est distingué par son action syndicale et par son travail dans le domaine de la santé et des services sociaux. Après avoir occupé divers postes de nature administrative et assumé la fonction de président de la CSN, il a fait carrière dans la fonction publique québécoise : directeur général de la Conférence des régies régionales de la santé et des services sociaux, président du Conseil de la santé et du bien-être et puis président-directeur général de l’Office des personnes handicapées du Québec. Depuis qu’il est à la retraite, il maintient son engagement social en défendant les droits des retraités et préretraités et en s’investissant dans le champ du développement dit « social » dans la région de Lanaudière.

Geneviève Salbaing

Officière (2012) – Montréal

Cofondatrice de la compagnie des Ballets Jazz de Montréal dont elle a dirigé la destinée pendant plus de vingt ans, Geneviève Salbaing a fait naître une nouvelle génération de danseurs et de chorégraphes ancrés dans la modernité et ouverts à un univers qui bouge. Très vite, grâce à elle, les Ballets Jazz de Montréal ont enthousiasmé le public du Québec, puis celui du monde entier par un style de danse dynamique et accessible, qui allie le ballet classique aux formes libres du mouvement jazz. La compagnie s’est produite dans 1500 spectacles dans une soixantaine de pays à travers cinq continents et a longtemps figuré parmi les troupes canadiennes de danse les plus courues et les plus renommées à l’échelle internationale.

Louis Taillefer

Officier (2012) – Sherbrooke

Louis Taillefer est un physicien qui étudie le comportement des électrons dans la matière. C’est l’un des plus éminents spécialistes au monde des matériaux quantiques et des supraconducteurs. Ses recherches aident à mieux comprendre pourquoi certains matériaux peuvent conduire l’électricité sans aucune perte d'énergie. Professeur et titulaire d’une chaire de recherche du Canada à l’Université de Sherbrooke, il est directeur du programme Matériaux quantiques de l’Institut canadien de recherches avancées. Ce programme, sous sa tutelle, a connu une envergure sans précédent en attirant la crème des scientifiques, dont deux nobélisés, suscitant l’envie de plusieurs pays. Investigateur scientifique passionné et initiateur de grandes découvertes, il est une source d'inspiration pour ses étudiants et ses collègues.

Maurice Tanguay

Officier (2012) – Lévis

Maurice Tanguay, le fondateur des Ameublements Tanguay, est un entrepreneur émérite et un citoyen engagé. S’il est connu pour son sens du commerce (son entreprise figure toujours aux premiers rangs des détaillants les plus respectés du Québec), il l’est encore davantage pour sa philanthropie : il a mis sur pied, en 1991, une fondation éponyme qui permet d’améliorer la qualité de vie des enfants handicapés, malades ou défavorisés de tout l’est du Québec. Ce bienfaiteur n’hésite jamais à s’engager – surtout comme président d’honneur – dans diverses causes, le plus souvent caritatives. Mais plusieurs ignorent qu’il est aussi copropriétaire du club de hockey junior majeur l’Océanic de Rimouski et qu’il est l’artisan du programme d’excellence sportive Rouge et Or de l’Université Laval pour le volet football.

Chevalier – Chevalière

Vincent Asselin

Chevalier (2012) – Montréal

Architecte-paysagiste de grand talent, Vincent Asselin est ambassadeur et promoteur de l’expertise du Québec dans sa discipline. Au cours des années 1980, il s'associe avec Malaka Ackaoui, puis avec Ron et Sachi Williams pour créer, à Montréal, WAA (le sigle de Williams, Asselin, Ackaoui et associés), une entreprise consacrée à l’architecture de paysage, l'urbanisme et le design urbain. Cette entreprise, aujourd’hui de renommée internationale, possède une succursale à Shanghai en Chine, pays où elle réalise un nombre grandissant de projets urbains. Les créations de M. Asselin, conciliant patrimoine et innovation, profitent déjà à des millions de personnes d’ici et d’ailleurs. Elles ne manquent pas de susciter la satisfaction des collectivités locales et l’intérêt des critiques de partout en raison de leur aspect naturel et invitant.

Patrice Biron

Chevalier (2012) – Lévis 

Producteur agricole émérite, Patrice Biron a été actif dans plusieurs organismes ou associations, notamment la Société d'agriculture de Lotbinière, le Syndicat des producteurs de lait du Québec et Holstein Canada, dont il a été directeur national pendant une quinzaine d’années et président en 1988. Il a assuré un rayonnement important à la vache Holstein canadienne. Ses nombreux voyages à l’étranger (Amérique latine, Europe et Afrique) ont en effet permis de la faire connaître et de favoriser la vente de nombreuses têtes dans bien des endroits de la planète. Sa ferme, réputée pour ses méthodes et la qualité de son cheptel, a été une vitrine internationale exceptionnelle. De 1991 à 1999, M. Biron fut aussi président fondateur de la corporation du Temple de la renommée de l’agriculture du Québec.

