Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

À Boston, 3 jours après l’élection présidentielleLe premier ministre Charest réaffirme l’importance des relations avec la Nouvelle-Angleterre

Boston, le 5 novembre 2004 – Le premier ministre du Québec, monsieur Jean Charest, a terminé aujourd’hui la partie officielle de sa mission à Boston en réaffirmant la priorité qu’accorde le Québec à sa relation avec les Etats-Unis et, en particulier, avec la Nouvelle-Angleterre. « Les États-Unis sont et resteront nos premiers partenaires. Les liens historiques, économiques et culturels qui nous unissent nous confortent dans notre volonté de développer davantage nos rapports exceptionnels », a affirmé monsieur Charest en rappelant que les États-Unis et le Québec partagent les mêmes priorités : la sécurité, l’énergie et le développement économique.

Au cours des deux derniers jours, le premier ministre a notamment prononcé une allocution lors d’une conférence annuelle sur l’énergie dans le nord-est de l’Amérique du Nord, a rencontré le gouverneur du Massachusetts, monsieur Mitt Romney, ainsi que des gens d’affaires et investisseurs de la Nouvelle-Angleterre. Il s’agissait de la première visite d’un premier ministre du Québec à Boston depuis 1998.

« La Nouvelle-Angleterre occupe une place particulière pour le Québec, principalement dans le domaine des hautes technologies et du commerce énergétique. Le secteur des biotechnologies, entre autres, offre des occasions d’affaires et de partenariats extrêmement intéressantes pour l’industrie québécoise, sans compter la très grande disponibilité de capital de risque de la région de Boston. Quant à la question énergétique, le Québec détient un potentiel hydroélectrique pouvant contribuer à maintenir une sécurité et une diversité d’approvisionnement dans la région, en plus d’améliorer notre bilan environnemental commun », a déclaré le premier ministre du Québec.

En début de soirée, hier, monsieur Charest a prononcé une allocution au MASS Opportunities, la plus importante rencontre annuelle d’investisseurs du domaine des biotechnologies en Nouvelle-Angleterre. Il a eu ensuite un entretien privé avec des représentants du milieu du capital de risque de la région, qu’il a invité à participer à la première Conférence canado-américaine sur le capital de risque, qui aura lieu à Québec, à la fin novembre 2004. Rappelons que, selon Ernst and Young, le Massachusetts et le Québec constituent respectivement les 2e et 3e centres d’importance dans l’industrie des biotechnologies en Amérique du Nord. De plus, la région de Boston est le second centre où l’on retrouve la plus forte concentration de capital de risque aux États-Unis, après la Côte ouest et devant New York. La proximité géographique, si importante dans ce secteur, explique la priorité accordée à cette région par le gouvernement en matière de capital de risque aux États-Unis.

Au cours de sa mission à Boston, le premier ministre a également prononcé une allocution devant les participants à la 12e Conférence annuelle États-Unis – Canada sur les technologies et le commerce énergétique (12th Annual U.S. – Canada Energy Trade and Technology Conference), organisée par le New England-Canada Business Council. Cette conférence traitait des défis posés par l’offre et la demande en matière d’énergie dans le nord-est des États-Unis et l’est du Canada. Monsieur Charest y a réitéré l’intention du Québec de demeurer un partenaire de premier plan sur l’échiquier énergétique du continent et de mettre à profit les avantages naturels de ses immenses réservoirs hydroélectriques. Il a, de plus, discuté des projets visant à faire du Québec un leader nord-américain dans le développement de l’énergie éolienne. Le premier ministre s’est dit déterminé à promouvoir une plus forte concertation régionale entre les États et les provinces du Nord-Est.

Monsieur Charest a aussi parlé de coopération continentale renforcée lors de sa rencontre avec le gouverneur du Massachusetts, monsieur Mitt Romney. Tous deux se sont mis d’accord pour que le Massachusetts et le Québec travaillent de plus près en matière de sécurité et de commerce. Le premier ministre a par ailleurs invité le gouverneur à conduire une mission économique au Québec en 2005.

En matinée, monsieur Charest a rencontré des membres influents du New England Council, une sorte de conseil du patronat régional exerçant surtout un lobby permanent à Washington, de même qu’avec l’équipe éditoriale du Boston Globe, un des grands quotidiens américains. Le premier ministre du Québec terminera sa visite à Boston en participant, ce soir, à une réception regroupant plus de 200 amis et partenaires du Québec en Nouvelle-Angleterre. Samedi soir, il assistera au Maple Leaf Ball, organisé par le New England – Canada Business Council, qui réunira plus de 500 invités, tant américains que canadiens.

Rappelons que la Nouvelle-Angleterre est un partenaire commercial de premier plan pour le Québec et qu’elle constitue une porte d’entrée naturelle sur le marché américain pour de nombreux exportateurs québécois. En 2003, la valeur totale des échanges commerciaux entre le Québec et la Nouvelle-Angleterre s'est élevée à 10,69 milliards $ CA, soit 8,4 % du total des échanges mondiaux du Québec et 13,8 % de ses échanges avec ses partenaires américains. S’agissant de l’ensemble des partenaires commerciaux du Québec, la Nouvelle-Angleterre devance le Royaume-Uni (le 2e partenaire commercial du Québec sur la scène internationale – 5,8 MM $ CA), la Chine (3e – 4,5 MM $ CA) et l'Allemagne (4e – 3,8 MM $ CA).

– 30 –

 


Mise en ligne : 5 novembre 2004


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017