Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Incubateur pour les entreprises de transformation alimentaireLe gouvernement du Québec accorde une aide financière de 6,8 millions de dollars

La Pocatière, le 12 mars 2004 – Le gouvernement du Québec consent une aide financière de 6,8 millions de dollars pour la première phase d’implantation d’un incubateur destiné aux entreprises de transformation alimentaire, soit la construction d’une usine-école à La Pocatière. Le premier ministre, monsieur Jean Charest, en a fait l’annonce aujourd’hui en compagnie de la ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, madame Françoise Gauthier, du ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille, monsieur Claude Béchard, et du représentant du Centre de développement bioalimentaire du Québec inc. (CDBQ), monsieur Gilles Martin.

Cette usine-école servira à la formation de futurs technologistes en transformation des aliments à l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) ainsi qu’à la mise sur pied et au soutien technologique d’entreprises de transformation alimentaire dans l’Est-du-Québec. Le bâtiment sera équipé de trois petites usines-pilotes, de laboratoires de chimie et de microbiologie alimentaires, d’une cuisine expérimentale et de locaux de service.

« Je salue les efforts que le milieu a déployés pour réaliser ce projet novateur dont la gestion sera assurée par le Centre de développement bioalimentaire du Québec Il s’agit d’un bel exemple de concertation entre les partenaires du milieu et le gouvernement du Québec qui conduit à la concrétisation d’un projet majeur pour la région. L’engagement du milieu dans une entreprise de cette ampleur est une formule gagnante pour le développement de celui-ci » a affirmé monsieur Charest.

Pour sa part Mme Gauthier a déclaré : « Cette usine-école répond à un besoin réel dans une région où l’industrie agroalimentaire est une activité économique prédominante et possède un fort potentiel de développement. Ce concept unique au Québec représente assurément une valeur ajoutée pour l’industrie de la transformation alimentaire et favorisera son essor dans la région. Le geste concret que nous faisons aujourd’hui confirme l’engagement du gouvernement québécois à l’égard de la transformation alimentaire et s’inscrit dans les orientations du plan d’action que mon ministère est actuellement à élaborer. »

Le ministre Béchard a indiqué que ce projet vise l’attraction et la rétention des jeunes dans la région du Bas-Saint-Laurent, comme travailleurs qualifiés ou encore comme éventuels promoteurs d’entreprises de transformation alimentaire.

Quant à M. Martin, il s’est dit heureux de la confiance que le gouvernement du Québec accorde au milieu par cet engagement. Il a aussi précisé qu’il mettra tout en œuvre pour s’acquitter des nouvelles responsabilités qui lui sont confiées.

La création d’emplois, le démarrage de nouvelles entreprises, le développement d’une expertise technique figurent donc au nombre des retombées économiques que ce projet générera dans la région de La Pocatière.

2,4 MILLIONS DE DOLLARS POUR LA RÉFECTION DES INFRASTRUCTURES SERRICOLES
DE L’ITA

La ministre Gauthier a aussi annoncé un investissement de 2,4 millions de dollars pour l’amélioration des infrastructures serricoles des deux campus de l’ITA. Un total de 900 mètres2 de surface serricole sera ainsi construit ou rénové.

Au campus de Saint-Hyacinthe, les travaux porteront sur la construction d’un groupe de sept serres modernes dotées de plusieurs environnements de production contrôlés par ordinateur. La réfection de cinq autres serres pour les rendre mieux adaptées à la technologie en usage sera aussi réalisée. L’agrandissement du bâtiment de service dans le but d’y aménager des salles de travail, un local normalisé d’entreposage et de manipulation des produits chimiques ainsi que de nouvelles chambres réfrigérées est également prévu.

Au campus de La Pocatière, le projet consiste à construire cinq nouvelles serres et à en récupérer une pour l’installer sur le nouvel emplacement de la ferme LAPOKITA.

« Cet investissement conférera une renommée à l’ITA qui, en plus d’un endroit de formation, devient un lieu de développement et de transfert technologique. L’environnement moderne, l’amélioration des infrastructures et l’optimisation des installations contribueront assurément au développement de l’industrie serricole et permettra à la région de briller parmi les meilleurs », a conclu le premier ministre.

– 30 –


Mise en ligne 12 mars 2004


Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017