Michel Marc Bouchard

Chevalier (2012) – Montréal

Depuis son arrivée dans le paysage théâtral québécois, en 1985, Michel Marc Bouchard a bouleversé les conventions. On lui doit quelques-unes des œuvres clés de la dramaturgie canadienne moderne, dont Les feluettes ou la répétition d'un drame romantique et tout récemment Tom à la ferme. Certaines de ses pièces, traduites en plusieurs langues, ont essaimé à l’étranger. D’autres, très signifiantes, ont été transposées pour le petit et le grand écran. M. Bouchard rayonne aussi grâce à ses créations porteuses pour la communauté gaie, lesbienne, bisexuelle et transgenre (GLBT) d’ici et d’ailleurs. Instigateur d’une parole « queer » au Québec, il milite contre l’homophobie : lui et Yves Jacques ont d’ailleurs été les tout premiers porte-parole du centre d’aide et de soutien Gai Écoute.

Isabelle Boulay

Chevalière (2012) – Montréal

La Marie-Jeanne de Starmania a fait un bon bout de chemin depuis ses débuts. En moins d’une décennie, Isabelle Boulay a réussi à conquérir le monde francophone de la chanson en se produisant des deux côtés de l’Atlantique, en solo et en duo avec de grands noms. Aujourd’hui, elle affiche avec conviction les racines country western ancrées dans son enfance et son adolescence. Dans son parcours de chanteuse populaire, elle a toujours réussi à donner de son temps pour alléger l'existence des moins privilégiés. En plus de Leucan qui l’a amenée à visiter de nombreux enfants hospitalisés, elle est sensible à diverses autres causes, prêtant notamment son concours aux Enfoirés, aux Impatients et à Opération Enfants Soleil (téléthon).

Louise Champoux-Paillé

Chevalière (2012) – Montréal

Depuis près de vingt-cinq ans, Louise Champoux-Paillé contribue sans relâche, d’une part, à féminiser les hautes instances et, d’autre part, à protéger les investisseurs, en particulier les petits porteurs et épargnants québécois, par sa participation remarquée (rémunérée ou bénévole) à diverses entités. Cette ex-présidente fondatrice du Bureau des services financiers du Québec s’est illustrée par ses recherches visant à appuyer plusieurs propositions du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), notamment celles concernant la gouvernance des organisations publiques et privées, la rémunération des hauts dirigeants et la représentation des femmes au sein des conseils d'administration. Elle a encouragé une nouvelle relève d’administrateurs par son exemple professionnel, son travail de mentorat et son large engagement social ou citoyen.

Arlette Cousture

Chevalière (2012) – Brossard

Arlette Cousture a exercé plusieurs métiers avant de se consacrer entièrement à l'écriture. Ses talents de conteuse ont conquis un vaste public ici et ailleurs. Son souffle romanesque, son don pour la création de personnages attachants et son sens aigu du rythme lui ont inspiré notamment Les Filles de Caleb (un million et demi d’exemplaires vendus dans la Francophonie) et Ces enfants d'ailleurs, deux fresques qui ont été portées au petit écran. Au début de l’année 2012, elle publiait Petals’ Pub, qui met ses héroïnes en scène dans le Montréal de la fin du xixe siècle. D’un livre à l'autre, la romancière rappelle la place importante qu’occupent les femmes dans l'histoire du Québec. Au présent, elle défend la cause des jeunes déficients intellectuels.

Léonie Couture

Chevalière (2012) – Montréal

Persuadée que l’itinérance est d’abord et avant tout une question de santé, Léonie Couture a cru bon de fonder une ressource unique : La rue des Femmes. Cet organisme d’aide, qu’elle dirige depuis le début, va plus loin que les services de première ligne (repas et hébergement); il est souvent l’ultime refuge et la bouée de sauvetage des Montréalaises en détresse psychosociale rejetées et exclues du « système » en raison de leur comportement difficile, manifestation de leurs souffrances extrêmes. Mme Couture a largement contribué à faire en sorte que le réseau de la santé et des services sociaux, les gouvernements et les médias reconnaissent la problématique de l’itinérance des femmes et prennent en considération ses particularités.

