Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Les gouvernements du Canada et du Québec signent le premier accord de financement sur l'apprentissage et la garde des jeunes enfants

Montréal, le 28 octobre 2005 — Le premier ministre du Canada, monsieur Paul Martin, et le premier ministre du Québec, monsieur Jean Charest, en compagnie du ministre fédéral du Développement social, monsieur Ken Dryden, de la ministre de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine du Québec, madame Carole Théberge, de la présidente du Conseil privé et ministre des Affaires intergouvernementales, madame Lucienne Robillard, et du ministre responsable des Affaires intergouvernementales, monsieur Benoît Pelletier, ont annoncé aujourd'hui qu'une entente historique a été conclue concernant le transfert au Québec d'une somme de 1,125 milliard de dollars sur 5 ans dans le cadre du programme Initiative d'apprentissage et de garde des jeunes enfants mis en place par le gouvernement fédéral.

Il s'agit du premier accord de financement conclu par le gouvernement du Canada dans le cadre de ce programme.

« Pour une société tournée vers l'avenir, le meilleur moyen d'atteindre son objectif consiste à aider ses plus jeunes citoyens, a déclaré le premier ministre Martin. Il est essentiel, pour bâtir la société du 21e siècle, d'améliorer et de multiplier les programmes d'apprentissage et de garde des jeunes enfants partout au Canada en s'inspirant de ce qui se fait au Québec. Cet accord marque aussi une étape dans les relations entre les gouvernements du Canada et du Québec. Il démontre que ces deux gouvernements peuvent s'entendre pour régler des questions de première importance pour les citoyens. »

Pour sa part, monsieur Charest a déclaré : « Le gouvernement du Québec investit 1,5 milliard de dollars annuellement dans les services de garde éducatifs à l'enfance. Actuellement, les familles québécoises bénéficient de services de qualité qui répondent à leurs besoins. Un tel investissement illustre notre volonté de placer le mieux-être des familles québécoises au centre de nos priorités et de nos actions. Par conséquent, le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec ont convenu que ce dernier recevra sa juste part des fonds en provenance de l'initiative fédérale, sans condition. »

Cette annonce fait suite à l'engagement que le gouvernement du Canada a pris dans son budget de février 2005 en vue d'investir 5 milliards de dollars sur cinq ans pour améliorer et multiplier les programmes d'apprentissage et de garde des jeunes enfants de grande qualité, en collaboration avec les provinces et les territoires.

« L'annonce faite aujourd'hui témoigne du leadership du Québec en matière d'apprentissage et de garde des jeunes enfants , a déclaré le ministre Dryden. Le Québec nous a démontré à quel point un système d'envergure en matière d'apprentissage et de garde des jeunes enfants pouvait être bon et important. Il est donc tout à fait naturel que le Québec soit la première province à signer un accord de financement avec le gouvernement du Canada. »

Le Québec accorde une très grande importance à l'apprentissage et à la garde des jeunes enfants et il a investi des sommes considérables pour mettre en place un système pouvant servir de modèle au reste du Canada. Cette initiative permettra notamment d'aider le Québec à atteindre ses objectifs en matière d'apprentissage et de garde des jeunes enfants, tout en reconnaissant le leadership de la province en la matière.

Pour sa part, la ministre de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine, madame Carole Théberge, a déclaré : « Nous sommes heureux que le gouvernement fédéral reconnaisse que le Québec est un chef de file en matière de services de garde. Avec le projet de loi que j'ai déposé mardi à l'Assemblée nationale sur les services de garde éducatifs à l'enfance, nous entendons les renforcer davantage afin d'améliorer l'accessibilité et la flexibilité des services, dans une perspective d'amélioration continue de la qualité. Cette expertise que nous avons acquise au cours des dernières années, c'est avec plaisir que nous offrons de la partager avec nos collègues des autres provinces », a-t-elle conclu.

« Cette entente démontre la souplesse qui caractérise une fédération comme la nôtre et qui permet de conclure des ententes qui s'adaptent aux différentes situations, réalités et besoins de la population d'une province donnée », a déclaré la présidente du Conseil privé et ministre des Affaires intergouvernementales, madame Lucienne Robillard.

« Cette entente, en plus d'être de nature asymétrique, respecte les compétences exclusives du Québec et les positions exprimées en la matière. Nous avons toujours cru qu'il était possible de s'entendre sur une formule qui reconnaît le travail déjà accompli par le Québec et qui, par conséquent, nous permet de toucher aux sommes sans que des conditions y soient rattachées », a souligné le ministre Pelletier.

Dans le cadre de cet accord, le gouvernement fédéral transférera des fonds au Québec pour l'aider à atteindre ces objectifs en matière d'apprentissage et de garde des jeunes enfants et en vue de favoriser le mieux-être des familles. Les gouvernements du Canada et du Québec travailleront de concert avec les autres provinces et les territoires à mettre au point les meilleures pratiques en matière d'apprentissage et de garde des jeunes enfants en vue d'améliorer le plus possible les programmes offerts en la matière.

Le gouvernement du Canada a signé récemment des accords de principe similaires avec le Manitoba, la Saskatchewan, l'Ontario, Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse, l'Alberta et la Colombie-Britannique. On prévoit que d'autres accords semblables seront conclus avec les autres provinces et les territoires au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

 

- 30 -


Mise en ligne : 28 octobre 2005


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017