Ghislain Gagnon

Chevalier (2012) – Saint-Félicien

Ghislain Gagnon a présidé la destinée du Zoo de Saint-Félicien, qu’il a fait grandir au fil des ans pour en faire une attraction touristique internationale. Ce parc semi-sauvage de facture révolutionnaire a été une cause à laquelle il s’est dévoué entièrement des décennies durant. Il y a utilisé une nouvelle approche : présenter la beauté de la vie animale à l’état naturel, et ce, dans les limites de cohabitation que les espèces s’imposent entre elles. En 2010, l’octogénaire lançait un livre intitulé La nature est mon université, qu’il a pris seulement un an à écrire malgré une santé chancelante. Il y consigne sa vie et y raconte avec une précision rigoureuse l’histoire de Saint-Félicien et de ses bâtisseurs.

Yvan Guindon

Chevalier (2012) – Montréal

À titre de chercheur et de gestionnaire, Yvan Guindon a joué un rôle déterminant dans l’industrie biopharmaceutique québécoise. Au début de sa carrière, il a largement contribué à la montée en puissance de Merk Frost Canada dans le domaine de la chimie médicinale. Par la suite, il a fait de Bio-Méga, une entreprise créée par la Société générale de financement (SGF), un organe de recherche biomédicale de pointe. En 1994, il a pris les rênes administratives de l’Institut de recherches cliniques de Montréal. Il lui a insufflé une nouvelle énergie et l’a transformé en un performant centre de recherche. Il y a aussi mis sur pied un laboratoire de chimie bio-organique où il continue, avec son équipe, ses recherches en chimie organique et médicinale.

Wagdi George Habashi

Chevalier (2012) – Brossard

Wagdi George Habashi est connu internationalement pour l’élaboration, la modélisation et l’application de méthodes d’éléments finis à la simulation numérique des fluides. Il a mis au point des méthodes de mathématiques appliquées permettant de résoudre, à l’aide d’un superordinateur, un large éventail de problèmes complexes pour les avions et les hélicoptères. Son approche unique en ce qui concerne le givrage en vol a conduit au développement d’un logiciel utilisé mondialement dans l’industrie aérospatiale. Il est professeur, titulaire d’une chaire de recherche industrielle et directeur du laboratoire de mécanique des fluides numérique (computational fluid dynamics, CFD) au Département de génie mécanique de l’université McGill. Il est aussi président fondateur de Newmerical Technologies International, une société qui compte parmi ses clients les gros avionneurs et motoristes de la planète.

Achille Hubert

Chevalier (2012) – Cap-aux-Meules

Achille Hubert est fondateur et propriétaire du journal Le Radar, hebdomadaire lu par les Madelinots depuis 40 ans. Il mène à bout de bras cet organe de presse indépendant qui a contribué et contribue encore à l’essor social et économique des Îles-de-la-Madeleine. Il en est l’âme dirigeante et le moteur principal depuis les tout premiers débuts. Par surcroît, de 1991 à 2005, il a été correspondant des « Îles » pour le quotidien Le Soleil de Québec. Au cours des dernières décennies, M. Achille a participé à la mise en oeuvre, sur l’archipel, de multiples initiatives locales, notamment en matière de culture. On lui doit, entre autres, la création d’un centre d'archives historiques ainsi que l’implantation d’une télévision et d’une radio communautaires.

Jacques Joli-Coeur

Chevalier (2012) – Québec

Historien et juriste de formation, Jacques Joli-Cœur a fait sa vie dans le domaine public; son action a été marquée au sceau de la diplomatie et de l’efficacité. Dans un premier temps, il a été au service de l’État québécois – à titre de conseiller, directeur, sous-ministre adjoint – au sein de différents ministères, dont ceux responsables de la culture et des relations internationales. Ensuite, il a été maire suppléant puis maire par intérim de Québec. On retiendra aussi qu’il a permis et impulsé les rencontres alternées des premiers ministres québécois et français. Il a en outre favorisé le rayonnement international de Québec d’une façon admirable. On n’oubliera pas qu’il fut à l’écoute constante de ses concitoyens.

Gilles Kègle

Chevalier (2012) – Québec

Gilles Kègle est surnommé l’« infirmier de la rue ». Dans l’agglomération de Québec, ce bénévole de tous les instants s’occupe, avec un rare dévouement, des personnes vivant des conditions difficiles liées notamment à la pauvreté, à la vieillesse, à la solitude, à la maladie chronique et à la dépression. Jour après jour, sans répit, depuis plus de 25 ans, il leur rend visite. Non seulement il leur prodigue des soins de santé et d’hygiène corporelle, mais il leur fournit de l’aide ménagère et leur apporte également, par sa présence, de l’écoute et du réconfort. Ce qui rend M. Kègle heureux, c’est de voir à l’œuvre les nombreux volontaires qui travaillent avec lui et qu’il a surnommés les « missionnaires de la paix ».

Jacques Lacombe

Chevalier (2012) – Montréal

Jacques Lacombe a commencé sa carrière au piano et à l’orgue, avant de finalement s’intéresser à la direction musicale. Remarqué pour son ascension fulgurante comme organiste, et ensuite comme chef d’orchestre, il dirige aujourd’hui des concerts, des ballets et des opéras au Québec et sur la scène internationale. Il a notamment rempli les fonctions directeur musical et de chef d’orchestre attitré des Grands Ballets canadiens (1991-2003) et de premier chef invité de l’Orchestre symphonique de Montréal (2002-2006). Depuis qu’il a pris les rênes de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières, en 2006, cet ensemble a connu un essor remarquable, tant par l’excellence de sa programmation et de ses exécutions que par la qualité de ses relations avec les milieux de la culture, de l’éducation et des affaires de la Mauricie.

André Laurin

Chevalier (2012) – Québec

André Laurin a participé à la création d’organismes ayant pour objet d’informer et de défendre les consommateurs québécois. Il a mené un combat sans relâche contre l’endettement et l’exploitation des travailleurs. Les associations coopératives d’économie familiale, les caisses d’économie, l’assurance automobile, la Caisse d’économie solidaire de Québec et l’Aide juridique sont des « réseaux » où on a vu à l’œuvre cet infatigable pionnier.  M. Laurin a jeté les bases de la protection du consommateur au Québec et fut l’artisan du Guide du consommateur édité à 600 000 exemplaires. Outre l’amélioration du sort de ses concitoyens, il s’est préoccupé de l’exploitation économique et de l’esclavage social des gens d’ailleurs à l’occasion de multiples missions à l’étranger.

Werner Nold

Chevalier (2012) – Montréal

Werner Nold a effectué le montage de plusieurs grands films de l’histoire du cinéma québécois. Il a contribué à façonner le cinéma direct lorsqu’il était, de 1961 à 1996, à l’Office national du film. Au cours de sa carrière, il a associé son nom à celui des cinéastes Michel Brault, Gilles Carle, Marcel Carrière, Jacques Godbout et Jean-Claude Labrecque. Maîtrisant le montage de manière éblouissante, il a su élever cette technique au rang d’art. Bien connu dans l’industrie de l’image et dans les milieux éducatifs, M. Nold s’est souvent investi dans des comités et des manifestations cinématographiques de tout genre. En fait, peu d’artisans auront soutenu le développement et la diffusion du cinéma québécois avec autant d’énergie que lui.

Fred (Frédéric) Pellerin

Chevalier (2012) – Saint-Élie-de-Caxton

Homme-orchestre au sens propre comme au figuré, Fred Pellerin met en valeur le patrimoine historico-culturel du Québec et l’enrichit de mille et une trouvailles. Au cours des dix dernières années, cet artiste s'est démarqué par son authenticité et son humanisme dans les domaines du conte, de la littérature, du cinéma, de la musique et de la chanson. Il exprime avec bagou et panache ce que nous sommes. Il le fait à travers le filtre de son village, Saint-Élie-de-Caxton, transformé grâce à lui en un lieu quasi légendaire et en une destination touristique prisée, même de nos cousins français. Rares sont les créateurs qui réussissent le pari de réunir aussi finement la profondeur du passé et le vertige de la modernité.

Claude Vallières

Chevalier (2012) – Saint-Cuthbert

Claude Vallières œuvre depuis longtemps auprès des Inuits du Grand Nord québécois. Durant la quarantaine d’années qu’il a passées au service du monde de l’éducation au Nunavik, il a fait montre d’un dévouement exceptionnel et d’un pouvoir d’influence remarquable comme éducateur, mentor et animateur social auprès d’un grand nombre de jeunes. Tour à tour professeur, conseiller pédagogique et directeur, il a détecté, dans les activités participatives intellectuelles, sportives, culturelles, manuelles ou physiques, une avenue prometteuse pour le développement social et l’avenir de la jeunesse inuite. À preuve, au fil des ans, il a lancé ou impulsé de multiples initiatives qui ont fait école et qui stimulent, aujourd’hui encore, la volonté de réussite au cœur même des communautés inuites.


Mise en ligne : 28 mai 2012


Accessibilité   |   Politique de confidentialité

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2014